Une équipe internationale de scientifiques a analysé des dizaines de milliers d’échantillons de pollen et de feuilles fossilisés trouvés dans le nord de l’Amérique du Sud. Et d’après leur étude, la forêt amazonienne est apparue grâce à l’astéroïde qui a tué les dinosaures, rapportait New Scientist le 1er avril. Mais ce n’est pas une blague !

Avant que l’astéroïde ne frappe la péninsule du Yucatán, dans l’actuel Mexique, les forêts tropicales d’Amérique du Sud étaient constituées d’une végétation très différente. On n’y trouvait pas la diversité de plantes à fleurs qu’elles contiennent aujourd’hui.

Pour comprendre cette évolution, les chercheur.euse.s ont étudié des fossiles de la période du Crétacé, juste avant l’arrivée de l’astéroïde, et juste après l’impact, à l’époque du Paléocène. Ils ont alors constaté que la diversité végétale avait diminué de 45 %. Six millions d’années se sont écoulées avant qu’elle ne se rétablisse.

« Si vous reveniez à la veille de la chute de la météorite, la forêt présentait une canopée ouverte avec beaucoup de fougères, de nombreux conifères et dinosaures », explique Carlos Jaramillo, de l’Institut de recherche tropicale du Smithsonian, au Panama. « La forêt que nous avons aujourd’hui est le produit d’un événement qui s’est produit il y a 66 millions d’années. »

Jaramillo et ses collègues ont émis plusieurs hypothèses pour expliquer ce changement. L’impact a probablement tué la plupart des grands dinosaures herbivores qui piétinaient ou mangeait les niveaux inférieurs des forêts, d’une part. Et les cendres qui se sont déposées après l’impact peuvent avoir servi d’engrais, favorisant les plantes à croissance rapide.

Du point de vue des scientifiques, une meilleure compréhension de ces points clés de l’histoire de la biodiversité permet de faire émerger des solutions pour la crise environnementale actuelle.

Source : New Scientist