fbpx

Le canna­bis pour­rait être effi­cace contre le coro­na­vi­rus

par   Pablo Oger   | 13 mai 2020

Des cher­cheurs cana­diens spécia­li­sés dans le canna­bis affirment qu’un médi­ca­ment à base d’un compo­sant du canna­bis pour­rait confé­rer une résis­tance au coro­na­vi­rus (Covid-19), révé­lait Deutsche Welle le 8 mai.

La recherche d’un vaccin ou d’un trai­te­ment contre le Covid-19 pousse les cher­cheurs à explo­rer de nouvelles voies moins conven­tion­nelles. Alors qu’Is­raël a lancé en avril dernier des essais cliniques pour trai­ter le coro­na­vi­rus à l’aide du canna­bis, c’est main­te­nant au tour des Cana­diens de se pencher sur les atouts de la weed.

Dans le cadre d’une étude plus large sur l’ap­pli­ca­tion du canna­bis dans le trai­te­ment du cancer, les cher­cheurs de l’uni­ver­sité de Leth­bridge ont décou­vert qu’il pour­rait accroitre la résis­tance au virus. L’étude n’a pas encore été vali­dée par des pairs, mais comme pour les recherches sur l’ef­fet de la nico­tine sur le coro­na­vi­rus, ils pensent que certaines souches de canna­bis réduisent la capa­cité du virus à péné­trer dans les poumons, où il s’ins­talle, se repro­duit et se propage. Leurs recherches les poussent parti­cu­liè­re­ment vers le CBD, canna­bi­noïde qui ne présente pas d’ef­fets psychoac­tifs.

En effet, le coro­na­vi­rus a besoin d’un « récep­teur » pour péné­trer dans un hôte humain. Ce récep­teur est connu sous le nom d’en­zyme de conver­sion de l’an­gio­ten­sine II, ou ACE2.

La théo­rie est qu’en modu­lant les niveaux d’ACE2 dans ces « portes » vers l’hôte humain, il pour­rait être possible de réduire notre suscep­ti­bi­lité au virus. En gros, cela pour­rait réduire notre risque d’in­fec­tion. « S’il n’y a pas d’ACE2 dans les tissus, le virus n’en­trera pas », résume le Dr Koval­chuck, profes­seur de science biolo­gique à l’uni­ver­sité de Leth­bridge. De là à penser que le canna­bis sera la clé qui sauvera le monde, il n’y a qu’un pas.

Source : Deutsche Welle

Plus de weed