Le Japon auto­rise la créa­tion d’em­bryons humains-animaux

par   Suzanne Jovet   | 30 juillet 2019
Crédits : Science Pictures ltd / SPL

Un scien­ti­fique japo­nais est devenu le premier à obte­nir l’ac­cord de son gouver­ne­ment pour la créa­tion d’em­bryons « hybrides », soit des embryons d’ani­maux conte­nant des cellules humaines. Jusque-là bannie par la légis­la­tion du pays, la pratique contro­ver­sée et consi­dé­rée comme contraire à l’éthique a reçu l’ap­pro­ba­tion du minis­tère des Sciences nippon depuis mars dernier, rapporte Nature.

Hiro­mitsu Nakau­chi, qui dirige des équipes de cher­cheurs à l’uni­ver­sité de Tokyo et à l’uni­ver­sité Stan­ford en Cali­for­nie, prévoit de culti­ver des cellules humaines dans des embryons de souris et de rats avant de tenter l’ex­pé­rience sur des porcs ou des moutons. Le but ultime de Nakau­chi est de produire des animaux portant des organes consti­tués de cellules humaines, qui pour­ront être par la suite trans­plan­tés chez l’homme.

Avec plus de 116 000 patients sur liste d’at­tente pour une greffe aux États-Unis, et plus de 20 000 en France, Nakau­chi espère que ses expé­riences pour­ront à terme sauver de nombreuses vies. Des embryons humains-animaux ont déjà été créés dans le passé, tels que des embryons humains-porcs et des embryons humains-moutons, mais ils n’avaient jamais été auto­ri­sés à se déve­lop­per jusqu’à leur terme.

Source : Nature

Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
udemy course download free

PLUS DE SCIENCE