Le mystère des pyra­mides de Gizeh a enfin été percé par les archéo­logues

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 25 septembre 2017

Crédits : DR/Ulyces.co De nouvelles fouilles en Égypte ont mené à d’éton­nantes décou­vertes qui pour­raient résoudre le casse-tête millé­naire de la pyra­mide de Khéops. La construc­tion d’un monu­ment d’une telle complexité et de 147 mètres de hauteur par une civi­li­sa­tion de l’âge de bronze rele­vait jusqu’ici du plus total mystère. Jusqu’au Moyen-Âge, la Grande Pyra­mide de Gizeh était en effet la plus grande struc­ture construite par les hommes sur Terre. Confiées au Daily Mail par les archéo­logues, ces nouveaux éléments concernent notam­ment la traduc­tion d’un papy­rus, la décou­verte d’un impres­sion­nant système de canaux souter­rain et de bateaux de trans­ports et de céré­mo­nie datant d’il y a 4 500 ans. La dernière des Sept Merveilles du monde encore debout a toujours intri­gué : malgré des siècles de recherches, les scien­ti­fiques ne sont jamais arri­vés à comprendre avec certi­tude comment tous les blocs de granit et de calcaire qui la consti­tuent avaient été déta­chés, trans­por­tés et assem­blés, étant donné leur poids (2,3 tonnes chacun, en moyenne). Comme l’ex­plique Hany Helal, vice-président de l’ins­ti­tut Héri­tage Inno­va­tion Préser­va­tion, « pour la construc­tion des pyra­mides, il n’y a pas une seule théo­rie prou­vée ou véri­fiée a 100 % ». Jusqu’ici, on avait pu déter­mi­ner que le calcaire qui a servi à la partie exté­rieure de la pyra­mide avait été apporté de Tura, à 13 kilo­mètres de Gizeh ; et le granit qu’on remarque à l’in­té­rieur vien­drait d’As­souan, à 331 kilo­mètres de là. Un papy­rus, retrouvé récem­ment dans le port de Wadi el-Jarf, livre davan­tage de préci­sions : ce jour­nal écrit par un certain Merer, respon­sable d’une équipe de 40 personnes sur le chan­tier, date de la 27e année du règne du pharaon Khéops et livre de nombreux détails sur la construc­tion de la pyra­mide et la vie quoti­dienne des ouvriers. La traduc­tion des hiéro­glyphes, ajou­tée a la décou­verte de sept bateaux de trans­ports, indiquent que les 170 000 tonnes de calcaire utili­sées auraient été appor­tées par des bateaux de bois sur le Nil. Bien qu’on ait eu l’in­tui­tion de son exis­tence, aucune preuve n’avait jusqu’ici été appor­tée de la présence du vaste système de canaux qui vient d’être décou­vert sous les pyra­mides de Gizeh, et par lesquels les bateaux ache­mi­naient la pierre depuis le Nil : comme le raconte l’ar­chéo­logue Mark Lehner, « nous avons retrouvé le bassin du canal central qui selon nous était la première zone de livrai­son au pied du Plateau de Gizeh ». Source : Daily Mail

Download Nulled WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes
download udemy paid course for free