fbpx

Le Royaume-Uni offre la natio­na­lité britan­nique à 3 millions de mani­fes­tants hong­kon­gais

par   Servan Le Janne   | 2 juillet 2020

Alors qu’au moins 180 mani­fes­tants ont été arrê­tés mercredi à Hong Kong, en vertu de la nouvelle loi sur la sécu­rité impo­sée par la Chine, le Royaume-Uni offrait la citoyen­neté britan­nique aux Hong­kon­gais qui voudraient y échap­per. La mesure concerne près de trois millions de personnes, préci­sait la BBC mercredi 1er juillet.

Hier, le Premier ministre britan­nique Boris John­son a quali­fié la promul­ga­tion de la loi sur la sécu­rité natio­nale de « viola­tion » de la décla­ra­tion conjointe sino-britan­nique de 1985, censée garan­tir l’au­to­no­mie de Hong-Kong pour 50 ans après la fin du protec­to­rat britan­nique, en 1997.

En réac­tion, Londres va donner la possi­bi­lité aux 350 000 titu­laires du « passe­port britan­nique d’outre-mer » de s’ins­tal­ler au Royaume-Uni. Quelque 2,6 millions de personnes pour­ront aussi le deman­der afin de quit­ter le corset chinois qui enserre Hong-Kong.

La loi sur la sécu­rité natio­nale promul­guée mardi donne à Pékin la possi­bi­lité de sanc­tion­ner quatre types d’at­teintes à la sécu­rité de l’État : les acti­vi­tés subver­sives, la séces­sion, le terro­risme et la collu­sion avec des forces étran­gères.

Lors des mani­fes­ta­tions orga­ni­sées le lende­main, un homme a notam­ment été arrêté car il portait un drapeau pour l’in­dé­pen­dance de Hong-Kong, qui possède le statut offi­ciel de région admi­nis­tra­tive spéciale de la répu­blique popu­laire de Chine.

Source : BBC

Plus de monde