fbpx

Les États-Unis déve­loppent un Inter­net quan­tique impos­sible à pira­ter

par   Denis Hadzovic   | 27 juillet 2020

Le gouver­ne­ment des États-Unis déve­loppe un Inter­net en prin­cipe impos­sible à pira­ter. Il utili­sera les lois de l’in­for­ma­tique quan­tique pour sécu­ri­ser l’en­voi d’in­for­ma­tions, rappor­tait Forbes samedi 25 juillet.

Au cours d’une confé­rence orga­ni­sée par le dépar­te­ment de l’Éner­gie améri­cain jeudi dernier, les auto­ri­tés ont annoncé le déve­lop­pe­ment d’un nouvel Inter­net. Grâce au travail des cher­cheurs, le projet devrait abou­tir avant 2030.

En février dernier, les scien­ti­fiques du labo­ra­toire natio­nal d’Ar­gonne et de l’uni­ver­sité de Chicago ont créé une « boucle quan­tique » de 83 kilo­mètres dans la banlieue de Chicago. Il s’agit d’un des plus longs réseaux quan­tiques du pays. Son acti­vité doit permettre la créa­tion d’un réseau sécu­risé par la trans­mis­sion de parti­cules subato­miques.

« L’une des marques de fabrique de la trans­mis­sion quan­tique est qu’elle est extrê­me­ment diffi­cile à déchif­frer lorsque les infor­ma­tions passent d’un point à un autre », précise le dépar­te­ment de l’Éner­gie. Ce réseau pour­rait dans un premier temps être utilisé par les banques, les services de santé et les avions.

Source : Forbes

Plus de turfu