L’Is­lande croule sous les touristes et ces photos le prouvent

par   Ulyces   | 22 mai 2017

Crédits : Denis Meyer L’Is­lande est assu­ré­ment le pays le plus cool du monde, débor­dant de paysages idyl­liques et de gens merveilleux. Mais ce n’est pas la seule chose dont il déborde. Car ce sont aujourd’­hui plus de deux millions de touristes qui foulent les terres de l’île chaque année. Tandis que l’éco­no­mie du pays ne s’en porte que mieux, l’en­vi­ron­ne­ment, lui, en a pris un coup, et les Islan­dais ont du mal à suivre la cadence à laquelle il augmente. Le photo­graphe français Denis Meyer est parti en mars dernier immor­ta­li­ser la grande île et ses touristes pour présen­ter sa série bapti­sée Islande : L’épi­dé­mie silen­cieuse. « Je voulais obser­ver les consé­quences écolo­giques au niveau écolo­gique et socié­tal », a confié le photo­graphe au maga­zine Wired. Avec plus de 2,3 millions de touristes atten­dus cette année – contre 489 000 il y a sept ans –, le tourisme génère près de 3,4 millions de dollars et repré­sente près d’un tiers des emplois en Islande, faisant du secteur la prin­ci­pale source de revenu du pays. Néan­moins, l’Is­lande a du mal à faire face à ces immenses flux. Les desti­na­tions popu­laires sont pleines de touristes et les hôtels peinent à héber­ger tout ce monde. Le photo­graphe français a immor­ta­lisé pendant deux semaines des touristes en train de faire des selfies, de se serrer dans le bus et de tout écra­ser sur leur passage, sans prêter atten­tion aux panneaux les aver­tis­sant de rester éloi­gnés. « Des barrières ont été instal­lées sur les sites touris­tiques, mais elles sont régu­liè­re­ment fran­chies par les visi­teurs qui marchent sur le sol fragile juste pour ne pas prendre des photos avec d’autres touristes », rapporte Meyer. Un véri­table cercle vicieux. Crédits : Denis Meyer Sources : Wired/Denis Meyer

Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes
download udemy paid course for free