L’US Army assure que ses futurs tanks robots tueurs respec­te­ront des normes éthiques

par   Malaurie Chokoualé   | 6 mars 2019
Crédits : 15th Marine Expe­di­tio­nary Unit

Le 26 février, Quartz détaille dans un article le « système auto­ma­tisé de ciblage et de léta­lité avancé » ATLAS, déve­loppé par l’ar­mée améri­caine. Le monde a des sueurs froides. L’US Army annonce ainsi vouloir trans­for­mer ses chars d’as­saut en machines létales auto­nomes alimen­tées par l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle (IA). Alors que la contro­verse bat natu­rel­le­ment son plein, quelques jours plus tard, Defense One rapporte que l’ar­mée assure que ses futurs robots tueurs blin­dés respec­te­ront des normes éthiques. Ouf.

Rappe­lez-vous : à la fin du mois de février 2019, l’US Army lance un appel géné­ral à l’in­ten­tion des socié­tés privées. Elle leur demande d’ex­po­ser leur idées pour faire exis­ter le système ATLAS. L’idée avec ce système est de permettre aux véhi­cules de combat de cibler et toucher une cible trois fois plus rapi­de­ment que lors d’un proces­sus manuel, comme actuel­le­ment c’est le cas.

Face à la montée de l’in­di­gna­tion légi­time, l’ar­mée s’est empres­sée de tenter de rassu­rer tout le monde. Oui, elle construit bien des robots meur­triers, mais ces machines tueuses auto­nomes ne seront pas auto­ri­sées à tuer n’im­porte qui et n’im­porte quand ; elles seront soumises à une direc­tive édic­tée par le minis­tère de la Défense. Celle-ci exige que les humains puissent « exer­cer un juge­ment appro­prié sur le recours à la force ».

Cela signi­fie qu’un robot auto­nome aura toujours besoin de la confir­ma­tion d’un être humain avant de tuer quelqu’un. Un humain de type soldat améri­cain, cela va sans dire. Nous voilà tous super rassu­rés.

Sources : Defense One/Quartz

Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
udemy course download free

Plus de turfu