Notre plus vieil ancêtre avait un crâne pas plus gros qu’un citron

par   Ulyces   | 15 août 2017

Crédits : Isaiah Nengo / Stony-Brook Univer­sity C’est en creu­sant sous des tonnes de cendres volca­niques près du lac Turkana, au nord du Kenya, que les anthro­po­logues du De Anza College ont décou­vert en 2014 un crâne de primate peu commun. Datant de 13 millions d’an­nées, il n’est pas plus gros qu’un citron. Après l’avoir minu­tieu­se­ment étudié, les cher­cheurs annoncent dans Nature qu’il s’agi­rait du spéci­men le mieux conservé de cette espèce à avoir été décou­vert… et il pour­rait aujourd’­hui nous en dire long sur l’his­toire de l’évo­lu­tion. Décou­vert par l’équipe du profes­seur Isaiah Nengo de l’uni­ver­sité améri­caine de Stony-Brook, « ce crâne est quasi­ment complet. Il ne lui manque que les dents de lait, qui ont été cassées », explique à l’AFP Paul Taffo­reau, paléoan­thro­po­logue à l’ESRF. C’est d’ailleurs au sein de cet établis­se­ment que le spéci­men a été numé­risé en trois dimen­sions, comme l’in­diquent ces photos publiées dans Nature : https://twit­ter.com/nature/status/895331370410561537?ref_src=twsrc%5Etfw&ref_url=http%3A%2F%2Fwww.20mi­nutes.fr%2Fsciences%2F2115491–20170810-decou­verte-crane-primate-age-13-millions-annees-cham­boule-theo­ries-evolu­tion-grands-singes Ces analyses ont permis de décou­vrir que le jeune singe, surnommé Alesi, appar­te­nait à une nouvelle espèce du genre Nyan­za­pi­the­cus… qui n’est autre qu’une branche primi­tive des homi­noïdes, aussi appe­lés « grands singes », dont les homo sapiens font partie. Il permet donc de se faire une idée bien précise de ce à quoi ressem­blait le fameux ancêtre commun aux grands singes et aux êtres humains. D’après Isaiah Nengo, Alesi avait une denti­tion semblable à celle des gibbons et l’oreille interne d’un chim­panzé. Il aurait vécu pendant le Miocène (soit entre 23 et cinq millions d’an­nées avant notre ère) et aurait fait partie d’une ethnie présente pendant dix millions d’an­nées en Afrique. « Sa décou­verte montre que ce groupe était proche de l’ori­gine des grands singes actuels et des humains, et que cette origine était en Afrique », ajoute le cher­cheur. Pour Paul Taffo­reau, « cela inva­lide donc en grande partie la théo­rie dite du “ticket aller-et-retour”, qui soutient que le groupe des homi­noïdes serait apparu en Afrique, aurait évolué en Asie pour ensuite reve­nir sur ses terres natales. » Sources : Nature / AFP  

Download WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
free download udemy course