Quel est le sens caché des sacs à main présents sur ces œuvres antiques venues du monde entier ?

par   Ulyces   | 26 janvier 2017

Handbag-Seen-in-Ancient-Carvings

Bon nombre de sculp­tures antiques repré­sentent un élément étrange. Une forme mysté­rieuse, évoquant forte­ment un petit sac à main, est visible dans de nombreux temples turcs, sur des déco­ra­tions maories en Nouvelle-Zélande et au sein des construc­tions réali­sées par les Olmèques, un ancien peuple préco­lom­bien d’Amé­rique centrale. Mais que peut-il bien repré­sen­ter ?

Tout d’abord, chaque sculp­ture possède ses propres détails, de motifs et de matières. Le petit sac est tantôt posé par terre, tantôt tenu à la main ou comme un panier. Une théo­rie avance que cette image serait en réalité une repré­sen­ta­tion du cosmos. Le demi-cercle repré­sen­te­rait l’hé­mi­sphère du ciel, alors que la partie carrée évoque­rait la Terre. Dans d’an­ciennes culture afri­caines, indiennes et asia­tiques, les formes sphé­riques étaient asso­ciées à la symbo­lique de la spiri­tua­lité et les formes géomé­triques tradui­saient la Terre et le réel. L’as­so­cia­tion des deux évoquaient donc la réuni­fi­ca­tion : le cosmos.

D’autres pierres taillées portant ce symbole ont été décou­vertes ailleurs. L’une d’elles a été datée entre 880 et 859 av. J.-C., du temps des Assy­riens dans l’an­cien Irak. Une autre provient des cultures mésoa­mé­ri­caines, entre 1200 et 400 av. J.-C. Sur chacune de ces pierres, une figure humaine semble tenir le sac dans sa main, comme s’il s’agis­sait d’un panier. Dans la symbo­lique de l’art assy­rien, il est dit que le panier contien­drait de la poudre magique. Et chez les Olmèques, il contien­drait des herbes à fumer. 

mysterious-handbag_0

Relief assy­rien

Dans la culture maorie, le mythe raconte qu’un héros venu des cieux serait descendu sur Terre, emme­nant avec lui ces trois paniers remplis de sagesse. Le sac serait donc un objet de véné­ra­tion et de grati­tude envers les dieux qui ont inspiré la connais­sance.

Dans d’an­ciens hiéro­glyphes égyp­tiens, le sac sert de maison aux dieux et déesses. La anse repré­sente les piqués bombés de leurs tentes et le carré évoque les peaux de bête qui les recouvrent.

Les expli­ca­tions sont donc nombreuses, à l’image de tous ces petits sacs qui parsèment les œuvres antiques de civi­li­sa­tions très diffé­rentes. Le mystère demeure.

Pillar-43

Trois sacs en Turquie

Olmec-Monument

Un monu­ment olmèque

Source : Cosmo­vi­sions

Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Free Download WordPress Themes
free download udemy paid course