Crédits : TikTok

La vidéo de Feroza Aziz sur TikTok est devenue virale. Le 25 novembre dernier, l’adolescente américaine de 17 ans a utilisé un tutoriel de maquillage en apparence bien innocent pour contourner la censure supposée du propriétaire chinois de TikTok, Bytedance. Et elle avait raison.

Entre deux conseils, Feroza a accusé la Chine d’enfermer les Ouïghours, ces musulmans du Xinjiang, dans des « camps de concentration » aux conditions de vies inhumaines. La BBC explique que le compte d’Aziz a ensuite été bloqué, l’empêchant de publier sur le réseau social.

Pour sensibiliser les utilisateurs·rices de l’app à la détention de musulmans innocents par la Chine, Aziz a invité ses followers à se joindre à elle afin de faire connaître cet « autre Holocauste » qui a lieu dans les camps chinois. Sa vidéo a dépassé les 1,4 million de vues et a été aimée plus de 500 000 fois sur l’application.

 

Mais, la jeune femme a expliqué sur Twitter que, suite à la publication de sa vidéo, TikTok l’avait empêchée de publier de nouveaux contenus. L’application a démenti, expliquant que « TikTok ne modère pas le contenu en raison de sensibilités politiques ». Un porte-parole a assuré que si Aziz a bien vu l’un de ses comptes TikTok être banni pendant un mois, c’est parce qu’elle avait publié du contenu lié au « terrorisme ».

Copiée de multiples fois, sa vidéo a depuis été partagée sur de nombreuses autres plateformes comme YouTube et Instagram.

Source : BBC