Une immense barrière de corail vient d’être décou­verte au large de l’Ita­lie

par   Laura Boudoux   | 11 mars 2019
Crédits : Univer­sità di Bari

Dans la mer Adria­tique, la première barrière de corail italienne vient d’être obser­vée par des cher­cheurs. Cet écosys­tème sous-marin a été observé sur deux kilo­mètres et demi, au large de Mono­poli, dans les Pouilles. Il s’agit du tout premier récif coral­lien méso­pho­tique – c’est-à-dire situé à une profon­deur moyen­ne­ment éclai­rée, trouvé ailleurs en Médi­ter­ra­née –, rapporte Il Tempo. Il pour­rait s’étendre sur des dizaines de kilo­mètres.

Les cher­cheurs ont fait part de leur décou­verte dans une étude publiée sur Nature, le 5 mars 2019, expliquant que ce genre de récif se trouve habi­tuel­le­ment « à des profon­deurs allant de 30/40 mètres jusqu’à 200 mètres ». « Ils sont très rares, car ils réus­sissent à survivre et gran­dir malgré le manque de lumière. Au début des années 1990, j’ai travaillé comme biolo­giste marin aux Maldives. Jamais je n’au­rais imaginé trou­ver un récif coral­lien, 30 ans plus tard, à deux pas de chez moi », plai­sante le profes­seur Giuseppe Corriero, direc­teur du dépar­te­ment de biolo­gie de l’uni­ver­sité de Bari Aldo Moro.

Le récif des Pouilles se trouve entre 35 et 50 mètres de profon­deur et pour­rait s’étendre sur des dizaines de kilo­mètres, le long de la côte italienne. Si la plupart des récifs coral­liens ont moins de 10 000 ans et occupent moins de 0,1 % des océans de la planète, ils hébergent 25 % des espèces marines, des pois­sons aux éponges en passant par les mollusques. Victimes du réchauf­fe­ment clima­tique et de la pollu­tion des mers, ils se déve­loppent tout de même encore assez rapi­de­ment pour compen­ser la montée du niveau de la mer. Mais pour combien de temps ?

Sources : Il Tempo / The Guar­dian

Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
online free course

Plus de wild