La NASA a observé des molé­cules d’eau se dépla­cer à la surface de la Lune

par   Laura Boudoux   | 11 mars 2019
Crédits : LRO/NASA

Des scien­ti­fiques de la NASA ont pour la première fois suivi les dépla­ce­ments de molé­cules d’eau à la surface de la Lune. C’est grâce à la sonde spatiale Lunar Recon­nais­sance Orbi­ter (LRO) que ces mouve­ments ont été enre­gis­trés, rapportent les cher­cheurs dans leur étude publiée dans les Geophy­si­cal Research Letters le 21 février 2019. Cette décou­verte pour­rait révo­lu­tion­ner l’ex­plo­ra­tion spatiale et faci­li­ter l’ins­tal­la­tion de bases habi­tées par l’homme à la surface de la Lune.

Les scien­ti­fiques ont ainsi observé des molé­cules d’eau se déplaçant à mesure que la surface lunaire se réchauf­fait, au cours d’une jour­née lunaire (envi­ron 14 jours terriens). Ils ont surtout constaté que les quan­ti­tés d’eau ne dimi­nuaient pas la nuit, lorsque faiblit le vent solaire. Cela laisse présa­ger qu’il existe bien sur la Lune une source d’eau plus durable que ce que les cher­cheurs avaient envi­sagé. Le satel­lite pour­rait ainsi abri­ter un méca­nisme capable d’ac­cu­mu­ler l’eau, direc­te­ment dans son sol.

« C’est un nouveau résul­tat très impor­tant concer­nant la recherche sur l’eau lunaire, un sujet actuel­le­ment brûlant, puisque le programme spatial améri­cain se concentre aujourd’­hui de nouveau sur l’ex­plo­ra­tion de la Lune », se féli­cite Kurt Rether­ford, cher­cheur au South­west Research Insti­tute de San Anto­nio. La NASA prévoit effec­ti­ve­ment son grand retour sur la Lune, afin d’as­su­rer une présence humaine durable dans l’es­pace, avant d’al­ler voir ailleurs dans le système solaire.

Sources : Geophy­si­cal Research Letters

Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
free download udemy paid course

PLUS DE SCIENCE