Danoise d'origine kurde, l'étudiante de 21 ans Joanna Palani a décidé de prendre les armes contre Daech en Syrie. Aujourd'hui, le Danemark l'a mise en prison.

par Nicolas Prouillac | 19 février 2017

YPJ

L’État isla­­mique assié­­geait la ville de Kobané depuis plus d’un mois lorsque Joanna Palani a échangé ses premiers tirs avec les combat­­tants djiha­­distes. La jeune femme danoise, alors âgée de 21 ans, était arri­­vée le 14 novembre 2014 à Erbil, la capi­­tale du Kurdis­­tan irakien. De là, elle avait fait le voyage jusqu’au Rojava, la région kurde auto­­nome du nord de la Syrie, pour rejoindre les YPJ – la branche fémi­­nine des Unités de protec­­tion du peuple (YPG). Sa première nuit sur le front a été trau­­ma­­ti­­sante.

Couverte du sang d’un cama­­rade tombé au combat
Crédits : Joanna Palani/Insta­­gram

Elle patrouillait le long des posi­­tions kurdes aux côtés d’un combat­­tant étran­­ger venu de Suède. Il régnait ce soir-là un silence de mort sur Kobané, seule­­ment rompu de temps à autre par les aboie­­ments d’un chien aban­­donné dans une cour déserte. La ville n’était pas fantôme, elle rete­­nait son souffle.

Ceux qui n’avaient pas fui se terraient en silence derrière les murs en parpaings de leur maison, priant pour que la paix revienne avant qu’ils ne s’ef­­fondrent, comme d’autres avant eux. Daech avait lancé une première offen­­sive massive sur la ville kurde le 13 septembre, ses tanks et sa chair à canon donnant l’as­­saut avec sauva­­ge­­rie contre les forces des YPG.

En un mois, la résis­­tance avait ployé sous les attaques répé­­tées des djiha­­distes, cédant quar­­tier après quar­­tier à l’en­­nemi. Mais du sang neuf est venu à la rescousse depuis le Kurdis­­tan irakien, leurs convois soule­­vant des nuages de pous­­sière dans les paysages arides qui s’étendent entre les deux pays. À bord des véhi­­cules s’en­­tas­­saient des combat­­tants majo­­ri­­tai­­re­­ment kurdes et yézi­­dis, hommes et femmes, impa­­tients de venger la mort de leurs proches et de défendre leurs terres.

À leurs côtés, d’autres combat­­tants venaient de toute l’Eu­­rope, de Tchét­­ché­­nie ou des États-Unis. Joanna était parmi eux. À la fin du mois d’oc­­tobre, les YPG avaient repris le contrôle de près de la moitié de la ville. À son arri­­vée à Kobané, l’équi­­libre des forces commençait à s’in­­ver­­ser, mais la vigi­­lance était plus que jamais de mise. Joanna en était consciente et lorsque son binôme s’est allumé une ciga­­rette, elle l’a prié de l’éteindre pour ne pas risquer de trahir leur posi­­tion. Le Suédois ne l’a pas prise au sérieux et lui a souri dans le noir. Il souriait encore lorsque la balle s’est logée entre ses deux yeux. Un sniper de l’État isla­­mique avait repéré le bout incan­­des­cent de la ciga­­rette et la fumée qui s’en échap­­pait, prenant pour cible le duo en patrouille.

Joanna se souvient que la ciga­­rette se consu­­mait encore tandis qu’elle traî­­nait à l’abri le cadavre de son compa­­gnon, macu­­lant de sang son nouvel uniforme des YPJ. « Je lui avais dit de ne pas fumer sur le front », se souvient-elle. « Moi non plus je ne prenais pas trop au sérieux cette mise en garde avant d’ar­­ri­­ver ici, mais après la première attaque, je l’ai prise très au sérieux. » Ce souve­­nir est revenu la hanter deux ans plus tard, tandis que le sommeil la fuyait dans sa cellule de Vestre Fæng­­sel, la plus grande prison du Dane­­mark.

Crédits : Joanna Palani/Insta­­gram

La patience

Joanna Palani avait neuf ans la première fois qu’elle a tiré au fusil. C’était en Finlande, avec son père. Il lui a montré patiem­­ment comment tenir l’arme conve­­na­­ble­­ment, plaçant sa main gauche au milieu du fût et la droite autour de la poignée de l’arme, l’in­­dex tendu contre le pontet – pas autour de la détente. Le contact frais du bois contre sa joue, la crosse posée au creux de son épaule, elle se rappelle de tout. Une paupière close, elle a retenu son souffle au moment de tirer. La puis­­sance du recul l’a surprise. Elle a voulu recom­­men­­cer. « C’est devenu une obses­­sion », dit-elle. « Il est très courant pour les Kurdes d’ap­­prendre le manie­­ment des armes à un jeune âge. »

Son père et son grand-père faisaient partie des pesh­­mer­­gas, les soldats qui assurent la défense de la région auto­­nome du Kurdis­­tan irakien. Tous deux avaient combattu les forces de Saddam Hussein pendant la guerre du Golfe. Joanna est née en 1993 dans un camp de réfu­­giés des Nations unies à Ramadi, dans le sud de l’Irak. Le couple kurde iranien avait dû tout quit­­ter pour espé­­rer survivre. Quand la famille s’est envo­­lée pour le Dane­­mark, Joanna avait trois ans. Elle a grandi à Copen­­hague, où elle a plus tard fait des études de poli­­tique et de philo­­so­­phie à l’uni­­ver­­sité. Elle avait 21 ans lorsque l’écho des premières exac­­tions de l’État isla­­mique en Irak lui est parvenu. Les exécu­­tions sommaires, les villages rasés, la torture et les viols infli­­gés aux jeunes filles yézi­­dies. Son sang n’a fait qu’un tour : elle a aban­­donné sa vie d’étu­­diante et pris un aller simple pour Erbil, afin de rejoindre la résis­­tance – elle effec­­tuait des visites dans le pays depuis sa majo­­rité.

Crédits : Joanna Palani/Insta­­gram

« Je suis allée au Kurdis­­tan pour me battre pour les droits des femmes et la démo­­cra­­tie, pour les valeurs euro­­péennes que j’ai apprises en gran­­dis­­sant au Dane­­mark », se justi­­fie-t-elle. Et il est néces­­saire qu’elle se justi­­fie, car trois jours après son retour au Dane­­mark en septembre 2015, elle a reçu un email du PET, le service de rensei­­gne­­ments danois. La police l’in­­for­­mait que son passe­­port n’était plus valide et qu’elle avait l’in­­ter­­dic­­tion de quit­­ter le pays pour les 12 mois à venir.

Joanna reve­­nait d’un an de guerre au Kurdis­­tan, durant lesquels elle avait servi d’après ses dires six mois au sein des YPJ et six mois dans les rangs des pesh­­mer­­gas. Entre-temps, elle était deve­­nue instruc­­trice et sniper. L’ar­­mée kurde lui avait donné 15 jours de permis­­sion pour qu’elle puisse rendre visite à sa famille au Dane­­mark. Mais les auto­­ri­­tés danoises ont sévi, en vertu des nouvelles lois de lutte contre le terro­­risme, mises en appli­­ca­­tion à la fin de l’an­­née 2014 : il était inter­­­dit aux ressor­­tis­­sants danois d’al­­ler combattre en Syrie.

Son histoire a fait la une des jour­­naux au Dane­­mark et attiré l’at­­ten­­tion des médias inter­­­na­­tio­­naux. Dans les inter­­­views qu’elle a données à l’époque, elle répé­­tait combien il était injuste qu’on lui reproche d’être allée combattre l’État isla­­mique aux côtés des Kurdes. « Si le Dane­­mark était attaqué un jour, j’irais sans hési­­ter sur le front avec un drapeau danois autour des épaules », affirme-t-elle. « Mais j’ai de la famille kurde, et pour le moment ce sont les Kurdes qui sont attaqués par des isla­­mistes sans cervelle. »

Elle a joint les actes aux paroles en juin 2016, en repre­­nant l’avion à la première oppor­­tu­­nité. Offi­­ciel­­le­­ment, elle s’est rendue au Qatar, à Doha, mais son compte Insta­­gram laisse penser qu’elle a passé tout l’été au Rojava au sein d’une unité de snipers des YPJ, sur le front de Manbij. Entre avril et mai 2016, elle a docu­­menté ses entraî­­ne­­ments régu­­liers au tir en pers­­pec­­tive des combats de l’été. Elle y a exprimé sa fierté d’être sniper et décrit sa mission avec inten­­sité. Allon­­gée à plat ventre sur le toit d’un bâti­­ment contrôlé par son unité, Joanna fait le vide et plonge dans un état de concen­­tra­­tion et de calme profonds. Tapie sous des couver­­tures, elle se camoufle à la vue de l’en­­nemi et demeure immo­­bile pendant des heures. Cette patience infi­­nie n’est rompue que par une vive pres­­sion de son index sur la détente de la Dragou­­nov.

Au loin, une silhouette brune s’ef­­fondre. Un sourire étire ses lèvres. Sa récom­­pense. À la fin de l’été, après une intense campagne au cours de laquelle elle a vu mourir nombre de ses cama­­rades, elle est rentrée une fois de plus au Dane­­mark. Son absence n’était pas passée inaperçue.

La prime

Joanna Palani a été inter­­­pel­­lée le 7 décembre par des agents du rensei­­gne­­ment danois. Elle a pris contact avec Erbil Kaya le jour-même. L’avo­­cat d’ori­­gine kurde a immé­­dia­­te­­ment accepté l’af­­faire. « Son arres­­ta­­tion est honteuse », m’a-t-il confié à voix basse au télé­­phone, assis dans un café de Copen­­hague. « Nous serions le premier pays à condam­­ner une personne dont on dit qu’elle se serait battue du même côté que la coali­­tion inter­­­na­­tio­­nale. Si tel est vrai­­ment le cas, pourquoi ne réserve-t-on pas le même sort aux djiha­­distes ? » (L’avo­­cat doit prendre ses précau­­tions en évoquant l’af­­faire de sa cliente, d’où l’em­­ploi du condi­­tion­­nel.)

Armée d’un fusil de préci­­sion SVD
Crédits : Joanna Palani/Insta­­gram

Il fait allu­­sion aux dispo­­si­­tions du « modèle d’Aa­­rhus », du nom d’une ville côtière du Jutland où a été mis en place un programme de « déra­­di­­ca­­li­­sa­­tion » visant à dissua­­der les jeunes musul­­mans radi­­caux de partir faire le djihad en Syrie. D’après les services de rensei­­gne­­ments du pays, au moins 125 Danois ont quitté le terri­­toire pour prendre part au conflit syrien, prin­­ci­­pa­­le­­ment pour rejoindre les rangs de l’État isla­­mique.

Plus d’une soixan­­taine d’entre eux seraient depuis retour­­nés au Dane­­mark, et si le modèle Aarhus semble avoir fait ses preuves loca­­le­­ment, il est toujours sujet à débat dans le pays. Joanna Palani a tenté de deve­­nir invi­­sible. « Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’elle est au Dane­­mark », dit son avocat Erbil Saya. La jeune femme, aujourd’­­hui âgée de 23 ans, a passé deux semaines et demi en déten­­tion à la prison de Vestre Fæng­­sel à Copen­­hague, en décembre dernier.

Elle risque aujourd’­­hui deux ans d’em­­pri­­son­­ne­­ment pour avoir violé son inter­­­dic­­tion de quit­­ter le pays. Jusqu’ici, aux yeux de la justice danoise, son unique faute a été de quit­­ter le pays alors que cela lui était défendu, non d’avoir parti­­cipé au conflit – la raison pour laquelle l’in­­ter­­dic­­tion avait été pronon­­cée par les rensei­­gne­­ments danois. Il pour­­rait s’écou­­ler deux ans de plus avant que le tribu­­nal ne rende son juge­­ment final. En atten­­dant, de son propre aveu, Joanna est dans une situa­­tion invi­­vable ; cette fois-ci, son passe­­port lui a été confisqué. « Je suis trai­­tée comme une terro­­riste dans mon propre pays », dit-elle. Malgré leur rôle déter­­mi­­nant dans les batailles de Kobané, Manbij et Alep – entre autres –, les YPG entre­­tiennent d’étroites rela­­tions avec le Parti des travailleurs du Kurdis­­tan (PKK), consi­­déré comme une orga­­ni­­sa­­tion terro­­riste par le Conseil de l’Union euro­­péenne.

Le 4 février dernier, la justice a reconnu qu’elle avait parti­­cipé aux combats dans les rangs des YPG, mais aucune accu­­sa­­tion supplé­­men­­taire n’a été pronon­­cée. Si tel était le cas, elle pour­­rait encou­­rir une peine supplé­­men­­taire. En effet, depuis 2001, les Nations unies ont adopté la « Conven­­tion inter­­­na­­tio­­nale contre le recru­­te­­ment, l’uti­­li­­sa­­tion, le finan­­ce­­ment et l’ins­­truc­­tion de merce­­naires », qui défend notam­­ment aux citoyens d’une nation euro­­péenne de s’en­­ga­­ger volon­­tai­­re­­ment dans un conflit étran­­ger. Si Joanna Palani est bien d’ori­­gine kurde, elle ne possède que la natio­­na­­lité danoise.

En France, une loi contre le merce­­na­­riat promul­­guée en avril 2003 prévoit une sanc­­tion de cinq ans d’em­­pri­­son­­ne­­ment et de 75 000 euros d’amende pour un tel cas. Aux États-Unis, de nombreux combat­­tants se sont enrô­­lés de leur propre chef aux côtés des pesh­­mer­­gas. À leur retour aux pays, ils n’ont souf­­fert d’au­­cune consé­quence légale. « Ils ont été inter­­­ro­­gés par le FBI, mais ils n’ont pas été inquié­­tés par la justice », affirme le jour­­na­­liste améri­­cain Kevin Knodell, spécia­­liste du Kurdis­­tan.

Son confrère Roc Morin, auteur d’un article sur le sujet, confirme ses dires. Son repor­­tage dres­­sait le portrait d’un Améri­­cain, d’un Suédois et d’un Français combat­­tant aux côtés des pesh­­mer­­gas. « Les trois combat­­tants sont rentrés sains et saufs dans leurs pays respec­­tifs, et aucun n’a eu d’en­­nui avec la justice », dit-il. « Je connais des Danois qui se sont enrô­­lés dans les pesh­­mer­­gas et n’ont eu aucun problème », renché­­rit Erbil Saya. Kevin Knodell incline à penser que le problème vient des rela­­tions qu’en­­tre­­tiennent les YPG avec le PKK. En Europe pour­­tant, les Unités de protec­­tion du peuple ne sont pas consi­­dé­­rées comme une orga­­ni­­sa­­tion terro­­riste.

~

Mais si l’injus­­tice dont elle se sent victime la révolte, ce n’est pas la prison qui effraie Joanna Palani. Elle affirme que Daech a placé une prime d’un million de dollars sur sa tête, après qu’elle a abattu plus d’une centaine de combat­­tants djiha­­distes à travers la lunette de son fusil de préci­­sion SVD russe – son bataillon des YPJ confirme fière­­ment ce tableau de chasse. « Les combat­­tants de l’EI sont faciles à tuer », confie-t-elle en riant. Elle craint que des combat­­tants syriens reve­­nus au Dane­­mark ne cherchent à la captu­­rer. Aux mains de l’or­­ga­­ni­­sa­­tion terro­­riste, elle encourt un sort « pire que la mort » : « Ils voudraient me conver­­tir de force et faire de moi leur esclave sexuelle. »

Elle raconte qu’elle aurait été mena­­cée et attaquée dans les rues de Copen­­hague à deux reprises, par des hommes isla­­mistes reve­­nus de Syrie. Mais la peur n’est pas une arme suffi­­sante pour dissua­­der Joanna Palani d’être libre. Si elle prend d’in­­fi­­nie précau­­tions pour ne pas tomber aux mains de l’en­­nemi – elle change de planque tous les trois jours et dort parfois dans la rue –, elle conti­­nue d’al­­ler à l’uni­­ver­­sité. « Je veux qu’ils sachent que je reste une femme libre et indé­­pen­­dante, ils ne gagne­­ront pas. »

Joanna, en janvier devant le tribu­­nal de Copen­­hague
Crédits : Asger Lade­­fo­­ged

Couver­­ture : Joanna Palani, par Sarah Buth­­mann.


 

Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes Free
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes
free online course
Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
download udemy paid course for free

Plus d'epic