fbpx

Pour la deuxième année consécutive, la Finlande arrive en tête des pays les plus heureux du monde. Quel est donc son secret ?

par Servan Le Janne | 22 mars 2019

Du tricot en haut des pistes

Antti Koski­­nen a attendu ce moment pendant quatre ans. Ce samedi 10 février 2018, le coach de l’équipe olym­­pique finlan­­daise de snow­­board surplombe enfin le Bokwang Phoe­­nix Park de Pyeong­­chang. À côté de lui, sous une arche orange ornée du logo de ces Jeux olym­­piques d’hi­­ver sud-coréens, un athlète se prépare. Il va s’élan­­cer. Dans son esprit, le temps fait du hors piste. Antti Koski­­nen, de son côté, dégage un calme excep­­tion­­nel : en donnant ses consignes, l’en­­traî­­neur tricote avec concen­­tra­­tion.

Le Bokwang Phoe­­nix Park
Crédit : Chain Koon Lim

« C’est devenu une sorte de hobby pour moi », sourit-il. Ce brun aux yeux céru­­léens avait déjà joué des aiguilles à Sotchi en 2014. « C’est un truc finlan­­dais. » D’ailleurs, près de la moitié des 102 spor­­tifs de la délé­­ga­­tion s’y est mise selon lui. « Nous trico­­tons une couver­­ture pour le fils de notre président », ajoute Koski­­nen. « Chacun assemble un petit carré et il sera ajouté aux autres. Je me suis un peu laissé aller donc le mien est rectan­­gu­­laire. » Huit jours plus tôt, le chef d’État, Sauli Niinisto, et son épouse, Jenni Haukio, ont eu leur premier enfant.

Après la compé­­ti­­tion, le 26 février, cet ancien ministre de la Justice de centre droit a reçu le cadeau à l’aé­­ro­­port d’Hel­­sinki, la capi­­tale. « C’est très beau », a-t-il remer­­cié. « Avec un peu de chance, le petit bonhomme qui s’en servira est un athlète en deve­­nir. » Ce que le nouveau père ne dit pas, car chacun le sait ici, c’est que son fils est déjà bien équipé. Comme tous les nouveau-nés en Finlande, il a reçu une « baby box », c’est-à-dire une boîte compre­­nant une combi­­nai­­son, une couver­­ture, des produits pour le bain, des couches et de la lite­­rie.

Depuis que le gouver­­ne­­ment a commencé à déli­­vrer cette aide en 1938, le taux de morta­­lité infan­­tile a chuté. Aujourd’­­hui, 95 % des familles préfèrent la rece­­voir plutôt que de toucher les 140 euros propo­­sés à la place. Ce kit du débu­­tant dans la vie est telle­­ment entré dans les mœurs qu’il commence à être répliqué à l’étran­­ger. Lorsque Anu Part­­na­­nen a décou­­vert sa nouvelle version, dimanche 18 mars, elle a carré­­ment « eu envie d’avoir un autre enfant juste pour obte­­nir les derniers éléments », plai­­sante-t-elle. Instal­­lée à New York depuis 2009, cette jour­­na­­liste finlan­­daise a écrit un livre sur la Théo­­rie nordique du tout : à la recherche d’une vie meilleure. Elle y explique ce que le mode de vie finlan­­dais et ceux et de ses voisins d’Eu­­rope du nord a de posi­­tif, sans faire l’im­­passe sur leurs défauts.

En ont-ils seule­­ment ? Dans le World Happi­­ness Report rendu à la mi-mars 2018, les Nations Unies décernent le titre de pays le plus heureux du monde à la Finlande. Rebe­­lote le 20 mars 2019. Cinquième en 2017, elle devance désor­­mais la Norvège, le Dane­­mark et l’Is­­lande au clas­­se­­ment. Consul­­tés entre 2015 et 2017, ses habi­­tants ont été ceux à se situer le plus haut sur l’échelle de Cantril. Cet instru­­ment conçu en 1965 pour évaluer le degré de satis­­fac­­tion d’in­­di­­vi­­dus est employé par l’ins­­ti­­tut Gallup ; lequel four­­nit des données aux cher­­cheurs indé­­pen­­dants de l’étude. Il fonc­­tionne de manière simple : « Voici une échelle qui repré­­sente l’échelle de la vie », intro­­duisent les enquê­­teurs. « Suppo­­sons que le sommet de l’échelle repré­­sente la vie la meilleure pour vous, et le bas de l’échelle la vie la pire pour vous. Où vous situez-vous person­­nel­­le­­ment sur cette échelle en ce moment ? »

Les résul­­tats du World Hapi­­ness Report dépendent donc d’un ressenti. Quoique subjec­­tifs, ils procèdent bien sûr d’un certains nombre de critères tangibles. « Nous essayons de montrer que notre clas­­se­­ment dépend de six facteurs clés », écrivent les auteurs. « Le PIB par habi­­tant, les aides sociales, l’es­­pé­­rance de vie, les liber­­tés indi­­vi­­duelles, la géné­­ro­­sité et l’ab­­sence de corrup­­tion. » Les Finlan­­dais jouissent « d’une éduca­­tion gratuite, de congés paren­­taux géné­­reux et d’un équi­­libre sain entre vie profes­­sion­­nelle et vie privée ». Ainsi seraient-ils mieux armés pour le plai­­sir.

Le président finlan­­dais, Sauli Niinisto, et son épouse, Jenni Haukio
Crédit : Evalota

Grâce à un système éduca­­tif souvent jugé exem­­plaire, ce pays de cinq millions d’âmes compte parmi les moins inéga­­li­­taires. Il est aussi « consi­­déré comme le meilleur endroit au monde pour être mère et pour être une femme qui travaille », souligne The Econo­­mist. Anu Part­­na­­nen est bien placée pour le savoir. En démé­­na­­geant aux États-Unis, la jour­­na­­liste a fait une croix sur les dix mois de congés paren­­taux (à parta­­ger entre le père et la mère) auxquels elle aurait eu droit dans son pays natal. Elle s’est réso­­lue à le faire pour habi­­ter avec l’homme qu’elle aimait, non sans savoir que « l’amour et l’ami­­tié authen­­tiques ne sont possibles qu’entre personnes indé­­pen­­dantes et égales ».

Le poison

Anu Parta­­nen n’avait pas prévu d’émi­­grer. Elle a été prise à revers. Après avoir étudié en Austra­­lie et en France, la jeune femme a conti­­nué à voya­­ger au début de sa carrière de jour­­na­­liste. Tous ces dépla­­ce­­ments la confor­­taient dans l’idée que son avenir était en Finlande. Mais une confé­­rence orga­­ni­­sée à Boston a fina­­le­­ment changé la donne. Alors qu’elle fait la queue pour se servir au buffet, ce soir d’avril 2005, une voix l’ap­­pelle vers les États-Unis. « Pour­­riez-vous goûter pour que je sois sûr que ce n’est pas empoi­­sonné ? » lui demande soudain l’homme derrière elle. Plus tôt dans la jour­­née, la Finlan­­daise a appris par la télé­­vi­­sion que des cookies empoi­­son­­nés sont arri­­vés par la poste à la Cour suprême. Persua­­dée que l’in­­connu y fait réfé­­rence, elle accepte le rôle de cobaye. « Il m’a fixé, confus », raconte-t-elle.

En fait, l’homme n’est pas au courant. Assis à côté d’elle lors du dîner, il commence toute­­fois à mieux la comprendre. Au point que deux heures plus tard, les nouveaux amis échangent un baiser à l’ombre d’un buis­­son. Rentrée en Finlande le jour suivant, Anu Parta­­nen reste en contact avec cet écri­­vain améri­­cain, Trevor Corson. Une rela­­tion à distance s’ins­­taure, ponc­­tuée par de courtes visites ; de lui en Finlande et d’elle aux États-Unis. Après deux ans à se voir épiso­­dique­­ment, ils s’en­­tendent pour habi­­ter ensemble. Au départ, la jour­­na­­liste n’a pour­­tant pas très envie de s’ins­­tal­­ler outre-Atlan­­tique : « Je voulais être une femme forte, intel­­li­­gente, créa­­tive, pas une fille qui aban­­donne tout pour un homme », remarque-t-elle. « Mais Trevor ne parlait pas finnois. Et il y a plusieurs choses qu’il n’au­­rait pas su gérer en Finlande. Après sa première visite, en hiver, il s’est empressé de racon­­ter à ses amis qu’il n’avait vu le soleil que trois heures par jour. »

Tout bien réflé­­chi, l’en­­thou­­siasme des New-Yorkais présente quelques avan­­tages par rapport à la menta­­lité nordique : « Les Finlan­­dais ont tendance à voir la vie comme une suite d’obs­­tacles et de décep­­tions, et à se conten­­ter de courtes conver­­sa­­tions et de petits plai­­sirs, en sorte qu’ils peuvent paraître taci­­turnes voire méchants pour un étran­­ger », admet-elle. « J’ima­­gi­­nais Trevor quit­­ter l’ex­­ci­­ta­­tion de New York pour se retrou­­ver dans un cauche­­mar sombre et soli­­taire à cause de mon pays intro­­verti. J’étais presque embar­­ras­­sée de lui parler du “sisu”. »

En français, ce terme finnois peut se rappor­­ter au courage ou à la rési­­lience. Enfant, Anu Parta­­nen devait avoir du sisu, autre­­ment dit des tripes. À 10 ans, avec son frère, elle roulait à vélo sur plusieurs kilo­­mètres au milieu des bois d’Es­­poo, à l’ouest d’Hel­­sinki, pour aller à l’école. L’hi­­ver, il fallait faire le chemin en skis, ce que la jeune fille n’ap­­pré­­ciait guère. Au lieu de cela, un jour de grand froid, elle est partie à pied. Pour ne pas s’en­­fon­­cer dans la neige et conti­­nuer à avan­­cer, Anu Parta­­nen a parcouru près d’1,5 kilo­­mètre en rampant. « Mes parents étaient fiers de moi. C’était le signe que j’avais du sisu. »

Des soldats finlan­­dais lors de la guerre en Caré­­lie contre l’URSS

L’hos­­ti­­lité du climat finlan­­dais ne laisse pas d’autre choix. Quand le terri­­toire était sous la domi­­na­­tion de la couronne suédoise, à la fin du XVIIe siècle, il a été touché par une vague de froid telle que près de la moitié de sa popu­­la­­tion aurait été déci­­mée faute de nour­­ri­­ture. Entre 1866 et 1868, le gel a entraîné une nouvelle famine, tuant 9 % des habi­­tants de la région, alors contrô­­lée par l’em­­pire russe. Le PIB par habi­­tant a ensuite augmenté à une moyenne de 1,5 % par an jusqu’en 1913. Cinq ans plus tard, le pays arra­­chait son indé­­pen­­dance au prix d’une sévère crise, son alimen­­ta­­tion dépen­­dant large­­ment de Moscou.

Soute­­nue par les expor­­ta­­tions de bois, l’éco­­no­­mie est restée prin­­ci­­pa­­le­­ment agraire jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, conflit au terme duquel les Sovié­­tiques ont annexé la Caré­­lie, à l’est de la Finlande. Pour sortir du marasme, Helsinki n’a cepen­­dant pas hésité à conclure des accords commer­­ciaux avec l’URSS, tout en s’in­­dus­­tria­­li­­sant. Même si le pays s’est engagé sur un cycle de crois­­sance à la suite d’autres États euro­­péens des années 1960, il restait « dans un état peu enviable, écono­­mique­­ment et poli­­tique­­ment », jugeait un jour­­na­­liste du New Yorker en 1964. « La nation finlan­­daise compte 4,5 millions d’in­­di­­vi­­dua­­listes intran­­si­­geants et il leur faut pas moins de dix partis poli­­tiques pour expri­­mer leurs opinions discor­­dantes. »

Le juge­­ment est sévère. Si l’échiquier poli­­tique est par trop éclaté, les ancêtres d’Anu Parta­­nen étaient néan­­moins suffi­­sam­­ment altruistes pour s’en­­tendre sur un modèle de sécu­­rité sociale en 1970. « Chez les Finlan­­dais, qui eurent à se battre pour survivre, la rela­­tion entre indi­­vidu et société est plus marquée par le bien commun que chez les peuples qui n’étaient expo­­sés à aucun danger », théo­­rise Pauli Kettu­­nen, profes­­seur d’his­­toire contem­­po­­raine à l’uni­­ver­­sité d’Hel­­sinki. Cela ne veut pas dire qu’ils s’en­­tendent aisé­­ment sur sa défi­­ni­­tion. « Le système parle­­men­­taire était instable et les gouver­­ne­­ments de courte durée étaient typiques de la Finlande jusqu’au début des années 1980 », retrace-t-il.

L’État compé­­ti­­tif

Par-dessus les branches de ses lunettes, Bill Clin­­ton aperçoit le patron de Google, Eric Schmidt, la philan­­thrope et femme du patron de Micro­­soft, Melinda Gates, ainsi que le PDG de Proc­­ter & Gamble Bob McDo­­nald. Tous sont rassem­­blés à ses côtés sur la scène du Time Square Shera­­ton Hotel de New York, ce mardi matin de septembre 2010. Mais il regarde ailleurs. Sa longue silhouette bleu marine, sur laquelle une cravate rouge fait l’ef­­fet d’un point d’ex­­cla­­ma­­tion, est tour­­née vers une petite femme aux cheveux orange. « Il y a un grand débat aux États-Unis », professe l’an­­cien président améri­­cain, deux ans après le déclen­­che­­ment de la crise finan­­cière des subprimes. « Qu’est-ce qui fait la réus­­site d’un pays au XXIe siècle ? »

Tarja Halo­­nen
Crédit : minis­­tère des Affaires étran­­gères

La rousse que Clin­­ton prend à témoin est la prési­­dente finlan­­daise, Tarja Halo­­nen. « Elle a un pays qui est toujours dans les cinq mieux clas­­sés en termes d’édu­­ca­­tion, de fonc­­tion­­ne­­ment de l’éco­­no­­mie, de distri­­bu­­tion des richesses et d’op­­por­­tu­­nité », disait-il en la présen­­tant plus tôt. Un mois avant la confé­­rence, le maga­­zine News­­week en faisait carré­­ment le « meilleur du monde ». Ce trai­­te­­ment média­­tique élogieux « a commencé avec la ferveur susci­­tée par le système éduca­­tif finlan­­dais », pointe Ana Parta­­nen. « Les adoles­­cents finlan­­dais se classent dans les meilleurs en litté­­ra­­ture, en maths et en sciences depuis 2000. » Autre­­ment dit, depuis l’ar­­ri­­vée de Tarja Halo­­nen au pouvoir.

Élue au parle­­ment pour la première fois en 1979, cette fille d’une famille d’ou­­vrier, première femme avocate d’un syndi­­cat, a assisté en bonne place à la mise en place d’une poli­­tique volon­­ta­­riste de déve­­lop­­pe­­ment de tech­­no­­lo­­gies de l’in­­for­­ma­­tion dans les années 1980. Celles-ci exercent une « fasci­­na­­tion » sur les Finlan­­dais estime Hélène Bauchon. « Dès les années 1980, l’In­­ter­­net, alors complè­­te­­ment inconnu du grand public, a été importé des États-Unis par des étudiants finlan­­dais », rappelle l’ana­­lyste de l’OFCE. Dans le même temps, l’iné­­ga­­lité des reve­­nus est l’une des plus faibles des pays riches regrou­­pés dans la zone OCDE.

Le système de protec­­tion sociale assem­­blé pièce par pièce pendant les décen­­nies précé­­dentes couvre l’en­­semble de la société et non seule­­ment ceux qui sont dans le besoin. Il s’ins­­pire large­­ment du livre de 1961, 60-luvun sosiaa­­li­­po­­li­­tiikka (« une poli­­tique sociale pour les années 1960 »). Son auteur, Pekka Kuusi y affirme que « dans la société contem­­po­­raine, la démo­­cra­­tie, l’éga­­lité et la crois­­sance semblent par chance être inter­­­dé­­pen­­dantes. » Aussi, le légis­­la­­teur ne s’est-il pas contenté de mettre en place un dispo­­si­­tif d’as­­su­­rance mala­­die deux ans plus tard. Il a aussi instauré une redis­­tri­­bu­­tion progres­­sive des richesses. Cet État social n’em­­pêche pas l’émer­­gence d’un « État compé­­ti­­tif », analyse Pauli Kettu­­nen. Les insti­­tu­­tions publiques sont « inter­­­pré­­tées comme des préa­­lables néces­­saires pour une compé­­ti­­ti­­vité fondée sur l’in­­no­­va­­tion », précise-t-il.

La crois­­sance enclen­­chée par des entre­­prises comme Nokia est cepen­­dant enrayée par la chute de l’Union sovié­­tique, et la réces­­sion euro­­péenne au début des années 1990. D’ailleurs, la Finlande est présen­­tée comme un lieu où « la mélan­­co­­lie, la tris­­tesse et la timi­­dité abondent » dans le programme améri­­cain de la chaîne CBS 60 Minutes, diffusé en 1993. Une fois encore, les Améri­­cains semblent mal comprendre ce qui s’y trame. « La crise écono­­mique des années 1990 devint une part du grand récit de la survie natio­­nale », fait valoir Pauli Kettu­­nen. « L’his­­toire des sacri­­fices qui permirent de surmon­­ter la crise est insé­­pa­­ra­­ble­­ment mêlée aux discours qui pointent le succès de la réponse natio­­nale aux défis de la mondia­­li­­sa­­tion et de l’in­­té­­gra­­tion euro­­péenne grâce aux connais­­sances sociales et à l’in­­no­­va­­tion. »

Après la nomi­­na­­tion de Tarja Halo­­nen au poste de ministre des Affaires étran­­gères en 1995, « l’éco­­no­­mie finlan­­daise a été parmi les écono­­mies de l’UE connais­­sant les taux de crois­­sance les plus rapides, et ce grâce aux expor­­ta­­tions dans le secteur des tech­­no­­lo­­gies de l’in­­for­­ma­­tion et de la commu­­ni­­ca­­tion en pleine expan­­sion », note un rapport du parle­­ment euro­­péen en 2002. Lorsque Halo­­nen devient la première femme prési­­dente, en 2000, Anu Parta­­nen a 25 ans. Elle vient d’être enga­­gée par le Helsin­­gin Sano­­mat. « J’étais Finlan­­daise jusqu’au bout des ongles », glisse-t-elle. « J’avais grandi et avais été éduquée dans ce pays nordique soudai­­ne­­ment devenu à la mode. »

Anu Parta­­nen
Crédits : anupar­­ta­­nen.com

Grâce à une amélio­­ra­­tion de la forma­­tion des ensei­­gnants mise en place dans les années 1990, trois enquêtes du Programme for Inter­­na­­tio­­nal Student Assess­­ment (Pisa) indiquent que « la perfor­­mance de l’édu­­ca­­tion est bonne dans tous les domaines et que les étudiants finlan­­dais, en moyenne, ont de bons résul­­tats dans tous les sujets – mathé­­ma­­tiques, science et litté­­ra­­ture. » Au moment où les réformes commencent à porter leurs fruits, Anu Parta­­nen termine juste­­ment ses études. « Quand j’étais à l’école, ce n’était pas extra­­or­­di­­naire », souffle-t-elle. « C’est devenu plus moderne et flexible à mon entrée sur le marché du travail. Cela montre que le système peut être amélioré rela­­ti­­ve­­ment rapi­­de­­ment. »

En 2006, la Finlande se classe sixième sur la « première carte mondiale du bonheur » publiée par l’uni­­ver­­sité de Leices­­ter et deuxième du rapport sur la compé­­ti­­ti­­vité du Forum écono­­mique mondial. Alors que la répu­­ta­­tion du pays traverse les fron­­tières, Anu Parta­­nen suit le mouve­­ment deux ans plus tard. À New York, elle prend plei­­ne­­ment conscience de ses avan­­tages sur les États-Unis : « Les Finlan­­dais consi­­dèrent le système de sécu­­rité sociale comme acquis, mais il n’existe rien de tel dans bien des pays », remarque la jour­­na­­liste. « Non seule­­ment les Améri­­cains doivent payer cher pour se faire soigner, mais toute démarche admi­­nis­­tra­­tive prend beau­­coup plus de temps qu’en Finlande. »

Le World Happi­­ness Report de 2019 n’est fina­­le­­ment que le dernier d’une longue série de rapports inter­­­na­­tio­­naux qui distinguent la Finlande. Pour beau­­coup d’ha­­bi­­tants, « ses conclu­­sions sont un peu ridi­­cules », juge Anu Parta­­nen. « Les Finlan­­dais ont tendance à être pessi­­mistes, à se plaindre, et à ne pas beau­­coup sourire. L’étude est légè­­re­­ment trom­­peuse car c’était plus une enquête sur la satis­­fac­­tion que sur le bonheur. » Elle doit aussi être pondé­­rée par le taux de suicide, parmi les plus élevés d’Eu­­rope. Si le modèle social est égra­­ti­­gné par l’aus­­té­­rité du gouver­­ne­­ment, l’ex­­per­­tise natio­­nale dans les nouvelles tech­­no­­lo­­gies « permet aux gens d’avoir espoir en l’ave­­nir », estime-t-elle. « C‘est vrai qu’ils ont créé une société dans laquelle les choses fonc­­tionnent au total assez bien. »

La fameuse baby box

Anu Part­­na­­nen, par exemple, a pu faire de longues études et voya­­ger. Mais main­­te­­nant qu’elle a une fille, elle songe à rentrer en Finlande. Comme l’exis­­tence de la baby box l’illustre, « la vie y est meilleure pour un enfant », sourit-elle.


Couver­­ture : Paysage finlan­­dais. (Carlos « Grury » Santos/Unsplash)


Premium WordP­ress Themes Down­load
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
online free course
Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
download udemy paid course for free

Plus de monde