Alors le Congrès se demande si la maladie de Lyme a été créée par le Pentagone, la vulnérabilité des installations où sont conservés les virus est pointée du doigt.

par Servan Le Janne | 19 juillet 2019

À un peu moins d’un kilo­­mètre de Long Island, au nord-est de New York, l’île de Plum est étran­­ge­­ment épar­­gnée par la spécu­­la­­tion immo­­bi­­lière, pas par le mystère. Sur cette bande de terre en forme de de pisto­­let, un labo­­ra­­toire natio­­nal mène depuis 1954 des recherches qui ne lassent pas d’ex­­ci­­ter les théo­­ries du complot. Ces fantasmes enivrés de bêtes difformes et d’épi­­dé­­mies dévas­­ta­­trices se sont frayés un chemin jusqu’au Congrès améri­­cain. Le 11 juillet 2019, la Chambre des repré­­sen­­tants a approuvé un amen­­de­­ment deman­­dant au Penta­­gone de lancer une enquête afin de déter­­mi­­ner si la mala­­die de Lyme a été créée par des scien­­ti­­fiques améri­­cains.

« Depuis des années, des livres et des articles suggèrent que des recherches sont menées dans les instal­­la­­tions du gouver­­ne­­ment, notam­­ment à Fort Detrick et Plum Island, pour trans­­for­­mer les tiques et d’autres insectes en armes biolo­­gique », a déclaré l’au­­teur de l’amen­­de­­ment, le repré­­sen­­tant du New Jersey Chris Smith (Répu­­bli­­cain). À ces travaux est venu s’ajou­­ter en mai dernier un livre au titre saisis­­sant : Bitten: The Secret History of Lyme Disease and Biolo­­gi­­cal Weapons (« Mordu : l’his­­toire secrète de la mala­­die de Lyme et des armes biolo­­giques »).

Son autrice, l’écri­­vaine scien­­ti­­fique Kris Newby, de l’uni­­ver­­sité Stan­­ford, s’in­­té­­resse à une mala­­die qu’elle a contracté comme 300 000 autres Améri­­cains chaque année. Ses recherches l’ont conduite à remon­­ter à celui qui a décou­­vert cette infec­­tion trans­­mise par les tiques, Willy Burg­­dor­­fer.

La mysté­­rieuse île de Plum Island
Crédits : Kyse­­lak

Mort en 2014, cet ento­­mo­­lo­­giste d’ori­­gine suisse « était aussi un spécia­­liste des armes biolo­­giques », a avancé Smith devant ses collègues. À en croire l’ou­­vrage, il a déve­­loppé des insectes porteurs de virus pendant la guerre froide, ce qui l’a amené à croire que la mala­­die de Lyme était la consé­quence d’une expé­­rience mili­­taire qui aurait mal tourné. « Nous savons qu’il y avait des fermes à tiques à Plum Island et Fort Detrick », pour­­suit Smith, en souli­­gnant que le président Nixon aurait ordonné l’ar­­rêt des recherches sur les armes biolo­­giques en 1969.

Certains scien­­ti­­fiques contestent l’hy­­po­­thèse de Newby, arguant que la bacté­­rie à l’ori­­gine de la mala­­die de Lyme précède de loin l’ou­­ver­­ture de Plum Island. Si le labo­­ra­­toire doit fermer en 2023, ses recherches seront pour­­sui­­vies par le Natio­­nal Bio and Agro-Defense Faci­­lity, au Texas. En Virgi­­nie, la Defense Advan­­ced Research Projects Agency (Darpa) élabore un programme baptisé « Insect Allies » qui consiste à modi­­fier les gènes d’in­­sectes afin qu’ils rendent les cultures plus résis­­tantes au contact de leurs plantes. Et ailleurs aux États-Unis, de nombreuses recherches sur les épidé­­mies sont menées avec le risque que, d’une manière ou d’une autre, les virus s’échappent du labo­­ra­­toi­­re…

La tempête

L’ou­­ra­­gan Harvey rend son dernier souffle. Ce 30 août 2017, la côte texane sort rava­­gée de cinq jours de tempête. Au sud de Hous­­ton, sur l’île de Galves­­ton, l’aé­­ro­­port Scholes rouvre ses pistes. Le premier appa­­reil à s’y poser est un gros C-130 de l’US Air Force. Dans les flaques qui délavent le tarmac, le reflet de son fuse­­lage gris se confond avec les nuages. Harvey a éven­­tré les maisons et retourné les voitures, envoyant quelque 40 000 habi­­tants du comté à la rue. Du ciel, respon­­sable de tant de catas­­trophes, viennent aussi fina­­le­­ment les secours : l’ar­­mée améri­­caine évacue des centaines de personnes bloquées ici.

Le Galves­­ton Natio­­nal Labo­­ra­­tory
Crédits : Zero/Six Consul­­ting, LLC

Au nord de l’île, un large bloc couleur sable de sept étages n’a pas bougé. Mais tout est-il en place derrière ses grandes vitres aux reflets bleu­­tés ? Le jour­­na­­liste améri­­cain Joe Lauria s’in­­ter­­roge. « Il n’y a pas eu de nouvelles de Galves­­ton alors que le presse ne pouvait pas rejoindre l’île à cause des inon­­da­­tions », s’inquiète-t-il. Or, des virus mortels sont confi­­nés dans ce labo­­ra­­toire. L’an­­née de son ouver­­ture, en 2008, l’ou­­ra­­gan Ike n’avait pas causé de dommages. Mais l’uni­­ver­­sité du Texas dont il dépend avait en revanche perdu son alimen­­ta­­tion de secours, ce qui avait entraîné la fonte des congé­­la­­teurs.

Cette fois, le cyclone était deux fois plus puis­­sant, rappe­­lant la tempête de 1900, respon­­sable d’entre 6 000 et 12 000 morts dans la région. Alors, pourquoi avoir installé un coffre à mala­­dies conta­­gieuses à un endroit qui venait d’être affecté par une tempête ? « C’est complè­­te­­ment fou », s’alar­­mait le magis­­trat spécia­­lisé dans l’éco­­lo­­gie, Jim Black­­burn, en 2008. « Je trouve incroyable que les Texans acceptent de courir un risque que beau­­coup d’autres, dans notre pays, refu­­se­­raient. » Dans les colonnes du New York Times, Ken Kramer ne disait pas autre chose : « Il faudrait penser à instal­­ler le labo­­ra­­toire ailleurs que sur l’île de Galves­­ton pour le mettre hors de danger. »

Dès le 31 août, le direc­­teur du labo­­ra­­toire, James LeDuc, se montrait rassu­­rant. « Il n’y a pas de problème », annonçait-il au Daily News. « La struc­­ture a été construite pour résis­­ter aux oura­­gans et c’est bien ce qu’elle a fait. Il n’y a pas eu de faille de sécu­­rité, physique ou biolo­­gique. » La préci­­sion a son impor­­tance, car l’in­­verse s’est déjà produit. En mars 2014, entre le passage de Ike et celui de Harvey, le labo­­ra­­toire a laissé filer un flacon conte­­nant le Guana­­rito, un virus véné­­zué­­lien provoquant une fièvre hémor­­ra­­gique mortelle compa­­rable à Ebola.

Pour embar­­ras­­sante qu’elle soit, cette perte ne repré­­sente pas un danger extrême, le Guana­­rito se propa­­geant géné­­ra­­le­­ment entre rongeurs en Amérique du Sud. Selon le président de la branche médi­­cale de l’uni­­ver­­sité du Texas, David Callen­­der, il ne survi­­vrait pas dans l’or­­ga­­nisme des animaux vivant sur le sol améri­­cain. Du reste, les cher­­cheurs supposent que le flacon manquant a été détruit « durant un proces­­sus de stéri­­li­­sa­­tion normal ».

Six mois après l’in­­ci­dent, les auto­­rité améri­­caines ont imposé un mora­­toire sur le finan­­ce­­ment des recherches vouées à modi­­fier les microbes afin de les rendre plus meur­­triers. Car oui, des scien­­ti­­fiques travaillent à accroître la dange­­ro­­sité de certains virus. « Pour comprendre comment ils vont affec­­ter un sujet ou un autre, on peut augmen­­ter leur pouvoir patho­­gène », explique Frédé­­ric Tangy, chef de l’unité de géno­­mique virale et vacci­­na­­tion à l’Ins­­ti­­tut Pasteur. À l’uni­­ver­­sité du Wiscon­­sin, le Japo­­nais Yoshi­­hiro Kawaoka venait préci­­sé­­ment de donner nais­­sance à une version mutante du H1N1. Cette grippe qui a fait plus de 200 000 victimes en 2009 a depuis été rendue quasi­­ment inof­­fen­­sive par les anti­­corps déve­­lop­­pés par l’homme. Sauf que Kawaoka lui a conféré les proprié­­tés pour les contour­­ner.

S’il venait à se propa­­ger, son virus « lais­­se­­rait la popu­­la­­tion mondiale sans défense », selon un cher­­cheur inter­­­rogé par The Inde­­pendent. Pareille pers­­pec­­tive a vite été écar­­tée par le mora­­toire d’oc­­tobre 2014. Sauf que ce dernier vient juste­­ment d’être levé en décembre 2017.

Une sécu­­rité grip­­pée

« Venez tous au Mary­­land ! » lance Nina Pham en rigo­­lant. Ce 16 octobre 2014, l’in­­fir­­mière du Texas Health Pres­­by­­te­­rian Hospi­­tal de Dallas est dans une posi­­tion inha­­bi­­tuelle. C’est elle qui est allon­­gée sur un lit d’hô­­pi­­tal, au Natio­­nal Insti­­tute of Health de Beths­­day, dans le Mary­­land. La jeune Améri­­caine dédra­­ma­­tise. Mais, à l’image du méde­­cin en combi­­nai­­son inté­­grale qui lui fait face, l’Amé­­rique la craint comme la peste. Nina Pham a contracté Ebola en soignant un patient libé­­rien. Elle s’en sortira.

Le lende­­main, tandis que son trai­­te­­ment a commencé, la Maison-Blanche annonce suspendre son finan­­ce­­ment aux recherches augmen­­tant la trans­­mis­­si­­bi­­lité des virus. S’il déclare alors se plier à cette déci­­sion, Yoshi­­hiro Kawaoka ne cache pas sa réti­­cence. « J’es­­père que ce sujet pourra être discuté ouver­­te­­ment et de manière construc­­tive afin que des recherches impor­­tantes ne soient pas retar­­dées infi­­ni­­ment », explique-t-il. Pour lui, ce type d’ex­­pé­­riences est une manière de prévoir les évolu­­tions poten­­tielles des virus. Ainsi, donner à Ebola la capa­­cité de se trans­­mettre dans l’air pour­­rait permettre de connaître son compor­­te­­ment s’il venait à muter. Mais cela ne va pas sans risques.

Dans un article scien­­ti­­fique paru en 2010, le cher­­cheur en mala­­die infec­­tieuses améri­­cain Joel O. Wertheim, de l’uni­­ver­­sité de Cali­­for­­nie à San Diego, raconte comment, en mai 1977, le virus H1N1 est sans doute réap­­paru, en Chine, après 20 ans d’ab­­sence, à cause d’une fuite. « L’ana­­lyse géné­­tique a indiqué qu’il manquait à la souche [bacté­­rienne] des décen­­nies d’évo­­lu­­tion, ce qui suggère qu’elle a été libé­­rée d’un labo­­ra­­toire où elle avait été conge­­lée. » L’ob­­ser­­va­­tion se répète, en 1995, au Vene­­zuela et en Colom­­bie. Un virus étran­­ge­­ment simi­­laire à sa version des années 1960, l’en­­cé­­pha­­lite équine véné­­zué­­lienne, fait plus de 300 morts.

La négli­­gence de quelques scien­­ti­­fiques entraîne la diffu­­sion du syndrome respi­­ra­­toire aigu sévère (Sras) en Asie en 2003 et, l’an­­née suivante, la cher­­cheuse russe Anto­­nina Pres­­nya­­kova trouve la mort en s’ino­­cu­­lant par acci­dent le virus Ebola. Cet histo­­rique chargé n’est pas sans peser dans le débat qui s’ouvre en 2011. Cette année-là, une équipe de cher­­cheurs néer­­lan­­dais diri­­gée par Ron Fouchier présente ses travaux sur la grippe H5N1. Par une modi­­fi­­ca­­tion géné­­tique, elle est parve­­nue à donner à la mala­­die la faculté de se trans­­mettre d’homme à homme, chose alors impos­­sible.

Schéma de H5N1

Saisi de l’af­­faire, le Natio­­nal Science Advi­­sory Board for Biose­­cu­­rity (NSABB), se prononce contre la publi­­ca­­tion des recherches. Il craint que des esprits mal inten­­tion­­nés s’en emparent. « Les béné­­fices de cette publi­­ca­­tion ne surpassent pas le danger que repré­­sente le fait de révé­­ler comment repro­­duire ce virus », glisse l’un des membres de ce comité d’éthique améri­­cain, Thomas Ingelsby, au New Scien­­tist. De l’aveu même de Ron Fouchier, ce H5N1 modi­­fié repré­­sente « proba­­ble­­ment l’un des virus les plus dange­­reux qu’on puisse fabriquer ».

À l’hi­­ver 2012, des cher­­cheurs proposent d’eux-mêmes de prendre un mora­­toire sur la recherche en lien avec la grippe aviaire. Appuyée par le gouver­­ne­­ment, l’ini­­tia­­tive se prolonge jusqu’en janvier 2013, date à laquelle 40 scien­­ti­­fiques annoncent y mettre fin. « Les études sur la trans­­mis­­sion du H5N1 sont essen­­tielles à la prépa­­ra­­tion aux pandé­­mies et à notre compré­­hen­­sion de l’adap­­ta­­tion des virus aux mammi­­fères », plaident-ils. Mais, un an plus tard, deux épidé­­mio­­lo­­gistes améri­­cains, Marc Lipsitch et Alison Galvani, prennent la plume pour aler­­ter sur les dangers des modi­­fi­­ca­­tions appor­­tées aux virus en labo­­ra­­toire : « Le problème, c’est que vous créez quelque chose qui n’existe pas à l’état natu­­rel et combine une grande viru­­lence avec une habi­­lité à se trans­­mettre effi­­ca­­ce­­ment. »

La rage en débat

Ce jour de décembre 2014, devant une assis­­tance clair­­se­­mée de l’Aca­­dé­­mie des sciences améri­­caine, Yoshi­­hiro Kawaoka se veut conci­­liant. « Nous devons trou­­ver un consen­­sus », philo­­sophe-t-il à la fin de son inter­­­ven­­tion en faveur de la recherche en « gain de fonc­­tion » des virus. La tâche est malai­­sée. Beau­­coup, dans la salle, voient son travail d’un œil critique. « J’ai rencon­­tré le profes­­seur Kawaoka et j’ai écouté les présen­­ta­­tions de ses recherches. Honnê­­te­­ment, ce n’est pas rassu­­rant », juge Tom Jeffries, membre du comité de biosé­­cu­­rité du Wiscon­­sin. « Dans le proto­­cole de recherche, il n’y avait qu’un bref résumé de ce qu’il faisait vrai­­ment. Il y avait des éléments qui me déran­­geaient. »

Le mora­­toire a alors déjà mis en pause 21 projets sur la grippe ou concer­­nant des vaccins. Cela n’ar­­rête cepen­­dant pas le débat. Seuls quelques-uns repré­­sentent une véri­­table menace, conclut le NSABB en 2016, permet­­tant à dix d’entre eux d’être relan­­cés. Le dépar­­te­­ment améri­­cain de la Santé et des services à la personne prépare en fait un docu­­ment traçant de nouvelles lignes pour les scien­­ti­­fiques créant des patho­­gènes avec un poten­­tiel endé­­mique. Cette régle­­men­­ta­­tion concerne les virus modi­­fiés de manière à infec­­ter d’autres espèces ou la recréa­­tion de patho­­gènes dispa­­rus à l’état natu­­rel. Elle n’en­­cadre en revanche pas le déve­­lop­­pe­­ment de vaccins et la surveillance épidé­­mio­­lo­­gique. Le 19 décembre 2017, le mora­­toire est fina­­le­­ment levé.

La recherche permet­­tra-t-elle de mieux prévoir les épidé­­mies à venir ou en sera-t-elle à l’ori­­gine ?

Pour Marc Lipsitch, ce genre d’études « n’a presque rien fait pour amélio­­rer notre prépa­­ra­­tion aux pandé­­mies, mais risquent pour­­tant de créer un acci­dent ». Ce scien­­ti­­fique de Harvard craint tout spécia­­le­­ment la capa­­cité des virus à se propa­­ger rapi­­de­­ment. « Combi­­nez cela avec la rage, et vous pour­­riez avoir une apoca­­lypse zombie », écri­­vait le jour­­na­­liste scien­­ti­­fique améri­­cain Ker Than dans Natio­­nal Geogra­­phic, en 2010. Le temps d’in­­cu­­ba­­tion de la rage devrait à cet effet être réduit par des muta­­tions géné­­tiques. « C’est tout à fait plau­­sible », selon la viro­­logue de l’uni­­ver­­sité de Miami Samira Andreansky.

Heureu­­se­­ment, des virus sans corré­­la­­tion comme la rage et le grippe ne s’hy­­brident pas dans la nature. Mais, s’il n’y a aucune chance de voir des foules enra­­gées courir après les derniers bien-portants de l’es­­pèce, un virus comme la variole a déjà prouvé son poten­­tiel destruc­­teur. Or, « la séquence de l’in­­fec­­tion qui a tué 15 à 20 % de l’hu­­ma­­nité pendant des siècles est dispo­­nible sur Inter­­net », souligne Frédé­­ric Tangy. « Une personne mal inten­­tion­­née la trou­­vera sans mal. » En juillet 2017, deux biolo­­gistes cana­­diens, David Evans et Ryan Noyce, ont recom­­posé de manière synthé­­tique la variole équine en six mois, moyen­­nant 88 000 euros. Tout leur maté­­riel peut être trouvé en ligne.

Crédits : Walter Otto

À Galves­­ton, le labo­­ra­­toire conte­­nant des virus mortel est bâti sur des pilonnes enfon­­cés 35 mètres sous le sol. « L’île entière peut être submer­­gée, et il sera toujours là », assure don direc­­teur, James LeDuc. Par ailleurs, « il n’y a pas un centre de recherches qui peut faire des mani­­pu­­la­­tions de ce genre sans un contrôle extrê­­me­­ment strict », souligne Frédé­­ric Tangy. Dans un discours prononcé la veille de la fin du mora­­toire, le 18 décembre 2017, Donald Trump a pour­­tant cité Ebola et le Sars comme des menaces majeures. Car le président étasu­­nien craint semble-t-il que des terro­­ristes s’en servent.

« On peut imagi­­ner que des membres de Daech disposent d’un docto­­rat en sciences et de l’équi­­pe­­ment néces­­saire, mais une bombe tradi­­tion­­nelle fera toujours plus de dégâts », rela­­ti­­vise sombre­­ment le cher­­cheur français. Car en l’état actuel des choses, l’hu­­ma­­nité a selon lui ce qu’il faut pour circons­­crire la menace et la trai­­ter – comme ce fut le cas avec Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014. En outre, « plus une infec­­tion se répand, moins elle est viru­­lente. Au fur et à mesure des passages chez l’homme, elle s’at­­té­­nue ».

Les Améri­­cains consi­­dèrent néan­­moins le péril sérieu­­se­­ment. « J’ai visité des bunkers souter­­rains, au nord de Washing­­ton, où ils préparent des contre-mesures », témoigne Frédé­­ric Tangy. Dans le même temps, la recherche reprend. Permet­­tra-t-elle de mieux prévoir les épidé­­mies à venir ou en sera-t-elle à l’ori­­gine ? « C’est un débat philo­­so­­phique énorme pour la science », admet Frédé­­ric Tangy.


Couver­­ture : Un méchant virus. (Ulyces)


Free Down­load WordP­ress Themes
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes
free down­load udemy paid course
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Free Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
download udemy paid course for free

PLUS DE SCIENCE