par Theo Padnos | 0 min | 8 novembre 2016

Cet ensemble d’ar­­ticles est publié dans le cadre de notre couver­­ture du Web Summit 2016. banniere-facebook-sansthecamp La robo­­tique et l’in­­tel­­li­­gence arti­­fi­­cielle sont amenées à entre­­te­­nir une rela­­tion de plus en plus proche, pour fina­­le­­ment deve­­nir un seul et même champ de recherche. L’une des problé­­ma­­tiques prin­­ci­­pales de l’in­­tel­­li­­gence arti­­fi­­cielle, dès lors qu’on pense à démo­­cra­­ti­­ser son utili­­sa­­tion, est l’in­­ter­­face utili­­sa­­teur. Le besoin d’hu­­ma­­ni­­ser, tout du moins visuel­­le­­ment les intel­­li­­gences se fait de plus en plus sentir. C’est d’ailleurs le sens de l’in­­ter­­ven­­tion d’An­­dra Keay et Ben Goert­­zel aujourd’­­hui au Web Summit, Robots should look and act like people. De l’autre côté, en plus de l’ap­­pa­­rence, l’une des prin­­ci­­pales problé­­ma­­tiques de la robo­­tique avan­­cée est l’in­­tel­­li­­gence. Le nombre de ques­­tions morales et d’ajus­­te­­ments néces­­saires aux révo­­lu­­tions que cause­­ront l’in­­tro­­duc­­tion de ces tech­­no­­lo­­gies dans nos vies est virtuel­­le­­ment incal­­cu­­lable. En revanche, le déve­­lop­­pe­­ment hyper-rapide et la mise sur le marché des voitures sans pilote offre un exemple IRL de ce que vont deve­­nir les inter­­ac­­tions hommes-machines dans les années à venir, et de la façon dont nous tentons de gérer raison­­na­­ble­­ment les casse-têtes moraux qui en découlent. Notam­­ment, mais pas seule­­ment, le célèbre : la voiture sans conduc­­teur doit-elle proté­­ger son chauf­­feur à tout prix, y compris si cela coûte la vie à des passants ou à un autre auto­­mo­­bi­­liste ? Inver­­se­­ment, qui serait assez fou pour ache­­ter une voiture qui serait program­­mée pour sacri­­fier la vie de son ache­­teur quand les circons­­tances l’exigent ? Voici six enquêtes qui sont autant de regards furtifs vers un futur qui est déjà notre présent.

Ce robot veut deve­­nir le meilleur ami de l’homme

Les règles du jeu sont simples et adap­­tées pour les enfants. Elles ont été conçues pour apprendre aux utili­­sa­­teurs tout ce qu’il y a à savoir sur l’équi­­libre alimen­­taire et le diabète. Je m’as­­sois face à Char­­lie, mon petit compa­­gnon de jeu. Entre nous, un écran tactile. Notre mission : iden­­ti­­fier parmi une liste d’une quin­­zaine d’ali­­ments ceux qui possèdent un taux faible ou élevé de glucides. En faisant glis­­ser les images, on peut les trier et les clas­­ser par caté­­go­­rie.

innorobo_2015_-_nao_charlie
NAO, alias Char­­lie
Crédits : Xavier Caré/Wiki­­me­­dia Commons/CC-BY-SA

Char­­lie est poli, il se lève pour me saluer lorsque je le rejoins autour de la table. Nous jouons chacun notre tour. On se féli­­cite mutuel­­le­­ment lorsque nous trou­­vons la bonne réponse et nous faisons des commen­­taires à voix basse lorsque ce n’est pas le cas. Tout se passe bien. Je commence à m’at­­ta­­cher à Char­­lie. Mais Char­­lie est un robot, une machine élec­­tro­­mé­­ca­­nique de 60 cm. Certes il peut parler mais les choses sont ce qu’elles sont : Char­­lie est une machine ou plutôt un robot huma­­noïde. Comment puis-je donc m’y atta­­cher ? Lire la suite

Et si on appre­­nait aux machines à penser plutôt que calcu­­ler ?

« Tout dépend de ce que vous enten­­dez par “intel­­li­­gence arti­­fi­­cielle”. » Douglas Hofstad­­ter se tient dans une épice­­rie de Bloo­­ming­­ton, dans l’In­­diana, il choi­­sit des ingré­­dients pour prépa­­rer une salade. « Si par intel­­li­­gence arti­­fi­­cielle on désigne le projet de comprendre l’es­­prit, ou de créer quelque chose de simi­­laire à l’es­­prit humain, alors on peut dire – on n’est pas obligé d’al­­ler jusque-là –, mais on peut dire qu’il s’agit d’un des seuls travaux viables dans ce sens. » Hofstad­­ter prononce ces mots avec une désin­­vol­­ture assu­­mée, car il ne fait aucun doute pour lui que les projets les plus stimu­­lants dans le domaine de l’in­­tel­­li­­gence arti­­fi­­cielle moderne, ceux que le public consi­­dère comme autant de jalons vers un monde inspiré de la science-fiction – tels que Watson, le super-ordi­­na­­teur d’IBM qui joue au Jeopardy!, ou Siri, l’as­­sis­­tant vocal de l’iP­­hone – n’ont en réalité que bien peu à voir avec l’in­­tel­­li­­gence. Depuis trente ans, le plus souvent dans une vieille maison sur le campus de l’uni­­ver­­sité de l’In­­diana, lui et ses étudiants de master ont pris les choses en main : ils s’em­­ploient à essayer de comprendre le fonc­­tion­­ne­­ment de notre pensée, en déve­­lop­­pant des programmes infor­­ma­­tiques qui pensent. Lire la suite

La nouvelle inven­­tion des créa­­teurs de Siri va-t-elle prendre le contrôle du monde ?

Un V vert et imper­­son­­nel marque la porte d’un bureau ordi­­naire du centre ville de San José, en Cali­­for­­nie. À l’in­­té­­rieur, un billard, des tableaux blancs grif­­fon­­nés de formules et une douzaine de program­­meurs travaillent sur des ordi­­na­­teurs, des pisto­­lets Nerf à portée de main. Les trois fonda­­teurs sont rassem­­blés dans une salle de confé­­rence aux parois vitrées. « Ce que vous êtes sur le point de voir ici est le tout premier proto­­type », annonce Dag Kittlaus, l’homme d’af­­faires. « Ça a à peine quelques semaines. »

burton_wapo_vivlabs_0031462320786
Dans le Viv Labs
Crédits : WP

Sur l’écran du fond de la salle, un V vert appa­­raît. Des barres vertes se mettent à briller et la connexion s’éta­­blit. Voici Viv, leur outil pour domi­­ner le monde. C’est un concept tota­­le­­ment nouveau qui permet de commu­­niquer avec les machines et de les avoir à notre botte – et pas seule­­ment pour leur deman­­der des choses simples, mais aussi pour les faire réflé­­chir et réagir. À ce moment-là, Adam Cheyer, l’un des fonda­­teurs, est en train de contrô­­ler Viv à partir de son ordi­­na­­teur. « Je vais commen­­cer avec quelques requêtes simples », dit-il, « et puis je monte­­rai en puis­­sance. » Il pose une ques­­tion à voix haute : « Où en est JetB­­lue133 ? » Une seconde plus tard, Viv répond : « Encore en retard. Rien de nouveau, donc. » Lire la suite

Ces deux hommes veulent empê­­cher les machines de prendre le pouvoir

Comme si le domaine de l’in­­tel­­li­­gence arti­­fi­­cielle (IA) n’était pas déjà assez compé­­ti­­tif – avec des géants comme Google, Apple, Face­­book, Micro­­soft et même des marques auto­­mo­­biles comme Toyota qui se bous­­culent pour enga­­ger des cher­­cheurs –, on compte aujourd’­­hui un petit nouveau, avec une légère diffé­­rence cepen­­dant. Il s’agit d’une entre­­prise à but non lucra­­tif du nom d’OpenAI, qui promet de rendre ses résul­­tats publics et ses brevets libres de droits afin d’as­­su­­rer que l’ef­­frayante pers­­pec­­tive de voir les ordi­­na­­teurs surpas­­ser l’in­­tel­­li­­gence humaine ne soit pas forcé­­ment la dysto­­pie que certains redoutent. Lire la suite

Les voitures auto­­nomes vont-elles mettre tous les chauf­­feurs au chômage ?

Nous vivons une époque pros­­père pour les chauf­­feurs de camion. Selon les données récol­­tées par le bureau de recen­­se­­ment des États-Unis, il s’agit du métier le plus répandu dans 29 de leurs 50 États.

feature-80-musk-1-pop_5343
Elon Musk
Crédits : Forbes

Ce n’est pour­­tant pas le choix de carrière le plus ambi­­tieux. En réalité, c’est surtout un métier qui embauche et qui permet de toucher un salaire conve­­nable. Ces dernières années, une foule d’autres emplois ont connu des crises, mais les chauf­­feurs routiers semblent immu­­ni­­sés aux forces qui ont éliminé ces diverses profes­­sions : depuis plusieurs décen­­nies, ordi­­na­­teurs, distri­­bu­­teurs auto­­ma­­tiques et stations libre-service ont respec­­ti­­ve­­ment pris la place des secré­­taires, des guiche­­tiers et des pompistes. En revanche, on ne peut pas délo­­ca­­li­­ser la livrai­­son à domi­­cile et on attend encore de pouvoir auto­­ma­­ti­­ser la conduite sur de longs trajets. Lire la suite

Comment Elon Musk a sauvé Tesla pour en faire le construc­­teur auto­­mo­­bile du futur

Elon Musk ressem­­blait à un enfant qui entre dans une usine de jouets. En 2010, le CEO du jeune construc­­teur auto­­mo­­bile Tesla Motors avait 39 ans. Il se tenait à l’étage prin­­ci­­pal de l’usine de New United Motor Manu­­fac­­tu­­ring et regar­­dait avec émer­­veille­­ment une machine gigan­­tesque qui se trou­­vait plus haut. L’usine auto­­mo­­bile, surnom­­mée Nummi, est située à Fremont, en Cali­­for­­nie, mais c’est une véri­­table ville indus­­trielle à elle toute seule. Elle recouvre 1,5 million de mètres carrés et contient une usine de fabri­­ca­­tion de moules en plas­­tique, deux instal­­la­­tions de pein­­ture, 2,4 kilo­­mètres de chaînes de montage et une centrale élec­­trique de 50 méga­­watts. Depuis 1984, Toyota et Gene­­ral Motors parta­­geaient les lieux, y produi­­sant jusqu’à 450 000 voitures par an jusqu’à sa ferme­­ture en avril 2010. Aujourd’­­hui, après un remarquable retour­­ne­­ment de situa­­tion, Elon Musk en est le proprié­­taire. Ce twist a semblé le surprendre tout autant que le reste du secteur. Pendant des années, l’en­­tre­­pre­­neur à l’am­­bi­­tion déme­­su­­rée n’avait même pas le droit de visi­­ter l’usine. Les anciens proprié­­taires de l’en­­droit n’étaient pas à l’aise avec le fait qu’un poten­­tiel concur­rent puisse se prome­­ner libre­­ment dans le complexe. Non pas qu’ils aient eu grand-chose à craindre : en 2009, Tesla n’était parvenu à produire qu’en­­vi­­ron 800 voitures de sport élec­­triques à haute perfor­­mance. En somme, c’était un construc­­teur de niche dans une indus­­trie qui produit à la chaîne des millions de véhi­­cules. Lire la suite


Couver­­ture : La marée robo­­tique. (DR)
Premium WordP­ress Themes Down­load
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
free online course
Download WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
download udemy paid course for free

PLUS DE SCIENCE

Rencontre avec les inven­teurs de l’ex­pé­rience qui fait tomber amou­reux

273k 14 février 2019 stories . science

Peut-on soigner son corps en soignant son esprit ?

243k 12 février 2019 stories . science

Peut-on vivre jusqu’à 200 ans ?

248k 30 janvier 2019 stories . science