par Arthur Scheuer | 3 juillet 2016

Guerre froide

Pourquoi a-t-on souvent l’im­­pres­­sion que les États-Unis comprennent mal le Moyen-Orient ?

L’avan­­tage qu’ont les Français lorsqu’ils parlent du Moyen-Orient, c’est que la France était présente en Afrique du Nord jusqu’en 1962. Aujourd’­­hui encore, il y a beau­­coup de Français d’ori­­gine magh­­ré­­bine à Paris comme à Londres. En revanche, à Los Angeles ou même à New York, il y en a peu. Il y a des Iraniens mais ce sont tous des anciens parti­­sans du Shah. Quant aux Pales­­ti­­niens de New York, ils se sentent aujourd’­­hui plus new-yorkais que Pales­­ti­­niens.

Robert Baer a servi pendant 21 ans au Moyen-OrientCrédits : Youtube
Robert Baer a servi pendant 21 ans au Moyen-Orient
Crédits : YouTube

Le concept de guerre froide est-il le plus perti­nent pour parler de l’éter­­nel conflit larvé entre l’Ara­­bie saou­­dite et l’Iran ?

Oui. Je reviens de Damas et, avant de partir, j’ai utilisé mes rela­­tions au palais prési­­den­­tiel pour essayer d’en­­trer dans une prison car je voulais parler  avec un takfiri. J’au­­rais voulu lui deman­­der pourquoi ils avaient dyna­­mité Palmyre et pourquoi ils avaient gaspillé tant d’ex­­plo­­sifs. Mais malgré toutes les personnes que j’ai rencon­­trées, ça a été une perte de temps. Ils n’avaient aucune inten­­tion de me lais­­ser entrer en prison. Ils y ont déjà ouvert les portes excep­­tion­­nel­­le­­ment pour un jour­­na­­liste français, mais en temps normal, les Syriens ne donnent à personne l’au­­to­­ri­­sa­­tion d’y péné­­trer. Ce dont je suis certain, c’est que la guerre en Syrie est deve­­nue une guerre oppo­­sant l’Iran et son allié russe aux sunnites wahha­­bites et aux Saou­­diens. J’ai contacté des Saou­­diens sur Skype et je les ai inter­­­ro­­gés sur Falloujah. Ils sont horri­­fiés de voir toutes ces personnes massa­­crées parce qu’ils s’iden­­ti­­fient à ces gens – et pas forcé­­ment direc­­te­­ment à l’État isla­­mique, mais à ces gens. Ce sont des Saou­­diens culti­­vés et ils ont la convic­­tion que les chiites veulent exter­­mi­­ner les sunnites, les anni­­hi­­ler tota­­le­­ment. Leur objec­­tif ultime serait de prendre La Mecque – aussi fou que cela puisse paraître.


La ville de FalloujahCrédits : Wikipédia
La ville de Falloujah
Crédits : Wiki­­pé­­dia

D’après eux, les chiites pensent que leur temps est enfin venu, et les Iraniens utilisent les Houthis  pour passer par le Yémen. Les Saou­­diens sont deve­­nus tota­­le­­ment para­­noïaques. Et avec le prix du pétrole, ils dési­rent par-dessus tout renver­­ser les chiites à Bagdad, voire même en Iran. Le pétrole est leur seul pouvoir. À cela s’ajoute le fait que les Saou­­diens ont la convic­­tion que les Iraniens ont tué Rafiq Hariri, leur agent liba­­nais.

Il y a assez peu de doute sur le fait que cet atten­­tat est l’œuvre du Hezbol­­lah, leur proxy liba­­nais.

Oui, j’ai vu les preuves lorsque je travaillais au Tribu­­nal spécial des Nations unies pour le Liban. Avant la condam­­na­­tion, elles ont été rendues publiques. Les Saou­­diens se sont dit que si l’Iran avait pu tuer Hariri (qui finançait les takfi­­ris au Liban), alors les Saou­­diens étaient tous vulné­­rables. Le régime saou­­dien se sent faible face à l’Iran. Aux États-Unis, on ne voit pas les choses  sous cet angle, on est obnu­­bilé par le terro­­risme : ceux qui en sont et ceux qui n’en sont pas. Les Améri­­cains sont comme les Romains qui ne savaient rien des Goths, des Wisi­­goths ou des Vandales. La seule chose qu’ils voulaient, c’était se faire de l’argent sur leur dos.

00
Des marines améri­­cains en Irak (mars 2016)
Crédits : US Marine Corps

L’Irak est le point de contact le plus chaud entre sunnites et chiites.

Exac­­te­­ment. Les États-Unis ne refusent de discu­­ter avec les sunnites d’An­­bar et le respon­­sable de notre poli­­tique en Irak, Brett McGurk, ne le fera pas. Je le sais puisque j’ai person­­nel­­le­­ment essayé de les mettre en rela­­tion. Il les a lais­­sés en plan. D’après McGurk, la seule façon de parler avec les sunnites d’An­­bar, c’était de passer par le bureau de leur Premier ministre Abadi et de lui embras­­ser les mains et le cul pour qu’il daigne vous parler.

La posi­­tion améri­­caine dans cette guerre froide est-elle deve­­nue inte­­nable ?

Les États-Unis soutiennent les chiites en Irak depuis la dernière guerre du Golfe mais, plus globa­­le­­ment, ils soutiennent les Saou­­diens contre l’Iran et, encore plus globa­­le­­ment, ils sont oppo­­sés aux Russes et au crois­­sant chiite. C’est de la schi­­zo­­phré­­nie, il n’y a pas d’autre mot.

Quelle sont les consé­quences de cette schi­­zo­­phré­­nie sur le terrain ?

Le problème, c’est que les États-Unis et ses alliés prennent part à une guerre sectaire. Elle ne peut pas être gagnée. Même si l’on prend Racca, que l’on chasse Daech de Mossoul, une autre force surgira, autre part… à moins qu’ils n’at­­ter­­rissent tous en Turquie et ne créent leur État là-bas, ce qui serait tout aussi désas­­treux. Sans comp­­ter que refu­­ser tout dialogue avec les Iraniens est encore plus insensé : les États-Unis servent d’ap­­pui aérien aux Iraniens des Force Al-Qods à Falloujah. Aujourd’­­hui, les marines améri­­cains servent de force aérienne à l’Iran et personne ne veut s’en rendre compte.

Mideast_Iran_Election_Cork_s878x570
Les forces spéciales des Gardiens de la Révo­­lu­­tion isla­­mique (Al-Qods)
Crédits : Vahid Salemi

Nous sommes entrés dans une guerre perpé­­tuelle et les État-Unis n’en sorti­­ront jamais. Au total, le budget que le gouver­­ne­­ment a alloué au Moyen-Orient approche le billion de dollars. Pour beau­­coup de gens, se battre dans cette guerre inter­­­mi­­nable est devenu un moyen de gagner sa vie. C’est orwel­­lien.

Histoire sans fin

L’OTAN semble avan­­cer à vue…

C’est encore pire que ça. Les forces spéciales ne font pas grand-chose là-bas, ils font juste des selfies quand ils sont de sortie. Un SEAL a été tué il y a envi­­ron un mois et les autres SEAL se sont deman­­dés : « Pourquoi avait-il un drapeau améri­­cain sur l’équi­­pe­­ment qu’il portait ? » Ce qu’ils font, c’est qu’ils prennent des drapeaux et les mettent sur leurs sacs à dos, les emportent en mission et les renvoient aux États-Unis pour les vendre. C’est comme ce type qui a déclaré avoir tué Ben Laden, il récla­­mait des pots-de-vin pour en parler alors qu’il portait encore l’uni­­forme des SEAL. On se croi­­rait dans Mad Max. Pourquoi avoir tué le chef des tali­­bans au Pakis­­tan ? Main­­te­­nant, les tali­­bans ont un nouveau chef à leur tête et c’est encore pire : il a lancé plus d’at­­taques que nous aurions pu l’ima­­gi­­ner. Qui est à la tête des tali­­bans ? On s’en fiche complè­­te­­ment. Personne n’a jamais réussi et personne n’ar­­ri­­vera jamais à unifier les Pach­­tounes. Jamais. L’as­­sas­­si­­ner servait simple­­ment à dire au Congrès, qui est dominé par les Répu­­bli­­cains : « Regar­­dez ! On a tué quelqu’un ! On combat le terro­­risme. »

La seconde guerre du Golfe semble être la source du chaos.

Effec­­ti­­ve­­ment. On a inventé n’im­­porte quoi sur Saddam et le 11 septembre et c’était une excuse pour partir en guerre. On promeut un géné­­ral comme Petraeus (qui est demeure une figure respec­­tée aux USA), McCh­­rys­­tal ou un autre, puis ils forment un lobby. Ils passent vingt ans dans l’ar­­mée et ils travaillent ensuite pour une entre­­prise de Défense. C’est comme ça qu’ils gagnent leur vie.

Le général David PetraeusCrédits : Wikipédia
Le géné­­ral David Petraeus
Crédits : Wiki­­pé­­dia

Quelles seront les rela­­tions entre les États-Unis et ses alliés tradi­­tion­­nels, l’Ara­­bie saou­­dite et la Turquie ?

Je pense que l’Ara­­bie saou­­dite et la Turquie vont se replier sur l’is­­lam dans des propor­­tions inima­­gi­­nables. Erdo­­gan ressemble de plus en plus à un Frère musul­­man, cela se ressent dans tout ce que lui et sa femme disent. Il a centra­­lisé les pouvoirs. La Turquie va entrer de plus en plus en confron­­ta­­tion avec l’Iran et l’is­­sue risque, encore, d’être chao­­tique. Pendant ce temps, la civi­­lité de la famille royale saou­­dienne ne cesse de m’éton­­ner. Ils sont comme le petit Hans Brin­­ker qui colmate avec son doigt la brèche de la digue au bord de l’ex­­plo­­sion. Quand aura lieu cette explo­­sion ? Je ne sais pas. Le fait que certains membres hauts placés de la famille royale aient été kidnappé en Europe ces derniers mois, vrai­­sem­­bla­­ble­­ment par le pouvoir saou­­dien, n’est pas un bon signe. Avec l’Ara­­bie saou­­dite, on lit dans du marc de café, on ne sait pas vrai­­ment ce qu’il reste dans leurs champs de pétrole. Si le prix du baril reste à 40 dollars pendant cinq ans, ils seront sur la paille. Alors l’Ara­­bie saou­­dite se divi­­sera et quiconque voudra se défendre d’une inva­­sion des Houthis utili­­sera l’is­­lam pour justi­­fier la guerre. Plus le chaos règne, plus les gens se tournent vers Dieu.

102094295-aramco-oil-refinary-saudi-arabia.1910x1000
L’Ara­­bie saou­­dite est dépen­­dante de son pétrole
Crédits : CNBC

Et que feraient les États-Unis si le chaos gagnait l’Ara­­bie saou­­dite ?

Rien du tout, on ne peut rien faire. Il faut consi­­dé­­rer les guerres au Moyen-Orient comme des expé­­di­­tions puni­­tives, et aucune expé­­di­­tion puni­­tive loin­­taine n’a jamais été couron­­née de succès. « Les sunnites » nous ont attaqués le 11 septembre et nous avons contre-attaqué. De quels sunnites s’agis­­sait-il ? Aucune impor­­tance.

Pensez-vous que l’Iran et l’Ara­­bie saou­­dite devien­­dront des puis­­sances nucléaires ?

Pas pour le moment. Les Iraniens n’ont pas besoin de la bombe. Si les Iraniens en obte­­naient une, les Saou­­diens feraient de même rapi­­de­­ment. Je pense que c’est le dernier de nos soucis.

Des combatants de l'Etat islamiqueCrédits
Des combat­­tants de l’État isla­­mique

Quelles alliances émer­­ge­­raient de la chute de l’État isla­­mique ? Serait-ce la Turquie, l’Ara­­bie saou­­dite et le Pakis­­tan contre le crois­­sant chiite et la Russie ?

Oui, et para­­doxa­­le­­ment il serait davan­­tage dans l’in­­té­­rêt des États-Unis de soute­­nir le crois­­sant chiite. Il y a huit ans, j’ai écrit un livre à ce sujet et j’y expliquais qu’on fini­­rait par les soute­­nir malgré nous. De toute évidence, la Turquie, l’Ara­­bie saou­­dite et le Pakis­­tan ne sont pas nos amis. Il n’y a presque aucun doute sur le fait que des gens hauts placés au Pakis­­tan ont caché Ben Laden. Le secré­­taire de la Défense des États-Unis, Robert Gates, main­­tient qu’il avait des soutiens à Abbot­­ta­­bad. Les gens ne veulent pas se confron­­ter aux éléments qui prouvent que des diplo­­mates saou­­diens sur le sol améri­­cain ont commu­­niqué avec des terro­­ristes du 11 septembre. Je ne sais pas quels sont les tenants et les abou­­tis­­sants de tout cela, c’est extrê­­me­­ment bizarre, et personne ne veut savoir. Il est trop horrible d’ima­­gi­­ner que quelqu’un au sein des offi­­ciels pakis­­ta­­nais aurait pu cacher Ben Laden. Comment savoir s’il s’agis­­sait de l’ISI ou de l’ar­­mée pakis­­ta­­naise ?

Comment imagi­­nez-vous le futur de l’État isla­­mique ?

C’est un pouvoir irra­­tion­­nel qui va chuter comme Zarqaoui avant eux. Mais ils seront rempla­­cés par autre chose. Et je ne pense pas que les fron­­tières syriennes et irakiennes seront réins­­tau­­rées. La défiance entre les sunnites et les chiites est immense.

LISEZ ICI LA SUITE DE L’HISTOIRE

7 REPORTAGES EN ARABIE SAOUDITE ET EN IRAN

ulyces-saudiiran-couv01-1


Traduit de l’an­­glais par Tancrède Cham­­braud et Antoine Coste Dombre d’après l’en­­tre­­tien réalisé par Arthur Scheuer. Couver­­ture : Des keffiehs saou­­diens et le président iranien Hassan Rohani. (Majid Saeedi)


Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
online free course
Download Premium WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
download udemy paid course for free

Plus de monde