fbpx

par Camille Hamet | 23 octobre 2017

Depuis la tenue, le 1er octobre dernier, d’un réfé­­ren­­dum déclaré illé­­gal sur l’in­­dé­­pen­­dance de la Cata­­logne – marqué par des violences poli­­cières, il a vu le « oui » l’em­­por­­ter à 90 % avec une parti­­ci­­pa­­tion élec­­to­­rale de 40 % –, l’Es­­pagne vit au rythme des passes d’arme entre le gouver­­ne­­ment central basé à Madrid, et les sépa­­ra­­tistes basés à Barce­­lone. Et si l’Union euro­­péenne a choisi de ne pas inter­­­ve­­nir dans le conflit, ses diri­­geants semblent avoir choisi leur camp. Ils vont « envoyer » un « message d’unité autour de l’Es­­pagne », a en effet affirmé Emma­­nuel Macron lors d’un sommet euro­­péen à Bruxelles, le 19 octobre. « Nous soute­­nons la posi­­tion du gouver­­ne­­ment espa­­gnol », a pour sa part déclaré Angela Merkel. Peut-être de peur que les velléi­­tés d’in­­dé­­pen­­dance de la Cata­­logne ne gagnent d’autres régions d’Eu­­rope.

D’autres régions euro­­péennes en quête d’in­­dé­­pen­­dance

La saga des Féroïens

Au sein même de l’Es­­pagne palpite une autre région aux velléi­­tés d’in­­dé­­pen­­dance : le Pays basque (Euskal Herria), où le mouve­­ment sépa­­ra­­tiste a long­­temps été incarné par des armes bien réelles. Celles de l’ETA, qui a tué 829 personnes et commis des dizaines d’en­­lè­­ve­­ments entre 1959, date de sa fonda­­tion, et 2011, date de « la fin défi­­ni­­tive de son action armée ». Depuis, « la société basque est dans une phase de récon­­ci­­lia­­tion », selon le poli­­to­­logue Vincent Labor­­de­­rie, spécia­­liste des sépa­­ra­­tions d’États. « Elle dispose en outre d’une auto­­no­­mie très forte, notam­­ment en matière fiscale, ce qui lui donne une situa­­tion enviable en Espagne. » Bien que des mani­­fes­­ta­­tions en soutien à l’ac­­tion des indé­­pen­­dan­­tistes cata­­lans aient eu lieu dans les rues de Bilbao, fin septembre, il semble donc peu probable que le scéna­­rio cata­­lan se repro­­duise au Pays basque. Tout comme en Flandre, région néer­­lan­­do­­phone de la Belgique qui dispose de son propre parle­­ment. « La Flandre n’a en réalité jamais été aussi loin de l’in­­dé­­pen­­dance », explique Vincent Labor­­de­­rie. « Seule une faible partie de sa popu­­la­­tion y est favo­­rable, mais cela n’a rien de nouveau. Ce qui a changé, c’est que le prin­­ci­­pal parti indé­­pen­­dan­­tiste flamand, la N-VA, ne l’est plus vrai­­ment. » Après les dernières élec­­tions, en 2014, la N-VA avait en effet décidé de mettre de côté ses reven­­di­­ca­­tions commu­­nau­­taires pour parti­­ci­­per au pouvoir. « Il a alors fini de se trans­­for­­mer en un parti de droite conser­­va­­trice, à l’ins­­tar des Répu­­bli­­cains en France. »

L’As­­sem­­blée de Corse
Crédits : corse.fr

Le Premier ministre belge Charles Michel a pour sa part condamné ferme­­ment les violences poli­­cières qui ont marqué le réfé­­ren­­dum cata­­lan : « La violence ne peut jamais consti­­tuer une réponse ! Nous condam­­nons toutes les formes de violence et réaf­­fir­­mons notre appel au dialogue poli­­tique. » Des violences égale­­ment dénon­­cées par le président de l’As­­sem­­blée de Corse, Jean-Guy Tala­­moni, qui a tenu à appor­­ter son soutien aux Cata­­lans, fusti­­geant au passage une « Espagne  déri­­vant vers l’au­­to­­ri­­ta­­risme ». Comme le souligne Corse-Matin, la Cata­­logne a toujours captivé les natio­­na­­listes corses. « Une “région amie” vers laquelle ils n’ont jamais cessé de regar­­der, tantôt pour nour­­rir leur imagi­­naire poli­­tique, tantôt pour l’éri­­ger en “modèle” de réus­­site et d’éman­­ci­­pa­­tion, nouant des rela­­tions depuis des décen­­nies pour faire valoir des sacro-saints “droits natio­­naux”. » Mais la Cata­­logne et la Corse sont « deux mondes écono­­miques aux anti­­podes », fait valoir le quoti­­dien local. La Cata­­logne repré­­sente 16 % de la popu­­la­­tion espa­­gnole, 20,6 % du PIB de l’Es­­pagne, et 28 % de ses expor­­ta­­tions, tandis que la Corse repré­­sente 0,5 % de la popu­­la­­tion française, 0,4 % du PIB de la France, et près de 0 % de ses expor­­ta­­tions.

Loin de la Médi­­ter­­ra­­née, en mer de Norvège, c’est bien la pers­­pec­­tive de s’af­­fran­­chir écono­­mique­­ment de Copen­­hague qui a ravivé les velléi­­tés d’in­­dé­­pen­­dance des Îles Féroé. Auto­­nome depuis 1948, cet archi­­pel du Dane­­mark qui dépend de la pêche et d’une subven­­tion annuelle de 68 millions d’eu­­ros a en effet décou­­vert qu’il dispo­­sait d’im­­por­­tants gise­­ments gaziers et pétro­­liers. Un réfé­­ren­­dum sur un projet de consti­­tu­­tion doit avoir lieu le 25 avril 2018. Selon les termes employés par le Premier ministre des Îles Féroé, Aksel Johan­­ne­­sen, cette consti­­tu­­tion « défi­­nira [leur] iden­­tité en tant que nation et [leurs] droits fonda­­men­­taux et devoirs en tant que peuple, y compris le droit à l’au­­to­­dé­­ter­­mi­­na­­tion ».

Les Îles Féroé
Crédits : Lonely Planet

Hard Brexit

Contrai­­re­­ment aux régions que sont la Cata­­logne, le Pays basque, la Flandre ou la Corse, l’Écosse, qui se trouve à seule­­ment 320 kilo­­mètres des Îles Féroé, est une des quatre nations qui consti­­tuent le Royaume-Uni. Et contrai­­re­­ment à la Cata­­logne, elle avait été auto­­ri­­sée à orga­­ni­­ser le réfé­­ren­­dum sur son indé­­pen­­dance qui a eu lieu le 18 septembre 2014. Les élec­­teurs écos­­sais s’étaient alors prononcé contre, à 55 %, pour un taux de parti­­ci­­pa­­tion de 84 %. Mais ils se sont égale­­ment pronon­­cés contre le retrait du Royaume-Uni de l’Union euro­­péenne le 23 juin 2016, à 62 %, pour un taux de parti­­ci­­pa­­tion de 67 %. Et comme le souligne Vincent Labor­­de­­rie, « un nouveau réfé­­ren­­dum en Écosse est direc­­te­­ment lié au Brexit et à la manière dont celui-ci se dérou­­lera ».

C’est au lende­­main de ce vote que Nicola Stur­­geon, cheffe du parti indé­­pen­­dan­­tiste Scot­­tish Natio­­nal Party (SNP) et Première ministre écos­­saise, a demandé au gouver­­ne­­ment britan­­nique la tenue d’un nouveau réfé­­ren­­dum sur l’in­­dé­­pen­­dance en automne 2018. Avant de chan­­ger d’avis en juin dernier, fragi­­li­­sée par les élec­­tions légis­­la­­tives. « Nous n’in­­tro­­dui­­rons pas de légis­­la­­tion pour un réfé­­ren­­dum sur l’in­­dé­­pen­­dance immé­­dia­­te­­ment », décla­­rait-elle alors, en expliquant qu’elle voulait attendre le résul­­tat des négo­­cia­­tions du Brexit. Ce qui repousse ledit réfé­­ren­­dum, au mieux, au prin­­temps 2019. Et complique les choses pour les indé­­pen­­dan­­tistes. « Main­­te­­nant que les conser­­va­­teurs n’ont plus la majo­­rité abso­­lue à la Chambre des communes du Royaume-Uni, un “hard Brexit” appa­­raît impro­­bable », explique Vincent Labor­­de­­rie. « Le Royaume-Uni devrait donc rester à l’in­­té­­rieur du marché unique. Dès lors, une simple sortie de l’Union euro­­péenne sans pour autant entra­­ver la libre circu­­la­­tion des hommes et des marchan­­dises justi­­fie-t-elle un nouveau réfé­­ren­­dum ? Proba­­ble­­ment pas, et dans ce cas il sera d’au­­tant plus dur à gagner pour les indé­­pen­­dan­­tistes. » Lesquels ne semblent pour­­tant pas vouloir y renon­­cer.

Cata­­lans et Écos­­sais sont soli­­daires
Crédits : France Info

« Nous ne savons peut-être pas quand le choix sera fait mais nous pouvons, nous devons reven­­diquer l’in­­dé­­pen­­dance, et nous reven­­dique­­rons toujours l’in­­dé­­pen­­dance », a en effet affirmé Nicola Stur­­geon lors de son allo­­cu­­tion de clôture du congrès annuel du SNP, qui s’est tenu du 8 au 10 octobre à Glas­­gow, et où des dizaines de drapeaux cata­­lans flot­­taient aux côtés des drapeaux écos­­sais. Ces mots ont fait la une du Natio­­nal le lende­­main. « La Première ministre », souli­­gnait alors le jour­­nal pro-indé­­pen­­dance écos­­sais, « a réitéré le raison­­ne­­ment qui sous-tend le but ultime du [SNP], à savoir que les inté­­rêts de l’Écosse ont été “écar­­tés” de plusieurs façons : lors du réfé­­ren­­dum sur le Brexit en 2016, par la poli­­tique d’aus­­té­­rité du gouver­­ne­­ment britan­­nique et par le fait que Londres n’a pas mis en place de fonds pétro­­lier dans les années 1970. » 

De son côté, le Daily Record a préféré atti­­rer l’at­­ten­­tion de ses lecteurs sur le fait que la cote de popu­­la­­rité de Nicola Stur­­geon est actuel­­le­­ment au plus bas. « Et pour­­tant, elle a encore juré dans son discours que le SNP est le “parti de l’in­­dé­­pen­­dance” », fait mine de s’éton­­ner le jour­­nal anti-indé­­pen­­dance écos­­sais. « Cela ne récon­­forte guère les parents dont les enfants sont scola­­ri­­sés dans des classes surchar­­gées, les banlieu­­sards qui se déplacent dans des trains ScotRail bondés et en retard, et les patients confron­­tés à de longues attentes aux urgences. »

Nicola Stur­­geon

Lombar­­die et Véné­­tie

Dans la foulée du conten­­tieux qui oppose Barce­­lone à Madrid, une autre volonté d’in­­dé­­pen­­dance s’ex­­prime dans l’Eu­­rope médi­­ter­­ra­­néenne. En Italie, la Ligue du Nord, un parti d’ex­­trême droite, a orga­­nisé, dans le cadre de la Cons­­ti­­tu­­tion, un réfé­­ren­­dum sur l’au­­to­­no­­mie de la Lombar­­die et de la Véné­­tie le 22 octobre. Leurs prési­­dents, Roberto Maroni et Luca Zaia, rêvent d’une « Europe des régions ». En cas de victoire lors du réfé­­ren­­dum, ils souhai­­taient récla­­mer à Rome davan­­tage de compé­­tences en matière d’in­­fra­s­truc­­tures, de santé et d’édu­­ca­­tion. Ils souhai­­taient aussi obte­­nir des pouvoirs tradi­­tion­­nel­­le­­ment réser­­vés à l’État en matière de sécu­­rité et d’im­­mi­­gra­­tion, deux thèmes chers à la Ligue du Nord qui néces­­si­­te­­raient néan­­moins une modi­­fi­­ca­­tion de la Cons­­ti­­tu­­tion. Un autre de leurs objec­­tifs était d’ob­­te­­nir davan­­tage de ressources finan­­cières en récu­­pé­­rant envi­­ron la moitié du solde fiscal actuel. Celui-ci s’élève à 54 milliards d’eu­­ros pour la Lombar­­die et à 15,5 milliards pour la Véné­­tie. Or, Roberto Maroni et Luca Zaia ont en partie réussi leur pari.

Les élec­­teurs de Lombar­­die et de Véné­­tie ont majo­­ri­­tai­­re­­ment voté en faveur d’une plus grande auto­­no­­mie, et ce avec une parti­­ci­­pa­­tion suffi­­sam­­ment impor­­tante pour leur donner un pouvoir de négo­­cia­­tion face à Rome. D’après des données quasi-défi­­ni­­tives, ils ont été plus de 95 % à se pronon­­cer en faveur du oui, avec un taux de parti­­ci­­pa­­tion autour de 40 % en Lombar­­die, et de 57 % en Véné­­tie. « J’ai voté oui pour donner davan­­tage de pouvoir à la Véné­­tie dans une future Italie plus forte et plus fédé­­rale »,  a twitté le maire de Venise, Luigi Brugnaro. « Non aux égoïsmes, oui à la bonne admi­­nis­­tra­­tion. »

Le drapeau de la Véné­­tie

En atten­­dant de voir si d’autres régions d’Eu­­rope décident de deman­­der à leurs habi­­tants de se pronon­­cer sur leur auto­­no­­mie, les yeux des diri­­geants restent braqués sur la Cata­­logne. « Le gouver­­ne­­ment espa­­gnol vient de déci­­der de desti­­tuer le gouver­­ne­­ment cata­­lan et d’or­­ga­­ni­­ser de nouvelles élec­­tions », rappelle Vincent Labor­­de­­rie. Reste à savoir qui les gagnera. « Mais même si les indé­­pen­­dan­­tistes perdent leur majo­­rité à cette occa­­sion, ce ne sera pas la fin du conflit entre Madrid et Barce­­lone, ni à l’in­­té­­rieur de la société cata­­lane. » La France elle-même va bien­­tôt devoir se confron­­ter aux désirs d’in­­dé­­pen­­dance d’un de ses terri­­toires : la Nouvelle-Calé­­do­­nie. Cet archi­­pel du Paci­­fique sud votera en effet pour son auto­­dé­­ter­­mi­­na­­tion en novembre 2018, un peu plus de vingt ans après les accords de Nouméa, qui avaient amorcé un proces­­sus de déco­­lo­­ni­­sa­­tion. L’État a progres­­si­­ve­­ment attri­­bué de nombreuses compé­­tences au gouver­­ne­­ment local, mais conservé les domaines réga­­liens. Et aujourd’­­hui, Paris craint qu’un scru­­tin « outran­­ciè­­re­­ment binaire, mal préparé, mette le feu aux poudres », selon les mots de l’an­­cien garde des Sceaux de François Hollande, Jean-Jacques Urvoas. La procla­­ma­­tion d’in­­dé­­pen­­dance d’un terri­­toire français serait une première depuis 1980, année où l’ar­­chi­­pel voisin des Nouvelles-Hébrides est devenu le Vanuatu.


Couver­­ture : Venise sous les étoiles euro­­péennes. (DR/Ulyces.co)


 

Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes
free online course
Free Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Nulled WordPress Themes
online free course

Plus de monde