par Camille Hamet | 17 juillet 2017

Réunies à Hambourg, en Alle­­magne, les 7 et 8 juillet derniers, les écono­­mies les plus puis­­santes du monde n’ont pas pu faire autre­­ment que d’af­­fi­­cher les diver­­gences qui les opposent à leur chef de file : l’Amé­­rique de Donald Trump. Rebap­­tisé G19 par les obser­­va­­teurs, le sommet du G20 a en effet creusé le fossé qui sépare main­­te­­nant Washing­­ton du reste du monde, sur des sujets aussi diffé­­rents que le commerce inter­­­na­­tio­­nal et le chan­­ge­­ment clima­­tique.

Le « G19 »

« Nous prenons note de la déci­­sion des États-Unis d’Amé­­rique de se reti­­rer de l’ac­­cord de Paris », affirme par exemple le commu­­niqué final, tout en préci­­sant que le pays va « immé­­dia­­te­­ment cesser » la mise en œuvre des enga­­ge­­ments pris par Barack Obama en matière de réduc­­tion d’émis­­sions de gaz à effet de serre lors de la confé­­rence de décembre 2015 sur le climat. Un para­­graphe plus loin, il souligne que pour toutes les autres puis­­sances, « l’ac­­cord de Paris est irré­­ver­­sible ». Mais peuvent-elles véri­­ta­­ble­­ment l’ho­­no­­rer sans la parti­­ci­­pa­­tion des États-Unis ?


Le fonds vert

La confé­­rence de Paris de 2015 sur le climat était censée être un premier pas dans le long proces­­sus engagé par les nations du monde pour ralen­­tir le chan­­ge­­ment clima­­tique. Celles-ci présen­­taient alors un plan pour réduire leurs émis­­sions de gaz à effet de serre et accep­­taient de se retrou­­ver régu­­liè­­re­­ment afin de soupe­­ser leurs promesses. Mais, de l’avis de nombreuses orga­­ni­­sa­­tions non-gouver­­ne­­men­­tales, ces promesses étaient trop modestes. Addi­­tion­­nées les unes aux autres, elles mettraient la planète Terre sur le chemin d’un réchauf­­fe­­ment de 3°C par rapport aux niveaux préin­­dus­­triels, alors que seul un réchauf­­fe­­ment de 2°C par rapport aux niveaux préin­­dus­­triels peut limi­­ter la fonte des glaces et la montée des eaux, et préve­­nir le déclen­­che­­ment de catas­­trophes natu­­relles et la dispa­­ri­­tion de certains écosys­­tèmes, tels que la barrière de corail. Et voilà que, le 1er juin dernier, le deuxième plus gros pollueur de cette planète, après la Chine, reprend sa parole.

Les États-Unis, qui sont à eux seuls respon­­sables de 18 % des émis­­sions mondiales de gaz à effets de serre, défendent notam­­ment leur « droit » à l’uti­­li­­sa­­tion des éner­­gies fossiles. Le commu­­niqué final du dernier G20 indique même qu’ils vont aider d’autres pays dans le monde à « avoir accès et à utili­­ser des éner­­gies fossiles ». De manière « plus propre », certes, mais en totale contra­­dic­­tion avec un objec­­tif affi­­ché par l’ac­­cord de Paris : une écono­­mie mondiale moins dépen­­dante au carbone. L’hôte du dernier G20, la chan­­ce­­lière alle­­mande Angela Merkel, n’a d’ailleurs pas caché que ce point avait suscité de vifs débats parmi les parti­­ci­­pants. Elle a reconnu que les discus­­sions avaient été « diffi­­ciles » et quali­­fié la posi­­tion améri­­caine de « regret­­table ».

D’au­­tant plus regret­­table que le deuxième plus gros pollueur du monde est aussi sa première puis­­sance écono­­mique. L’ac­­cord de Paris prévoyait une enve­­loppe de 100 milliards de dollars par an alimen­­tée par les plus riches pour aider les plus pauvres à déve­­lop­­per des éner­­gies propres et à s’adap­­ter au chan­­ge­­ment clima­­tique, et les États-Unis devaient parti­­ci­­per à hauteur de trois milliards de dollars. Barack Obama n’a eu le temps de verser qu’un milliard de dollars avant l’élec­­tion de son succes­­seur Donald Trump. Le retrait des États-Unis de l’ac­­cord de Paris devrait donc alour­­dir la facture pour les États membres de l’Union euro­­péenne et les autres pays déve­­lop­­pés qui se sont enga­­gés à soute­­nir finan­­ciè­­re­­ment les pays en voie de déve­­lop­­pe­­ment dans leur lutte contre le réchauf­­fe­­ment clima­­tique. À moins qu’il ne réduise le montant de l’en­­ve­­loppe, déjà souvent jugée insuf­­fi­­sante par les orga­­ni­­sa­­tions non-gouver­­ne­­men­­tales.

« Cette enve­­loppe de 100 milliards de dollars par an, c’est une vieille histoire qui date en fait de la confé­­rence de Copen­­hague de 2009 », rappelle Hervé Kempf, auteur de Tout est prêt pour que tout empire« Et pour l’ins­­tant, le “fonds vert” qui a été créé ne recueille que quelques milliards de dollars. Le retrait des États-Unis va certai­­ne­­ment compliquer sa gestion. Ça va être un test. Soit les autres États vont enfin mettre la main au pot, soit ils vont revoir l’objec­­tif. Mais de manière géné­­rale et certaine, on peut dire que le retrait des État-Unis affai­­blit l’ac­­cord de Paris qui, faute d’être très contrai­­gnant, témoi­­gnait d’un consen­­sus. »

De son côté, la paléo­­cli­­ma­­to­­logue Valé­­rie Masson-Delmotte estime que « si le gouver­­ne­­ment améri­­cain relâche les efforts enga­­gés précé­­dem­­ment, il est probable que les émis­­sions améri­­caines conti­­nuent de bais­­ser jusqu’en 2020, grâce à la tran­­si­­tion char­­bon-gaz soute­­nue par l’ad­­mi­­nis­­tra­­tion Obama ». « Mais ensuite, elles stag­­ne­­raient au lieu de dimi­­nuer », ajoute-t-elle, « à cause de la déré­­gu­­la­­tion mise en place par Trump. C’est ce qu’a montré une étude du groupe Rhodium. Ce scéna­­rio pour­­rait être enrayé si des États, des villes et des acteurs écono­­miques améri­­cains s’en­­gagent, comme ils l’ont annoncé. »

Crédits : Aurich/Think­­stock/White­­house

Toujours dedans

Comme le souligne Hervé Kempf, de très nombreux « maires, gouver­­neurs, univer­­si­­taires entre­­pre­­neurs et inves­­tis­­seurs » améri­­cains se sont dits déter­­mi­­nés à pour­­suivre leurs efforts dans la lutte contre le réchauf­­fe­­ment clima­­tique. Ils sont plus de 1 000 à avoir signé une lettre inti­­tu­­lée « Nous sommes toujours dedans » et adres­­sée aux Nations Unies quatre jours seule­­ment après l’an­­nonce du retrait des États-Unis de l’ac­­cord de Paris. Parmi eux figurent les puis­­sants États de New York et de Cali­­for­­nie, plus de 200 villes, des entre­­prises comme Apple, Google, Amazon, Nike ou Adidas, mais aussi des PME, et des univer­­si­­tés aussi pres­­ti­­gieuses que Colum­­bia. À leur tête se trouve l’an­­cien maire de New York Michael Bloom­­berg, égale­­ment 10e fortune mondiale. « En l’ab­­sence de leader­­ship de la part de Washing­­ton, les États, les villes, les univer­­si­­tés, les entre­­prises et les inves­­tis­­seurs, qui repré­­sentent un pour­­cen­­tage appré­­ciable de l’éco­­no­­mie améri­­caine, pour­­sui­­vront d’am­­bi­­tieux objec­­tifs clima­­tiques, en travaillant ensemble et en prenant des initia­­tives fortes pour que les États-Unis restent un leader mondial dans la réduc­­tion des émis­­sions », affirme la lettre. « Il est impé­­ra­­tif que le monde sache qu’aux États-Unis, les acteurs qui vont four­­nir le leader­­ship néces­­saire à la réali­­sa­­tion des enga­­ge­­ments de Paris se trouvent dans les hôtels de ville, les capi­­tales des États, les univer­­si­­tés, les fonds d’in­­ves­­tis­­se­­ment et les entre­­prises. Ensemble, nous reste­­rons actifs aux côtés de la commu­­nauté inter­­­na­­tio­­nale dans l’ef­­fort mondia­­le­­ment engagé pour conte­­nir le réchauf­­fe­­ment bien en-dessous des 2℃ et accé­­lé­­rer la tran­­si­­tion vers une écono­­mie basée sur une éner­­gie propre qui béné­­fi­­ciera à notre sécu­­rité, à notre pros­­pé­­rité et à notre santé. »

Le mani­­feste de Michael Bloom­­berg

Washing­­ton donne en outre une nouvelle occa­­sion de briller à Pékin. « La Chine rempla­­cera désor­­mais les États-Unis », affirme le jour­­nal écono­­mique chinois Caixin. « Le premier pollueur du monde est main­­te­­nant la première puis­­sance cour­­ti­­sée par tous pour lutter contre le réchauf­­fe­­ment clima­­tique ! » renché­­rit le South China Morning Post. Tout en rappe­­lant que le premier pollueur du monde est aussi son leader en matière d’éner­­gies renou­­ve­­lables : « En 2016, la Chine y a investi 77 milliards d’eu­­ros, aucun autre pays n’a fait mieux. » D’ici 2020, c’est 344 milliards d’eu­­ros que le pays devrait inves­­tir dans le secteur, à en croire son agence de l’Éner­­gie. Et il s’est engagé à « atteindre le pic de ses émis­­sions de CO2 autour de 2030 ». Les Euro­­péens ont visi­­ble­­ment pris bonne note de ces revi­­re­­ments.

Dès le mois de mars 2017, alors que le retrait des États-Unis de l’ac­­cord de Paris n’est pas encore offi­­ciel, le commis­­saire à l’Éner­­gie Miguel Arias Cañete semble miser sur un rappro­­che­­ment avec la Chine, et le ministre des Affaires étran­­gères français de l’époque, Jean-Marc Ayrault, tend la main aux citoyens améri­­cains. « Restons mobi­­li­­sés avec toutes les bonnes volon­­tés, y compris aux États-Unis, pour lutter contre le chan­­ge­­ment clima­­tique », écrit-il sur Twit­­ter. Plus récem­­ment, le nouveau président de la Répu­­blique Emma­­nuel Macron a appelé tous les « scien­­ti­­fiques, ingé­­nieurs, entre­­pre­­neurs et citoyens respon­­sables » à venir en France pour « make our planet great again » en détour­­nant le slogan de campagne de Donald Trump, et lancé un site web pour les accom­­pa­­gner dans leurs démarches. « Nous pouvons offrir une sorte d’asile scien­­ti­­fique, du moins tempo­­raire, à des cher­­cheurs améri­­cains qui seraient dans l’im­­pos­­si­­bi­­lité de pour­­suivre leurs recherches aux États-Unis », affirme Valé­­rie Masson-Delmotte. « On en tire­­rait vrai­­ment parti, en accueillant des talents de haut niveau. Cela permet­­trait de former les étudiants et de conser­­ver des connais­­sances clés. »

Le grand jeu

Emma­­nuel Macron semble déter­­miné à faire reve­­nir Donald Trump sur sa déci­­sion de reti­­rer les États-Unis de l’ac­­cord de Paris sur le climat. Et de l’avis du Washing­­ton Post, il « pour­­rait bien être le mieux placé » pour l’en persua­­der. Fraî­­che­­ment arrivé dans la capi­­tale française pour célé­­brer le dernier 14-Juillet aux côtés de Macron, Trump a en tout cas laissé entendre qu’un rebon­­dis­­se­­ment n’était pas exclu. « Quelque chose pour­­rait se passer concer­­nant l’ac­­cord de Paris », a-t-il dit en confé­­rence de presse. « Nous verrons ce qu’il se passe. Mais nous en repar­­le­­rons dans les temps à venir. Si cela arrive, ce sera merveilleux, et si cela n’ar­­rive pas, ce sera très bien aussi. Mais nous verrons ce qu’il se passe. »

Crédits : Domi­­nique Pineiro/US Depart­­ment of Defense

Après son départ, Macron a assuré que Trump l’avait « écouté ». « Il a compris le sens de ma démarche, notam­­ment le lien qui existe entre réchauf­­fe­­ment clima­­tique et terro­­risme. Il m’a dit qu’il allait essayer de trou­­ver une solu­­tion dans les prochains mois. On a parlé dans le détail de ce qui pour­­rait lui permettre de reve­­nir dans l’ac­­cord de Paris. Je pense qu’il a vu aussi [chez lui] la mobi­­li­­sa­­tion des villes, des États, du monde des affaires et de son propre entou­­rage pour que les États-Unis restent enga­­gés dans la lutte contre le réchauf­­fe­­ment. C’est impor­­tant de main­­te­­nir le dialogue pour que les États-Unis puissent à terme réin­­té­­grer le champ de l’ac­­tion contre le réchauf­­fe­­ment clima­­tique et jouer le jeu du multi­­la­­té­­ra­­lisme. » Hervé Kempf estime pour sa part que le chan­­ge­­ment d’avis de Donald Trump tant espéré n’aura pas lieu. « Il apprend à faire de la diplo­­ma­­tie, et il a compris qu’il avait inté­­rêt à davan­­tage ména­­ger ses inter­­­lo­­cu­­teurs, c’est tout. Il n’y a aucun inflé­­chis­­se­­ment dans sa poli­­tique envi­­ron­­ne­­men­­tale. Et aucune raison de croire qu’il y en aura durant son mandat. » L’en­­nui, c’est que, comme le montre une étude publiée le 26 juin dernier dans la revue Nature Climate Change, nous ne pouvons pas nous permettre d’at­­tendre novembre 2020, date de la prochaine élec­­tion prési­­den­­tielle améri­­caine, pour faire véri­­ta­­ble­­ment front commun sur la réduc­­tion des émis­­sions de gaz à effet de serre. En effet, la hausse moyenne des océans s’ac­­cé­­lère. Évaluée à 2,2 milli­­mètres par an en 1993, elle est passée à 3,3 milli­­mètres en 2014. Soit une augmen­­ta­­tion de 50 %. Et cette tendance devrait se confir­­mer dans les années à venir selon les auteurs de l’étude.


Couver­­ture : Avec ou sans les États-Unis. (Ulyces.co)


 

Down­load Nulled WordP­ress Themes
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load WordP­ress Themes
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
free down­load udemy course
Premium WordPress Themes Download
Free Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
udemy course download free

Plus de monde

Comment Medellín est deve­nue une ville cool

243k 21 mai 2019 stories . monde

L’hu­ma­nité peut-elle survivre à Ebola ?

226k 20 mai 2019 stories . monde

Comment en finir avec le plas­tique ?

115k 16 mai 2019 stories . monde