par Charles Piller | 14 juin 2016

LISEZ ICI LA PREMIÈRE PARTIE DE L’HISTOIRE

Frères enne­­mis

Les talents de commer­­cial de Conrad expliquent en grande partie pourquoi sa première incur­­sion dans le domaine de la biote­ch­­no­­lo­­gie – il a aidé au lance­­ment d’une star­­tup spécia­­li­­sée dans les tests géné­­tiques – a rencon­­tré un si grand succès. Mais certains des problèmes auxquels il fait face aujourd’­­hui prennent leur source à l’époque : il avait déjà une fâcheuse tendance à s’alié­­ner ses plus proches asso­­ciés. À l’époque où il a été diplômé de l’uni­­ver­­sité de Cali­­for­­nie à Los Angeles, à la fin des années 1980, Conrad portait des jeans troués et se déplaçait partout en moby­­lette. C’est à ce moment-là qu’il a fait la rencontre du docteur Peter Schmid, un ensei­­gnant-cher­­cheur. Schmid a formé Conrad aux arcanes du clonage molé­­cu­­laire ainsi qu’à d’autres tech­­niques de labo­­ra­­toire, pendant que celui-ci s’ap­­prê­­tait à décro­­cher son docto­­rat en anato­­mie et en biolo­­gie cellu­­laire. Ils sont deve­­nus bons amis, et ils ont contri­­bué ensemble à la fonda­­tion de l’ins­­ti­­tut Natio­­nal Gene­­tics, basé à L.A., où Conrad travaillait en tant que direc­­teur scien­­ti­­fique. La firme a permis d’amé­­lio­­rer l’ef­­fi­­ca­­cité des tests géné­­tiques dans la détec­­tion du VIH, ainsi que d’autres mala­­dies graves.

ulyces-verily-06
Un employé de la star­­tup
Crédits : Verily

Il faisait preuve « d’un talent d’ora­­teur parti­­cu­­lier », m’a confié Schmid au cours d’un entre­­tien récent. « Nous formions une bonne équipe. J’ai inventé ce truc et il l’a bien vendu. » Richard Smith, un scien­­ti­­fique qui, en tant que vice-président de l’ins­­ti­­tut, a travaillé pour Conrad pendant près d’une décen­­nie, décrit Schmid comme « un génie pour tout ce qui touche à l’équi­­pe­­ment », et Conrad comme « le type charis­­ma­­tique qui gérait le dépar­­te­­ment marke­­ting à lui tout seul ». Mais des conflits sont appa­­rus à cause de la façon dont le mérite était réparti au sein de la société. Conrad et deux autres membres de l’ins­­ti­­tut ont en effet déposé trois brevets concer­­nant des tech­­no­­lo­­gies d’amé­­lio­­ra­­tion des tests en « oubliant » d’in­­clure Schmid en tant que co-inven­­teur. Le nom de Schmid avait été omis sur les dépôts de brevets, « en dépit du fait que j’avais eu l’idée, qu’on en avait discuté ensemble et que j’avais envoyé un fax à Andy conte­­nant tous les détails de l’in­­ven­­tion », m’a-t-il écrit dans un email. Il ajoute que le Bureau améri­­cain des brevets et des marques de commerce a ajouté son nom après qu’il a été en mesure de prou­­ver que les concepts origi­­naux venaient bien de lui.

software-wide_2x
L’en­­tre­­prise parvien­­dra-t-elle à se rendre indis­­pen­­sable ?
Crédits : Verily

Les docu­­ments du bureau des brevets montrent effec­­ti­­ve­­ment, dans chaque cas, que Schmid a été ajouté comme co-inven­­teur après la date initiale de dépôt. Conrad « avait tendance à essayer de mettre les autres sur la touche pour avan­­cer », raconte Smith. « Il crai­­gnait que je ne lui fasse de l’ombre. » Mike Aicher, CEO de Natio­­nal Gene­­tics à l’époque et ami de Conrad, attri­­bue quant à lui tout le crédit des inven­­tions à Conrad et un autre colla­­bo­­ra­­teur de l’en­­tre­­prise. « S’il s’agis­­sait de l’idée de Peter ? Abso­­lu­­ment pas », assure Aicher. logo_labcorpBlackLabo­­ra­­tory Corpo­­ra­­tion of America, ou LabCorp, a fait l’ac­qui­­si­­tion de Natio­­nal Gene­­tics pour 56 millions de dollars plus 16 millions de dollars de verse­­ments inci­­ta­­tifs, d’après les registres de la Secu­­ri­­ties and Exchange Commis­­sion, enri­­chis­­sant consi­­dé­­ra­­ble­­ment Conrad et Schmid. Les deux hommes sont restés employés de LabCorp, et après que Conrad a quitté la société en 2013, ils ont conti­­nué à colla­­bo­­rer au sein d’une autre entre­­prise travaillant sur la longé­­vité humaine. Conrad n’avait pas 40 ans qu’il était déjà multi-million­­naire – assez riche pour atti­­rer l’at­­ten­­tion de David H. Murdock, le milliar­­daire et magnat de l’im­­mo­­bi­­lier.

Conrad et Murdock

L’as­­cen­­sion de Conrad en tant que pape de la méde­­cine du futur a commencé sérieu­­se­­ment lors d’une vente d’art sur l’île hawaïenne de Lanai. Murdock, le CEO de Dole Food à qui appar­­te­­nait l’île toute entière, était présent lui aussi, d’après Luther, qui connaît bien les deux hommes. Conrad a suren­­chéri sur Murdock. Plutôt que de mal le prendre, Murdock a vu en Conrad un esprit analogue au sien, qui avait assez d’argent pour ne pas avoir besoin du sien. « Quand vous êtes milliar­­daire, tous ceux qui viennent vous voir veulent toujours obte­­nir quelque chose de vous, en défi­­ni­­tive. Il détes­­tait ça », raconte Luther. « David Murdock ne fait confiance qu’à un cercle très restreint de personnes, et Andy en faisait partie. » ulyces-verily-07 Ils s’étaient bien trou­­vés. Murdock, qui était alors un robuste septua­­gé­­naire mettant un point d’hon­­neur à mener une vie saine pour tenir le plus long­­temps possible, avait besoin d’un gourou de la biotech pour le conseiller. Conrad, lui, avait besoin d’un mentor. Ce dernier a posé ses valises à Lanai en 2000 – il s’était fait construire une grande maison de vacances domi­­nant le célèbre golf Four Seasons de Murdock, situé sur la côte méri­­dio­­nale de l’île. À l’époque, il était absorbé par ses inves­­tis­­se­­ments, ses loisirs et son mariage à la fin du prin­­temps avec Court­­ney Thorne-Smith, l’une des vedettes de Melrose Place et d’Ally McBeal. Si le couple s’est séparé au début de l’an­­née 2001, le parte­­na­­riat entre Conrad et Murdock faisait quant à lui des merveilles. Lynn Safrit, la prési­­dente à la retraite de Castle & Cooke, une compa­­gnie immo­­bi­­lière déte­­nue par Murdock, raconte que le CEO de Dole était trou­­blé en voyant son jeune voisin « se prélas­­ser au soleil et se bala­­der partout en maillot de bain ». Ce jeune homme si brillant n’avait appa­­rem­­ment aucune moti­­va­­tion. Murdock, l’in­­dus­­triel auto­­di­­dacte qui avait quitté l’école en troi­­sième, a conseillé à Conrad de faire preuve de plus d’am­­bi­­tion.

ulyces-verily-08
Le milliar­­daire dans se demeure de Lanai
Crédits : The Pinnacle List

« Je crois qu’il a vu en Andrew un homme capable d’ac­­com­­plir de grandes choses », dit Safrit, qui connaît bien Conrad égale­­ment. Conrad a pris le conseil de Murdock très à cœur. À côté de son travail pour LabCorp, il s’est dégagé du temps pour plan­­cher sur des projets avec Murdock, deve­­nant d’un seul coup le compa­­gnon de voyage jet-setteur du milliar­­daire, son conseiller scien­­ti­­fique et son confi­dent. En retour, Murdock a ensei­­gné à Conrad les ficelles du busi­­ness et lui a mis le pied à l’étrier en l’ins­­tal­­lant aux conseils de Castle & Cooke, de Dole et d’une autre société en sa posses­­sion, NovaRx. Conrad a par la suite réalisé des inves­­tis­­se­­ments avec Murdock et son fils Justin. Sa loyauté envers Murdock avait toute­­fois ses limites. En 2013, Murdock a voulu rache­­ter les parts des autres action­­naires de Dole, jusqu’ici cotée en bourse. Conrad était le membre du conseil qu’il avait dési­­gné pour s’oc­­cu­­per de la priva­­ti­­sa­­tion de l’en­­tre­­prise. Mais lui et d’autres direc­­teurs sont arri­­vés à la conclu­­sion que le prix de Murdock était trop bas. « Murdock est devenu fou de rage », a écrit le juge dans le rapport judi­­ciaire qui a découlé du litige. Dans un message vocal cité dans les docu­­ments du tribu­­nal, Murdock dit à Conrad : « Ça me met hors de moi de penser que tu ne m’as même pas appelé pour me dire quel était ton problème. Je n’ai pas l’ha­­bi­­tude que mes amis cherchent à me doubler, mais si ça doit arri­­ver… » L’en­­re­­gis­­tre­­ment s’ar­­rête là. Murdock m’a fait savoir, par le biais d’un porte-parole, qu’il ne souhai­­tait pas répondre à mes ques­­tions, en disant que Conrad lui avait expres­­sé­­ment demandé de ne pas évoquer publique­­ment leur rela­­tion. (Conrad fait tout ce qui est en son pouvoir pour préser­­ver son inti­­mité : il n’a ni compte Twit­­ter, ni page Face­­book, et même une recherche Google de leurs deux noms ne fait pas le lien entre lui et sa seconde épouse, le mannequin Haylynn Cohen.) Fina­­le­­ment, Murdock a fait monter les enchères et le comité de Conrad a signé le deal. Les action­­naires, de leur côté, ont pour­­suivi Murdock en justice et ils ont reçu 148 millions de dollars de répa­­ra­­tions l’an­­née dernière. Il a été établi que Conrad avait agi comme il fallait, et il n’a pas été tenu respon­­sable de la situa­­tion. Quand je les ai contac­­tés, les autres direc­­teurs m’ont confirmé qu’il avait agi en toute inté­­grité.

Le Graal

Avant cet épisode fâcheux avec Murdock, Conrad avait amassé une expé­­rience précieuse en s’oc­­cu­­pant de l’am­­bi­­tieuse entre­­prise de recherche en biote­ch­­no­­lo­­gie du milliar­­daire – un galop d’es­­sai pour Verily.

Conrad avait assuré Murdock que LabCorp inves­­ti­­rait plusieurs millions de dollars dans le projet.

Murdock a fait de Conrad le direc­­teur scien­­ti­­fique (béné­­vole) du campus de recherche de Caro­­line du Nord, une orga­­ni­­sa­­tion publique-privée s’éten­­dant sur 140 hectares près de la ville de Char­­lotte. Murdock espé­­rait que le campus atti­­re­­rait des parte­­naires acadé­­miques et indus­­triels, qui pour­­raient y conduire des recherches portant sur l’agri­­cul­­ture, l’ali­­men­­ta­­tion, la nutri­­tion et la santé. La pièce maîtresse du projet était l’ins­­ti­­tut de recherche David H. Murdock, qu’ils avaient équipé de maté­­riel scien­­ti­­fique très sophis­­tiqué. Conrad a super­­­visé le déve­­lop­­pe­­ment du projet, pour lequel il a convaincu des scien­­ti­­fiques de renom – parmi lesquels Robert Califf, aujourd’­­hui commis­­saire de la FDA – de siéger au conseil. Conrad a égale­­ment encou­­ragé Murdock à sous­­crire à étude annon­­cia­­trice de Base­­line, nommée d’après le milliar­­daire et initia­­le­­ment menée par Califf à l’uni­­ver­­sité Duke. En tout, Murdock a investi près d’un milliard de dollars dans l’en­­tre­­prise, dont il espé­­rait récu­­pé­­rer une partie à travers le paie­­ment des loyers. Le campus a ouvert ses portes au beau milieu de la crise de 2008. Avec la réces­­sion, Conrad a eu un mal fou à recru­­ter des entre­­prises, ce qu’il avait pour­­tant promis à ses asso­­ciés d’après Luther, l’an­­cien président de l’ins­­ti­­tut Murdock. Il raconte par exemple que Conrad avait assuré Murdock que LabCorp inves­­ti­­rait plusieurs millions de dollars dans le projet. La société a installé un dépôt dans le coin, pour stocker et commer­­cia­­li­­ser des échan­­tillons biolo­­giques, mais il n’a jamais vu la couleur de l’argent.

IMG_0785-1500x770
Un bâti­­ment du campus de Murdock
Crédits : UNC

Compa­­rant la situa­­tion à celle des Habits neufs de l’em­­pe­­reur, le conte d’An­­der­­sen, Luther dit qu’ « Andy se conten­­tait de dire à Murdock ce qu’il voulait entendre ». Malgré tout, en tant qu’exer­­cice de mana­­ge­­ment pour Conrad, l’aven­­ture a été un succès, pour­­suit Luther. Il raconte que Conrad s’est complè­­te­­ment appro­­prié l’ap­­proche impa­­tiente de Murdock dans les affaires. Murdock disait des choses comme : « Appelle ton CEO et qu’il décroche tout de suite ! » dit Luther. « Andy a appris direc­­te­­ment du maître. »

~

Verily a récem­­ment annoncé que la société troque­­rait prochai­­ne­­ment les eaux tranquilles et les pelouses ombra­­gées du campus de Google à Moun­­tain View pour un ensemble d’im­­meubles situé près de l’aé­­ro­­port de San Fran­­cisco. Plus proche de la forte­­resse, le complexe pourra accueillir un millier d’em­­ployés – plus du double de la taille actuelle de l’en­­tre­­prise. Mais Jeff Huber ne parti­­ci­­pera pas à l’agran­­dis­­se­­ment de la firme de Conrad. Poids lourd de Google X, l’in­­cu­­ba­­teur maison qui a accou­­ché du projet Verily en 2013, Huber était jusqu’ici le conseiller admiré de Conrad et d’autres respon­­sables de Verily, auxquels il se joignait régu­­liè­­re­­ment lors des réunions. Très respecté dans les cercles de la tech­­no­­lo­­gie, c’est lui qui a attiré bon nombre des meilleurs éléments de la star­­tup et qui a aidé à décro­­cher certains de ses parte­­na­­riats clés. Huber est resté chez Google X après que Verily est deve­­nue une filiale à part d’Al­­pha­­bet en août dernier, mais il est resté au quoti­­dien l’un des éléments les plus impor­­tants de la nouvelle firme. Huber l’a cepen­­dant quit­­tée en février dernier pour prendre la tête de Grail, une star­­tup qui tentera de déce­­ler et de soigner le cancer avant l’ap­­pa­­ri­­tion des premiers symp­­tômes. Grail a quelques concur­­rents de taille. L’un d’eux est Verily.

ulyces-verily-09
Jeff Huber, de Grail

Traduit de l’an­­glais par Nico­­las Prouillac et Arthur Scheuer d’après l’ar­­ticle « Google’s bold bid to trans­­form medi­­cine hits turbu­­lence under a divi­­sive CEO », paru dans STAT. Couver­­ture : Verily doit révo­­lu­­tion­­ner la méde­­cine.


LE MILLIONNAIRE QUI VEUT QUE VOUS VIVIEZ PLUS LONGTEMPS

ulyces-craigventer-couv02 0

Pion­­nier du séquençage du génome humain, Craig Venter est passé dans l’ère de la biote­ch­­no­­lo­­gie. Ce qu’il veut : vous faire vivre mieux et plus long­­temps.

À l’aube de son 69e anni­­ver­­saire, c’est d’un œil amusé que Craig Venter observe son double numé­­rique se balan­­cer d’un pied sur l’autre. Avec sa barbe blanche, son jeans et son t-shirt gris à col en V, l’ava­­tar de Venter est la grande star d’une appli­­ca­­tion pour iPad dont Scott Skel­­len­­ger, respon­­sable du service infor­­ma­­tique, me fait la démons­­tra­­tion. L’ar­­ché­­type minia­­ture de Venter peut même marcher, voire danser à la demande. Nous nous trou­­vons alors dans son impo­­sant bureau de San Diego en compa­­gnie de Heather, son épouse et agent de publi­­cité. Avec humour, Venter m’ex­­plique qu’il voulait à l’ori­­gine pouvoir extraire le cœur de son avatar « à la manière aztèque », ou encore lui préle­­ver le cerveau pour inspec­­tion… et intros­­pec­­tion. Au lieu de cela, le mini-Venter qui gigote dans l’ap­­pli­­ca­­tion est entouré d’op­­tions arran­­gées en un véri­­table système solaire : images en coupe du cerveau, connec­­ti­­vité et anato­­mie, artères intra­­crâ­­nien­­nes… J’étu­­die un scan de ses hanches et de sa colonne verté­­brale puis inspecte l’in­­té­­rieur de son crâne. Des couleurs mettent en avant les diffé­­rentes sections de son cerveau et j’en distingue clai­­re­­ment les substances blanches et grises. « J’ai le cerveau d’un homme de 44 ans », me dit-il. Un autre tap sur l’écran et me voilà qui examine son génome – retraçant ses origines jusqu’au Royaume-Uni –, sa démarche et même ses empreintes de pieds, saisies pour la posté­­rité par un sol intel­­li­gent. Craig Venter, le plus grand entre­­pre­­neur en biote­ch­­no­­lo­­gie de la planète, décom­­posé en format binaire.

ulyces-craigventer-07
L’ap­­pli­­ca­­tion Health Nucleus
Crédits : HLI

IL VOUS RESTE À LIRE 95 % DE CETTE HISTOIRE

Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
Premium WordP­ress Themes Down­load
Premium WordP­ress Themes Down­load
down­load udemy paid course for free
Download Premium WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Premium WordPress Themes Download
online free course

PLUS DE SCIENCE

Exopla­nètes : comment trou­ver une nouvelle Terre ?

174k 13 septembre 2019 stories . science

Peut-on recréer la conscience en labo­ra­toire ?

243k 11 septembre 2019 stories . science

Existe-t-il des univers paral­lèles ?

145k 5 septembre 2019 stories . science