fbpx

Bénéficiant du statut le plus avancé d'Europe, les femmes vikings pouvaient prendre les armes ou le pouvoir.

par Denis Hadzovic | 19 mai 2020

Les guer­rières

À l’in­ter­sec­tion de deux allées, dans les jardins d’un petit château, Emily Cox mouline les bras, une hache dans la main droite et un poignard dans l’autre. Sous les yeux d’un berger alle­mand et d’une équipe de tour­nage, la comé­dienne britan­nique attaque Alexan­der Drey­mon au ralenti. Les camé­ras ne tournent pas. Avant la quatrième saison de The Last King­dom, l’in­ter­prète de Brida a eu besoin d’un entraî­ne­ment inten­sif au combat. « J’ai adoré apprendre à me battre », confie cette ancienne balle­rine.

Dans la série, Brida prend souvent les armes aux côtés des Danois, comme peuvent le faire Þórunn (Gaia Weiss) ou Lager­tha (Kathe­ryn Winnick) dans Vikings. Dans les deux cas, les femmes occupent des postes de premier plan, et ce n’est pas un hasard. 

On sait aujourd’­hui qu’elles avaient du pouvoir dans les socié­tés vikings, qui pros­pé­rèrent en Europe du Nord entre le VIIIe et le XIe siècle. En novembre 2019, l’uni­ver­sité britan­nique de Dundee, en Écosse, a travaillé sur la recons­truc­tion faciale d’une femme ayant vécu il y a plus de 1 000 ans. Le sque­lette de celle-ci, conservé au musée d’his­toire cultu­relle à Oslo, a révélé une bles­sure grave sur son front. Certains estiment qu’il pour­rait s’agir d’une comman­dante mili­taire, tandis que d’autres scien­ti­fiques la voient plutôt comme une guer­rière.

Crédits : Natio­­nal Geogra­­phic

En septembre 2017, des scien­ti­fiques scan­di­naves ont publié une étude menée sur la dépouille d’un viking. Le sque­lette avait été déterré en 1878 à côté de maté­riel de combat comme par exemple un bouclier, une hache, une épée ou encore une lance. Tout le monde pensait qu’il s’agis­sait d’un guer­rier. Mais une analyse ADN appuyée par des recherches histo­riques ont montré qu’il s’agis­sait en fait d’une guer­rière.

Dans la mytho­lo­gie nordique, les skjaldmös étaient des femmes guer­rières armées d’un bouclier. À l’image de Brida, Þórunn ou Lager­tha, elles étaient recon­nues pour leur courage et leur vaillance au combat, au même titre que les hommes. Les skjaldmös partaient en raid pour conqué­rir de nouveaux terri­toires et pouvaient prétendre aux plus hautes fonc­tions d’un royaume. La mytho­lo­gie nordique parle aussi de divi­ni­tés guer­rières appe­lées valky­ries.

Dans le livre Les Vikings, premiers Euro­péens écrit sous la direc­tion de Régis Boyer, un chapitre entier est dédié à la femme viking, qui était « en avance » sur son temps. Jenny Jochens y explique qu’elles avaient un rôle plus impor­tant que les autres Euro­péennes concer­nant « la propriété, la vie écono­mique et la vie cultu­relle ». Par exemple, leur travail de fabri­ca­tion et d’uti­li­sa­tion de la laine était essen­tiel à la vie des familles nordiques et a contri­bué à la place impor­tante du royaume des vikings dans le commerce inter­na­tio­nal.

Égale jusqu’à l’os

En décembre 2019, la Finlande a nommé Sanna Marin au poste de Première ministre. La femme de 34 ans a ainsi rejoint la Norvé­gienne Erna Solberg, la Danoise Mette Frede­rik­sen et l’Is­lan­daise Katrín Jakobsdót­tir au rang des cheffes de gouver­ne­ments de pays nordiques. Ces États sont les mieux clas­sés au monde sur l’indice de l’écart entre les sexes, avec un indice autour de 0,83 là où la France occupe la 15e place, avec un indice de 0,78.

Or selon une étude publiée en août 2019 par le jour­nal Econo­mics & Human Biology, pareille hégé­mo­nie trouve ses racines dans l’époque viking. Les décou­vertes archéo­lo­giques menées par les scien­ti­fiques de l’uni­ver­sité de Tubingue dans le cadre de cette étude ont montré une certaine équité au niveau de la santé et de la nutri­tion : l’email des dents de sque­lettes datant de plus d’un millé­naire était simi­laire quel que soit le genre, tout comme la longueur du fémur. « Nous pensons que si les femmes rece­vaient moins de nour­ri­ture et de soins que les hommes dans la société, elles auraient présenté plus de dommages », explique la scien­ti­fique Laura Mara­vall.

Crédits : Jenny Nyström

Cela ne signi­fie pas pour autant qu’il n’y avait aucune diffé­rence entre le mascu­lin et le fémi­nin. Lorsque les hommes partaient en expé­di­tion par exemple, les femmes devaient géné­ra­le­ment s’oc­cu­per de la maison ainsi que de la ferme. Elles avaient la respon­sa­bi­lité de la récolte et leur rôle majeur était celui d’une femme au foyer. Spécia­listes du textile, elles maîtri­saient des tech­niques que les hommes n’avaient pas. Cepen­dant, il est fort probable que tous les membres d’une maison, peu importe leur âge et leur sexe, parti­ci­paient aux tâches quoti­diennes.

Les femmes vikings avaient plus de liberté mais elles étaient tout de même consi­dé­rées comme infé­rieures aux hommes sur plusieurs points. Elles ne pouvaient pas paraître devant le tribu­nal et ne béné­fi­ciaient d’au­cune part de l’hé­ri­tage d’un homme. Enfin, les vikings rendaient surtout hommage aux défunts mascu­lins. En effet, 93 % des inscrip­tions runiques décou­vertes honorent des hommes et seule­ment 4 % des femmes. L’homme déte­nait le pouvoir poli­tique, mais certaines femmes faisaient preuve d’une telle puis­sance qu’elles pouvaient l’in­fluen­cer voire le renver­ser.

Les femmes pouvaient choi­sir avec qui elles voulaient se marier et étaient libres de deman­der le divorce. Des lois les proté­geaient déjà contre les violences conju­gales. Si leurs statuts, leurs liber­tés et leurs inter­dic­tions n’étaient pas les mêmes selon la classe sociale à laquelle elles appar­te­naient, c’est que les femmes pouvaient atteindre diffé­rents statuts dans une société, allant de l’es­cla­vage à la noblesse. Même si les socié­tés vikings n’étaient pas parfai­te­ment égali­taires, loin s’en faut, elles ne réser­vaient ni la force ni le pouvoir aux hommes. À travers le mythe des skjaldmös ou celui des valky­ries, cette ouver­ture d’es­prit a traversé les siècles pour faire des pays nordiques des régions plus égali­taires.


Couver­ture : History Chan­nel


 

 

PLUS DE SCIENCE