par Legs McNeil | 0 min | 26 janvier 2017

Les États-Unis mènent des opéra­­tions de rensei­­gne­­ment depuis l’époque de George Washing­­ton, mais ce n’est que depuis la Seconde Guerre mondiale qu’elles sont coor­­don­­nées à l’échelle du gouver­­ne­­ment. Même avant Pearl Harbor, le président Frank­­lin D. Roose­­velt s’inquié­­tait des faiblesses du rensei­­gne­­ment améri­­cain. Il a alors demandé à l’avo­­cat new-yorkais William J. Dono­­van de poser les bases d’une agence de rensei­­gne­­ment. Résul­­tat, l’Office of Stra­­te­­gic Services  (OSS, « Bureau des services stra­­té­­giques ») a été fondé en juin 1942, avec pour mission de collec­­ter et d’ana­­ly­­ser des infor­­ma­­tions stra­­té­­giques pour le compte du Comité des chefs d’États-majors inter­­ar­­mées, et de mener des opéra­­tions clan­­des­­tines sans néces­­sité de se coor­­don­­ner avec d’autres agences.

OSS-Training
Des hommes de l’OSS à l’en­­traî­­ne­­ment

Durant la guerre, l’OSS a joué un rôle impor­­tant en épau­­lant les campagnes mili­­taires améri­­caines. Mais le service n’a jamais super­­­visé l’en­­tiè­­reté des opéra­­tions de ce type à l’étran­­ger. Depuis le début des années 1930, c’est le FBI qui avait la charge du rensei­­gne­­ment en Amérique latine, et les services de l’ar­­mée proté­­geaient leurs pré carrés dans le reste du monde. En octobre 1945, l’OSS a été supprimé et ses fonc­­tions ont été trans­­fé­­rées aux dépar­­te­­ments d’État et de la Guerre. Les respon­­sables améri­­cains voyaient cepen­­dant la néces­­sité d’éta­­blir un système de rensei­­gne­­ment centra­­lisé. Onze mois plus tôt, Dono­­van avait adressé au président Roose­­velt une propo­­si­­tion de sépa­­ra­­tion de l’OSS du Comité des chefs d’États-majors inter­­ar­­mées. Le bureau serait placé sous la super­­­vi­­sion directe du président. Dono­­van propo­­sait une « orga­­ni­­sa­­tion qui obtien­­drait ses rensei­­gne­­ments en usant de méthodes ouvertes ou couvertes, et qui aurait pour mission de four­­nir des conseils en rensei­­gne­­ment, de déter­­mi­­ner les objec­­tifs du rensei­­gne­­ment natio­­nal, et de corré­­ler les rensei­­gne­­ments collec­­tés par toutes les agences gouver­­ne­­men­­tales ». Il recom­­man­­dait la fonda­­tion d’une puis­­sante agence centra­­li­­sée pour coor­­don­­ner tous les services de rensei­­gne­­ment améri­­cains. Il propo­­sait égale­­ment que cette agence se voit octroyée l’au­­to­­rité néces­­saire pour mener des « opéra­­tions subver­­sives à l’étran­­ger », mais « sans fonc­­tions poli­­cières, sur le terri­­toire comme à l’étran­­ger ». Le plan de Dono­­van lui a attiré les foudres de l’ar­­mée, qui était oppo­­sée à la pers­­pec­­tive d’une telle fusion. Le dépar­­te­­ment d’État améri­­cain pensait que l’agence devrait super­­­vi­­ser toutes les opéra­­tions ayant trait aux rela­­tions étran­­gères en temps de paix. Quant au FBI, il était en faveur d’un système dans lequel le rensei­­gne­­ment mili­­taire inter­­­na­­tio­­nal serait à la charge de services ratta­­chés à l’ar­­mée, tandis qu’il s’oc­­cu­­pe­­rait de toutes les opéra­­tions civiles. Pour tran­­cher le débat, le président Harry S. Truman a établi le Central Intel­­li­­gence Group en janvier 1946, en lui donnant pour mission de coor­­don­­ner les dépar­­te­­ments de rensei­­gne­­ment exis­­tant – en d’autres termes, de les complé­­ter, pas de les supplan­­ter. Tout cela sous la super­­­vi­­sion de la Natio­­nal Intel­­li­­gence Autho­­rity, compo­­sée d’un repré­­sen­­tant du président et des secré­­taires d’État, de la Guerre et de la Navy. Vingt mois plus tard, les deux services ont été suppri­­més à leur tour.

image
Le président Truman préside une réunion du Conseil natio­­nal de sécu­­rité en 1948

C’est dans le cadre du Natio­­nal Secu­­rity Act de septembre 1947 que le Conseil de sécu­­rité natio­­nale (NSC) et l’Agence centrale du rensei­­gne­­ment (CIA) ont été fondés. Proche du projet de Dono­­van de 1944 et des direc­­tives prési­­den­­tielles ayant donné nais­­sance au Central Intel­­li­­gence Group, la loi char­­geait la CIA de coor­­don­­ner les opéra­­tions de rensei­­gne­­ment du pays et de relier, évaluer et dissé­­mi­­ner le rensei­­gne­­ment affec­­tant poten­­tiel­­le­­ment la sécu­­rité natio­­nale. Le direc­­teur de l’agence serait respon­­sable de la protec­­tion des sources et des méthodes du rensei­­gne­­ment. Au cours des années qui ont suivi, les liber­­tés confé­­rées à l’agence n’ont cessé de s’ac­­croître, auto­­ri­­sant dès 1949 une opacité totale des opéra­­tions de la CIA. Le CIA Act of 1949 l’a notam­­ment exemp­­tée de révé­­ler « l’or­­ga­­ni­­sa­­tion, les fonc­­tions, les noms, les postes, les salaires ou le nombre de ses employés ». Au fil des ans et jusqu’à aujourd’­­hui, ses opéra­­tions de rensei­­gne­­ment menées dans le monde entier ont donné lieu aux dérives et aux extra­­­va­­gances les plus inima­­gi­­nables. Outre les exac­­tions docu­­men­­tées par des jour­­na­­listes du monde entier, les 18 articles qui suivent témoignent des opéra­­tions les plus folles d’une agence gouver­­ne­­men­­tale qui n’a pas hésité à finan­­cer le trafic de drogue pour préci­­pi­­ter le renver­­se­­ment d’un gouver­­ne­­ment ou à envi­­sa­­ger sérieu­­se­­ment de trans­­for­­mer des chats en appa­­reils d’es­­pion­­nage sophis­­tiqués.   ulyces-ciasecret-01

Un ancien de la CIA raconte à son fils comment il obte­­nait ses infor­­ma­­tions

Dans les années 1960, l’au­­teur était adoles­cent et vivait avec ses parents en Israël. Son père vivait sous couver­­ture mais en réalité, il avait pour mission d’ob­­te­­nir des rensei­­gne­­ments sur l’avan­­cée du programme nucléaire israé­­lien pour le compte de Washing­­ton. pereespion-ulyces-01

Un jour­­na­­liste raconte la carrière de son père, maître-espion de la CIA

Un récit où s’en­­tre­­croisent une vie démen­­tielle et 60 ans d’his­­toire améri­­caine.

Ce rené­­gat de la CIA a fait de son fils un espion

Condamné pour avoir marchandé des infor­­ma­­tions confi­­den­­tielles aux Russes, l’agent de la CIA Jim Nichol­­son a formé son fils cadet pour qu’il reprenne le flam­­beau.

La CIA a docu­­menté la violente guérilla de la Corée du Nord dans les années 1960

À la fin des années 1960, le dicta­­teur de la Corée du Nord entre­­prit une violente guérilla qui s’achè­­ve­­rait avec une spec­­ta­­cu­­laire tenta­­tive d’as­­sas­­si­­nat. argo-ulyces-33

Argo : les secrets d’une des opéra­­tions les plus dingues de la CIA

Téhé­­ran, 1980. L’am­­bas­­sade améri­­caine est prise d’as­­saut. Tony Mendez va s’in­­fil­­trer dans le pays pour faire exfil­­trer des fugi­­tifs, déguisé en produc­­teur de film holly­­woo­­dien.   ulyces-ciasecret-02

Comment la CIA protège les acti­­vi­­tés de la Zone 51

Depuis un soir de 1947, un coin de désert du Nevada est devenu mythique. Entre théo­­ries déli­­rantes et véri­­tables mystères, bien­­ve­­nue dans la Zone 51.

Les 4 projets les plus fous de l’agence pendant la guerre froide

Au début des années 1960, la CIA a notam­­ment orga­­nisé l’es­­pion­­nage de ses alliés et de ses enne­­mies par… des chats.

Ovnis et pouvoirs psychiques : le plus dingue de 800 000 docu­­ments récem­­ment déclas­­si­­fiés

photoCes docu­­ments incluent des infor­­ma­­tions autre­­fois clas­­sées confi­­den­­tielles au sujet d’ap­­pa­­ri­­tions d’OVNI, d’ex­­pé­­ri­­men­­ta­­tions psychiques et d’autres sujets para­­nor­­maux.

Dans les années 1980, la Chine étudiait acti­­ve­­ment les super pouvoirs psychiques au vu et au su de la CIA

Si on vous disait que le gouver­­ne­­ment chinois a mené des expé­­riences sur des hommes dotés de super-pouvoirs, que la CIA était au courant et qu’ils ont préféré garder les résul­­tats secrets, vous serez proba­­ble­­ment tentés d’al­­ler voir le film au ciné. Sauf que c’est vrai.

Les meilleurs « dossiers ovnis » déclas­­si­­fiés par la CIA

Croyez-le ou non, mais l’Agence a parfois de l’hu­­mour. À l’oc­­ca­­sion du retour de la série X-Files en 2016, la CIA s’est replon­­gée dans ses vieux dossiers en rapport avec les OVNI pour réali­­ser un top 10 en hommage aux deux héros de la série.   ulyces-ciasecret-03

D’après la CIA, les États-Unis se sont trom­­pés sur le compte de Saddam Hussein

D’après l’ana­­lyste de la CIA qui a inter­­­rogé l’an­­cien dicta­­teur irakien, les États-Unis se sont grave­­ment trom­­pés sur Saddam Hussein et l’Irak. John Nixon a eu de nombreuses discus­­sions avec Saddam Hussein, après sa capture en 2003.

Un ancien agent de la CIA raconte la guerre froide entre l’Ara­­bie saou­­dite et l’Iran

Mike_Pompeo_by_Gage_Skidmore_2
Mike Pompeo, le nouveau direc­­teur de la CIA
Crédits : Gage Skid­­more

Robert Baer craint que le pire reste à venir.

Cette boîte de com a réalisé de fausses vidéos d’Al Qaïda pour le compte de la CIA et du Penta­­gone

Engagé en 2006 par une agence de commu­­ni­­ca­­tion anglaise renom­­mée, ce monteur a travaillé à son insu pour la propa­­gande de l’ar­­mée améri­­caine en Irak.

Comment la Maison-Blanche a empê­­ché la CIA de tuer l’homme à l’ori­­gine du projet État isla­­mique

La montée de Daech aurait pu être évitée par les États-Unis – c’est ce que soutient le docu­­men­­taire The Secret History of ISIS, diffusé dans l’émis­­sion Front­­line sur PBS.

L’Agence déclas­­si­­fie des lettres écrites par Ben Laden

La CIA a rendu publiques 113 lettres saisies en mai 2011, lors du raid mené sur la maison de Ben Laden à Abbot­­ta­­bad, au Pakis­­tan.

Ce rapport de la CIA lève le voile sur la mort choquante d’un prison­­nier afghan

Le 19 novembre 2002, à 10 heures du marin, le détenu Gul Rahman a été retrouvé mort dans sa cellule de Salt Pit, une prison secrète de la CIA située au nord de Kaboul, en Afgha­­nis­­tan. Décédé moins d’un mois plus tard au cours de sa déten­­tion, les raisons de sa mort n’avaient pas été révé­­lées jusqu’ici.

CL00001-Salt-Pit-location
La prison secrète de la CIA connue sous le nom de code Salt Pit ou COBALT
Crédits : Google

  ulyces-ciasecret-04

Comment la CIA a vendu du crack pour finan­­cer une guérilla de droite au Nica­­ra­­gua

1980. Guerre civile au Nica­­ra­­gua, appa­­ri­­tion du crack et d’un gamin de Los Angeles en quête d’ave­­nir. Un concours de circons­­tances qui allait boule­­ver­­ser l’Amé­­rique.

Un avion utilisé par la CIA a été recon­­verti en bar à tapas au Costa Rica

Au fond de la jungle costa­­ri­­caine qui borde le Paci­­fique, un avion Fair­­child C-123K Provi­­der, produit par l’US Air Force en 1954, s’est écrasé il y a bien long­­temps sur une colline du pays des Ticos. L’avion cargo était utilisé autre­­fois pour mener des opéra­­tions secrètes qui ont fait scan­­dale.

5555932489_903727bc49_b
L’in­­té­­rieur du Contras Bar
Crédits : Razvan Oren­­do­­vici

Couver­­ture : Le hall de la CIA à Langley.
 
Down­load WordP­ress Themes
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load Nulled WordP­ress Themes
free down­load udemy course
Download Premium WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
download udemy paid course for free

Plus de monde