Atteint d’un cancer en phase termi­nale, cet Indo­né­sien aide ses conci­toyens à surmon­ter les catas­trophes natu­relles

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 2 janvier 2019
Crédits : Yudhis­tira Amran Saleh/kumpa­ran

En Indo­né­sie, les catas­trophes natu­relles se succèdent et endeuillent régu­liè­re­ment la popu­la­tion ; l’an­née 2018 a été parti­cu­liè­re­ment meur­trière. Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l’Agence indo­né­sienne de gestion des catas­trophes natu­relles, est devenu une source fiable d’in­for­ma­tions pour la popu­la­tion et ses follo­wers sur Twit­ter. Le travail de cet ancien cher­cheur consiste à parta­ger les récents événe­ments clima­tiques et expliquer la science des catas­trophes à ses conci­toyens. Le 28 décembre dernier, le New York Times saluait le travail de Nugroho durant cette « année de catas­trophes », alors même qu’il était person­nel­le­ment touché par le malheur.

L’In­do­né­sien de 49 ans a appris en janvier 2018 qu’il était atteint d’un cancer du poumon de stade 4 et que les méde­cins ne lui donnaient qu’un à trois ans à vivre. Le choc passé, Sutopo Purwo Nugroho a décidé de se plon­ger corps et âme dans son travail, ce qui lui a rapi­de­ment attiré l’ad­mi­ra­tion de ses compa­triotes. Par exemple, alors que l’île de Lombok était touchée par un séisme de magni­tude 7.0 en août 2018, Nugroho a enchaîné les inter­views et partagé l’ac­tua­lité sur ses réseaux sociaux, tout en conti­nuant sa chimio­thé­ra­pie. En dépit de la douleur, l’homme est présent sur tous les fronts. « Quand il y a une catas­trophe et que je dois faire une confé­rence de presse, mon adré­na­line augmente et j’ou­blie même que je suis malade », explique-t-il au New York Times. « Mais dès que je rentre chez moi, je ressens la douleur. »

Située sur la cein­ture de feu du Paci­fique, zone sismique parti­cu­liè­re­ment active, l’In­do­né­sie est vulné­rable aux érup­tions volca­niques, aux trem­ble­ments de terre et aux tsuna­mis. Mais 2018 est l’an­née la plus meur­trière en matière de catas­trophes natu­relles depuis plus de dix ans pour l’ar­chi­pel au 13 466 îles. Pour Nugroho, « c’est l’an­née des catas­trophes » : plus de 4 600 personnes ont perdu la vie, « sans comp­ter les 189 passa­gers et membres d’équi­page tués dans l’écra­se­ment d’un avion de Lion Air dans la mer de Java le 29 octobre », ajoute le New York Times. Quand le deuxième tsunami de l’an­née a frappé le détroit de la Sunda le 22 décembre dernier, Sutopo Purwo Nugroho a écourté ses vacances et abreuvé les médias de mises à jour quant à la situa­tion, en dépit de ses souf­frances person­nelles. Respect.

Source : The New York Times

Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
udemy course download free

Plus de monde