Au Royaume-Uni, au moins 20 % des pois­sons d’eau douce ont changé de sexe

par   Ulyces   | 5 juillet 2017

Ce n’est pas le cœur léger que le Profes­seur Charles Tyler a prononcé le discours d’ou­ver­ture du 50e anni­ver­saire du dîner annuel de la Société des pêches des Îles britan­niques, le 3 juillet dernier, à l’uni­ver­sité d’Exe­ter. Voilà bien­tôt dix ans que l’ich­tyo­phy­sio­lo­giste et écotoxi­co­logue diplômé d’Ox­ford met en garde le monde scien­ti­fique et indus­triel contre les effets dévas­ta­teurs des produits chimiques sur la faune qui peuple les cours d’eau, des ruis­seaux aux rivières. En 2008, le profes­seur de l’uni­ver­sité d’Exe­ter avait déjà publié une étude indiquant que sur les pois­sons de 51 sites diffé­rents en Angle­terre, un cinquième des mâles présen­taient des signes d’un chan­ge­ment de sexe. Comme on l’ima­gine, la situa­tion ne s’est pas arran­gée depuis. La faute est évidem­ment à cher­cher du côté des produits chimiques. Si le proces­sus reste encore mysté­rieux – bien qu’il semble qu’ils atter­rissent là lorsque les consom­ma­teurs s’en débar­rassent en tirant la chas­se… –, Charles Tyler en a détecté plus de 200 respon­sables de l’ap­pa­ri­tion de carac­té­ris­tiques femelles chez des pois­sons mâles, en les expo­sant à des taux élevés d’œs­tro­gènes. Ils ont notam­ment décou­vert des pois­sons mâles portant des œufs dans leurs gonades, ou sécré­tant un sperme à la ferti­lité nota­ble­ment réduite. « Nous commençons à voir que cela n’af­fecte pas que le sexe du pois­son, ces produits chimiques peuvent aussi affec­ter les proces­sus physio­lo­giques de l’ani­mal », a confié le profes­seur Tyler au jour­nal The Inde­pendent. Si ces effets ne tuent pas le pois­son, ils pour­raient réduire les popu­la­tions au fil du temps du fait de leur impact néga­tif sur la repro­duc­tion. Pour stop­per l’hé­mor­ra­gie, le cher­cheur préco­nise davan­tage de fermeté du gouver­ne­ment « sur les restric­tions » ou tout simple­ment de bannir l’uti­li­sa­tion de ces produits. Les cher­cheurs hexa­go­naux seraient bien inspi­rés de mener des recherches semblables en France, car peut-être parvien­draient-ils à un résul­tat quelque peu inquié­tant. Source : The Inde­pendent

Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
udemy course download free