fbpx

Aux États-Unis, des millions d’ani­maux d’éle­vage vont être tués par suffo­ca­tion ou noyade

par   Pablo Oger   | 19 mai 2020

Aux États-Unis, des millions d’ani­maux d’éle­vage vont être abat­tus par suffo­ca­tion, noyade ou arme à feu, révèle le Guar­dian ce 19 mai. Ces mesures, bapti­sée « dépeu­ple­ment » par l’in­dus­trie de trans­for­ma­tion de la viande et dénon­cée comme « inhu­maine » par les asso­cia­tions de protec­tion des animaux, font suite à la ferme­ture des abat­toirs améri­cains due à l’épi­dé­mie de Covid-19.

On estime que plus de 10 millions de poules ont déjà été abat­tues en raison des ferme­tures des abat­toirs. La majo­rité d’entre elles ont été étouf­fées par une mousse à base d’eau, semblable à la mousse des extinc­teurs. L’in­dus­trie porcine a pour sa part signalé que plus de 10 millions de porcs pour­raient égale­ment être abat­tus d’ici septembre pour les mêmes raisons. Les tech­niques utili­sées pour abattre les porcs comprennent le gazage, le tir, l’over­dose d’anes­thé­siant ou le « trau­ma­tisme par objet conton­dant ».

Ce « dépeu­ple­ment » survient alors que les banques alimen­taires améri­caines font état d’une demande sans précé­dent et d’un problème de faim crois­sant pendant la pandé­mie, avec des files d’at­tente de plusieurs kilo­mètres de long qui se forment à l’ex­té­rieur de certains centres de distri­bu­tion créés pendant la crise.

La chaîne d’ap­pro­vi­sion­ne­ment en viande améri­caine a été dure­ment touchée par la ferme­ture des abat­toirs en raison des taux d’in­fec­tion au Covid-19 parmi les travailleurs. Entre 30 à 40 abat­toirs auraient fermé, c’est-à-dire que la capa­cité d’abat­tage de viande bovine et porcine a été réduite de 25 % et 40 % respec­ti­ve­ment, selon les Travailleurs unis de l’ali­men­ta­tion et du commerce (TUAC). Il est drama­tique de réali­ser que l’ar­rêt de la produc­tion de viande condamne ces animaux à mort, ne leur lais­sant aucune échap­pa­toire.

Source : The Guar­dian

Plus de monde