Aux États-Unis, faire un doigt d’hon­neur aux poli­ciers est un droit consti­tu­tion­nel

par   Laura Boudoux   | 18 mars 2019

Les juges ont unani­me­ment estimé que Debra Cruise-Gulyas était tout à fait dans son droit lorsqu’elle a fait un doigt d’hon­neur aux poli­ciers, en juin 2017 dans le Michi­gan. Les trois repré­sen­tants de la loi ont jugé l’Amé­ri­caine non-coupable le 13 mars 2019, invoquant le Premier amen­de­ment de la Cons­ti­tu­tion et la liberté d’ex­pres­sion, rapporte BuzzFeed News. C’est suite à un contrôle routier que Debra Cruise-Gulyas a joué du majeur, auprès de l’agent de police Matthew Minard.

« Ces gestes d’im­po­li­tesse (…) peuvent certes violer la Règle d’or, mais cela ne les rend pas illé­gaux, ni punis­sables, et ils ne repré­sentent pas un motif d’ar­res­ta­tion », expliquait le juge Jeffrey Sutton dans son verdict, mercredi 13 mars 2019. Matthew Minard avait inter­pellé Debra Cruise-Gulyas suite à un excès de vitesse, mais avait fina­le­ment fait preuve d’in­dul­gence, en la verba­li­sant pour une infrac­tion moins péna­li­sante, tel qu’un mauvais station­ne­ment.

Non-contente de cette clémence, Debra Cruise-Gulyas lui a fait un doigt d’hon­neur alors qu’elle s’éloi­gnait en voiture. Ce geste lui a valu un nouveau contrôle, 100 mètres plus loin, Matthew Minard la verba­li­sant cette fois pour un délit plus grave qu’un excès de vitesse. Debra Cruise-Gulyas a alors déposé plainte contre le poli­cier, esti­mant qu’il n’avait pas le droit de l’ar­rê­ter à cause de son geste. Les juges lui ont donné raison, esti­mant qu’elle « n’avait enfreint aucune loi qui justi­fiait un second contrôle ».

Sources : BuzzFeed News

Download WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
Download Premium WordPress Themes Free
udemy course download free

Plus de monde