Ces balles romaines tirées au lance-pierre frap­paient l’en­nemi aussi vite qu’un .44 Magnum

par   Ulyces   | 26 mai 2017

Crédit : John Reid Cela fait des années que les archéo­logues tentent d’éclair­cir le mystère concer­nant le rôle qu’au­rait joué le site archéo­lo­gique de Burns­wark pendant l’oc­cu­pa­tion romaine de l’Écosse. Une nouvelle décou­verte pour­rait résoudre l’énigme. Sur le site alors assiégé par les Romains, des cher­cheurs ont décou­vert 400 projec­tiles qui auraient été tirés au lance-pierre. Selon leurs dires, ces balles auraient frappé les natifs écos­sais à la vitesse d’un .44 Magnum, l’arme de pointe la plus puis­sante au monde. Selon un article de Natio­nal Geogra­phic, l’an­cienne forte­resse aurait donc été le lieu d’un sanglant massacre qui se serait déroulé il y a 1 900 ans. Les cher­cheurs John Read et Andrew Nichol­son ont eu recours à un détec­teur sophis­tiqué qu’ils ont spécia­le­ment cali­bré pour détec­ter des projec­tiles propul­sés par des frondes romaines. Leurs recherches n’ont pas été veines, car le détec­teur a sonné 2 700 fois dans les collines et sur le sommet de Burns­wark. Le Profes­seur Nichol­son a réper­to­rié et loca­lisé sur une carte leurs nombreuses trou­vailles. Natio­nal Geogra­phic explique qu’en­suite, « Les fouilles ont révélé plus de 400 balles de roche romaines, là où les détec­teurs l’in­diquaient, ainsi que deux missiles sphé­riques proje­tés par ce qui semble­rait être une baliste. Les résul­tats suggèrent que 94 % des trou­vailles des détec­teurs étaient en fait des balles romaines. » Toute­fois, malgré la supé­rio­rité des armes romaines face aux combat­tants écos­sais qui ne se battaient qu’à l’épée ou d’autres armes rudi­men­taires, l’oc­cu­pa­tion de l’Écosse n’a duré que 20 ans après le massacre de Burns­wark. Faut pas cher­cher les Écos­sais. Source : Natio­nal Geogra­phic

Download Premium WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes
free download udemy course