Ces cher­cheurs pensent avoir trouvé la clé de l’ori­gine de la vie sur Terre

par   Ulyces   | 27 mai 2017

Un orga­nisme des grandes profon­deurs – Crédits : NASA « L’œuf ou la poule ? » Les résul­tats d’une nouvelle étude, qui aborde la manière dont les gènes fonc­tionnent, élève le débat de l’évo­lu­tion qui ques­tionne la nais­sance de la vie sur Terre. Qu’est-ce qui est arrivé en premier ? La répli­ca­tion de l’ARN (acide ribo­nu­cléique) ou le méta­bo­lisme ? L’hy­po­thèse selon laquelle la vie sur Terre a d’abord capturé l’éner­gie des réac­tions chimiques avant d’en copier les codes a été remise au gout du jour. L’étude a été publiée dans Plos One au début du mois de mai. Si la répli­ca­tion des gènes néces­site de l’éner­gie et que notre méta­bo­lisme est régle­menté par des enzymes fabriquées par des gènes, comment pouvons-nous possé­der des gènes sans méta­bo­lisme ou encore, un méta­bo­lisme sans gènes ? Gustavo Caetano-Anol­lés, de l’uni­ver­sité de l’Il­li­nois, et son collègue Ibra­him Koc, de l’uni­ver­sité tech­nique de Gebze en Turquie, ont trouvé des raisons supplé­men­taires de penser que la vie a commencé à se méta­bo­li­ser avant d’être liée aux premiers gènes. Les deux hommes ont utilisé une base de données de génomes du Gene Onto­logy Consor­tium. Ils ont sélec­tionné 249 orga­nismes et ont comparé, non seule­ment leurs séquences, mais aussi les fonc­tions spéci­fiques de chacun de leurs gènes. « La meilleure façon de comprendre un orga­nisme est d’étu­dier ses fonc­tions », affirme Caetano-Anol­lés. Ils sont partis du prin­cipe que deux fonc­tions sont communes à tous les êtres vivants : le méta­bo­lisme et la liai­son. « Il est logique que ces deux fonc­tions soient appa­rues très tôt, car les molé­cules ont d’abord eu besoin de géné­rer de l’éner­gie par méta­bo­lisme, mais elles ont aussi dû inter­agir avec d’autres molé­cules par liai­son », explique Caetano-Anol­lés. Cette décou­verte mise en paral­lèle avec de précé­dentes preuves justi­fiant l’hy­po­thèse « du méta­bo­lisme en premier » amène les experts à penser que la vie est appa­rue comme ceci : de courtes séquences d’ARN asso­ciées à des réac­tions de libé­ra­tion d’éner­gie déjà exis­tantes ont permis le déve­lop­pe­ment de gènes primi­tifs, qui ont provoqué l’as­so­cia­tion de molé­cules avant d’en­traî­ner des appa­ri­tions de formes plus complexes. En plus de donner de précieuses infor­ma­tions sur l’ori­gine de la vie, cette démarche pour­rait nous donner des indices sur la façon dont les gènes pour­raient déve­lop­per de nouvelles fonc­tions dans le futur. Source : Plos One

Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
udemy paid course free download