Ces justi­cières indiennes défendent leur forêt contre les bracon­niers depuis 20 ans

par   Laura Boudoux   | 25 mars 2019
Crédits : Sahana Ghosh/Monga­bay

Depuis 20 ans, pas un jour ne passe sans que l’une d’entre elles surveille la forêt, la proté­geant des attaques de contre­ban­diers. Dans l’état d’Odi­sha, en Inde, un groupe de femmes protège ainsi la mangrove depuis le cyclone de 1999, qui avait dévasté la région, rapporte le média India Monga­bay. Chaque jour, les 75 Indiennes origi­naires du village de Gundalba se relayent, bâtons de bambou à la main, pour faire fuir et dénon­cer les trafiquants de bois.

« Nous frap­pons nos bâtons, et veillons par groupes de dix. Nous nous disper­sons dans les forêts et donnons des coups de sifflet. Toute personne ayant l’in­ten­tion de nuire à la biodi­ver­sité s’en­fuit en enten­dant notre siffle­ment et le claque­ment de nos bâtons sur des troncs d’arbres », explique Charu­lata Biswal, une patrouilleuse de 52 ans. Elle raconte que les volon­taires ont commencé à se réunir pour proté­ger la forêt suite au cyclone, et qu’elles n’ont depuis jamais arrêté de veiller.

Crédits : Sahana Ghosh/Monga­bay

« Nos maisons et nos cultures ont été détruites, le sol était devenu salin. Nous n’avions plus de nour­ri­ture pendant des jours, et nos enfants n’avaient plus de vête­ments à mettre », se rappelle Charu­lata Biswal. « Mais nous avons réalisé que c’était grâce à la survie de la forêt, y compris la mangrove, que nous étions encore en vie. Nous nous sommes donc enga­gées à la proté­ger en retour, et à restau­rer la biodi­ver­sité », explique-t-elle.

Si les hommes n’avaient au départ qu’un rôle de soutien, ils sont aujourd’­hui de plus en plus nombreux à rejoindre l’or­ga­ni­sa­tion. « Les hommes étaient occu­pés à réap­pro­vi­sion­ner le village, à recons­truire des maisons et à réta­blir leurs moyens de subsis­tance. Les femmes ont donc pris la respon­sa­bi­lité de prendre soin des ressources natu­relles », analyse Charu­lata Biswal, qui dit n’avoir jamais peur dans la forêt, que les femmes consi­dèrent comme « une exten­sion de leur maison ».

Sources : India Monga­bay

Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
free online course

Plus de monde