Ces scien­ti­fiques ont réussi à faire repous­ser l’or­teil d’une souris

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 7 février 2019

La régé­né­ra­tion de membres ampu­tés est-elle à portée de main ? Dans une étude publiée le 5 février par la revue scien­ti­fique Nature Commu­ni­ca­tions, des scien­ti­fiques expliquent avoir donné une seconde vie à l’or­teil d’une souris. Pour cela, l’équipe de l’univer­sité A&M du Texas diri­gée par Ling Yu a simple­ment injecté deux protéines : la BMP-2 et la BMP-9 (avec BMP pour Bone Morpho­ge­ne­tic Protein, soit des protéines de la morpho­ge­nèse osseuse).

Toute une série de para­mètres, à commen­cer par le déve­lop­pe­ment des arti­cu­la­tions et ses os, est à consi­dé­rer afin de tenter l’ex­pé­rience. Dans une précé­dente étude de 2012, — à laquelle Ling Yu avait égale­ment parti­cipé — le rôle crucial de la protéine BMP-2 dans la créa­tion et la régé­né­ra­tion du tissu osseux avait été observé. À présent, les scien­ti­fiques lui ont ajouté la BMP-9.

Au cours de leurs nouvelles recherches, ils constaté que les deux protéines étaient capables de stimu­ler la crois­sance arti­cu­laire sur des souris aux orteils ampu­tés. En l’es­pace de trois jours, plus de 60 % des os du moignon formaient une couche de carti­lage, élément clé des arti­cu­la­tions. Sans les protéines, les membres auraient tout simple­ment cica­trisé.

L’équipe a égale­ment remarqué que le proces­sus de régé­né­ra­tion était plus avancé quand la protéine BMP-2 était déli­vrée loca­le­ment une semaine avant la BMP-9. Cette étude témoigne donc des progrès de la régé­né­ra­tion biolo­gique. Pour voir un membre repous­ser en entier, hori­zon encore loin­tain, il va désor­mais falloir comprendre comment acti­ver ces protéines de la meilleure des façons.

Source : Nature Commu­ni­ca­tions

Download Best WordPress Themes Free Download
Download Nulled WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
online free course

PLUS DE SCIENCE