Cet homme de 95 ans a pris 4 bus pour se joindre à une marche contre le racisme en Nouvelle-Zélande

par   Laura Boudoux   | 27 mars 2019
Crédits : Getty

À Auck­land, dimanche 24 mars 2019, un mani­fes­tant s’est parti­cu­liè­re­ment fait remarquer à la marche contre le racisme orga­ni­sée sur la place Aotea. John Sato, un ancien combat­tant de 95 ans, était si déter­miné à parti­ci­per à ce rassem­ble­ment qu’il a pris quatre bus pour s’y joindre, rapporte Radio New Zealand. S’il recon­nait avoir quelque peu perdu le contact avec « le monde moderne », ce veuf qui a ému les médias dit avoir été très touché par les atten­tats de Christ­church.

« Je suis resté éveillé une bonne partie de la nuit et je n’ai pas très bien dormi depuis. J’ai trouvé cela telle­ment triste. On peut ressen­tir la souf­france des autres », explique-t-il. John Sato tenait donc abso­lu­ment à mani­fes­ter pour montrer son soutien à la commu­nauté musul­mane, et sa lutte contre toute forme de racisme. Après un long périple, il est donc arrivé sur Aotea Square, où des gens lui ont offert leur bras, un poli­cier lui appor­tant de l’eau avant de l’es­cor­ter. Plus tard, John Sato a été raccom­pa­gné chez lui par ce même offi­cier, évitant un nouveau trajet labo­rieux.

« Il m’a ramené, et a attendu de me voir monter les esca­liers avant de repar­tir. Regar­dez ce qu’une tragé­die comme Christ­church fait ressor­tir chez les gens : le meilleur de l’hu­ma­nité », déclare John Sato. Ancien combat­tant de la Seconde Guerre mondiale, l’homme de 95 ans constate que depuis les atten­tats, les gens « sont plus soli­daires, peu importe leurs origines ». « Ils réalisent soudain que nous ne faisons qu’un. Nous nous soucions les uns des autres », philo­sophe-t-il. Il espère que cela durera.

Source : Radio New Zealand

Download Premium WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes
udemy course download free

Plus de monde