Des centaines de cadavres d’animaux marins ont été retrouvés échoués sur une plage de Sibérie. Greenpeace Russie affirmait le 3 octobre sur Twitter que l’eau de la région contient des niveaux de pétrole quatre fois plus élevés que la normale, et des niveaux de phénol 2,5 fois plus élevés.

Des phoques, des oursins ou des poulpes ont été retrouvés morts sur le rivage, et les surfeurs de la région se sont également plaints d’avoir une vision trouble, de la fièvre et des nausées. Une contamination de l’eau avait déjà été signalée le mois dernier, laissant une boue jaune bulleuse sur l’eau. Ce liquide s’est désormais déplacé vers le sud, vers les volcans de la péninsule du Kamtchatka, un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Sur Twitter, Nikolaï Lyaskin, qui travaille pour la campagne du plus grand parti d’opposition de Russie, a partagé une vidéo montrant une plage entièrement recouverte d’oursins et d’étoiles de mer sans vie.

Le ministre russe de l’Environnement, Dimitri Kobilkine, a suggéré aux personnes affectées d’utiliser des gouttes pour les yeux afin de soigner leurs irritations. Il affirme également que la pollution provient certainement de causes naturelles. Mais les experts, dont le biologiste et spécialiste des phoques Vladimir Bourkanov, ne sont pas d’accord. Ce dernier a déclaré que cette pollution pouvait provenir de fuites de conteneurs de vieux carburant pour fusées cachés dans des bases militaires proches.

Cet incident survient quelques mois seulement après la rupture d’une centrale électrique située au-dessus du cercle arctique, qui a déversé 20 000 tonnes de diesel dans le fleuve Ambarnaya. Les écologistes de Greenpeace Russie ont également critiqué le gouvernement pour avoir minimisé la menace. Selon eux, la région serait confrontée à une « catastrophe écologique » de grande ampleur.

Source : Greenpeace Russie