fbpx

Des poli­ciers améri­cains tirent 7 fois dans le dos d’un Afro-Améri­cain sans arme

par   Servan Le Janne   | 24 août 2020

Sur une vidéo tour­née dimanche 23 août à Keno­sha, dans le Wiscon­sin, on peut voir des poli­ciers tirer au moins sept fois sur un Afro-Améri­cain sans arme en train d’en­trer dans sa voiture. Selon un article du Washing­ton Post publié le lende­main, Jacob Blake a été conduit à l’hô­pi­tal dans un état grave et des protes­ta­tions ont écla­tées dans cet État du Midwest.

Peu avant 17 heures, ce dimanche, la police de Keno­sha est inter­ve­nue dans le quar­tier de Jacob Blake pour des violences. Selon des témoins, l’homme essayait de mettre fin à une bagarre entre deux femmes et les forces de l’ordre ont d’abord cher­ché à le neutra­li­ser à l’aide d’un Taser.

Sur la vidéo ci-dessous (atten­tion, les images peuvent choquer), on voit Blake faire le tour d’un 4×4 avec deux poli­ciers sur les talons, qui pointent leur arme sur son dos. Quand il ouvre la portière, l’un d’eux cherche à le rete­nir par le t-shirt et, sous les cris des voisins, ouvre le feu dans son dos à au moins sept reprises. L’homme ne portait pas d’arme et ne parais­sait pas menaçant.

https://twit­ter.com/noli­mit­chrizi/status/1297684746370252806

À en croire le site Keno­sha News, Blake a reçu au moins sept balles devant ses enfants qui, d’après l’avo­cat Ben Crump, se trou­vaient dans la voiture. Il a été conduit par héli­co­ptère à l’hô­pi­tal Froed­tert de Milwau­kee, où il est actuel­le­ment en soins inten­sifs.

La diffu­sion de la vidéo sur les réseaux a entraîné des rassem­ble­ments qui ont dégé­néré en affron­te­ments avec la police, si bien que la muni­ci­pa­lité a déclaré l’état d’ur­gence et décrété un couvre-feu jusqu’au lundi matin.

« Ce n’est pas le premier homme noir ou la première personne à avoir été bles­sée ou tuée sans pitié par des membres des forces de l’ordre dans notre État ou notre pays », déplore le gouver­neur Tony Evers. « Nous sommes avec tous ceux qui réclament et conti­nuent de récla­mer justice pour les vies noires de notre pays. »

Source : The Washing­ton Post

Plus de monde