fbpx

En Italie, la mafia distri­bue de la nour­ri­ture aux habi­tants dans le besoin

par   Ulyces   | 12 avril 2020

À l’ins­tar de certains gangs brési­liens et cartels mexi­cains, la mafia italienne vole désor­mais au secours aux familles dans le besoin. Le Guar­dian révé­lait le 10 avril que dans le sud du pays – en Campa­nie, en Calabre, dans les Pouilles et en Sicile –, les orga­ni­sa­tions crimi­nelles se montrent géné­reuses tandis que le gouver­ne­ment est de plus en plus critiqué pour sa gestion de la crise du Covid-19.

Depuis plus d’un mois main­te­nant, les boutiques, cafés et restau­rants d’Ita­lie ont fermé leurs portes. Si bien qu’à la crise sani­taire tragique s’adjoint une crise écono­mique qui menace les emplois et les finances de millions d’Ita­liens. « Si l’État ne fait pas bien­tôt quelque chose pour aider ces familles, la mafia offrira ses services et pren­dra le contrôle de la vie des gens », estime le jour­na­liste d’in­ves­ti­ga­tion anti-mafia Nicola Grat­teri, inter­rogé par le Guar­dian.

Car évidem­ment, la géné­ro­sité de circons­tance de la ‘Ndran­gheta, de la Cosa Nostra et des autres n’est pas désin­té­res­sée : les orga­ni­sa­tions crimi­nelles italiennes savent qu’elles s’as­surent ainsi la loyauté des gens à qui elle rend service aujourd’­hui. Un jour, une faveur pourra leur être deman­dée en retour. C’est pourquoi les auto­ri­tés italiennes tirent aujourd’­hui la sonnette d’alarme et renforcent la présence de la police dans les quar­tiers défa­vo­ri­sés de villes du sud comme Naples.

À Palerme, en Sicile, le frère du boss de la Cosa Nostra Giuseppe Cusi­mano a été vu en train de distri­buer des vivres dans le quar­tier popu­laire de Zen. Sur Face­book, il s’est défendu contre les « attaques » média­tiques en expliquant qu’il avait simple­ment le cœur sur la main, selon La Repub­blica.

Sources : The Guar­dian/La Repub­blica

Plus d'epic