Ils volent un bonsaï vieux de 400 ans, les victimes leur envoient des conseils de jardi­nage

par   Malaurie Chokoualé Datou   | 13 février 2019

Origi­naires de Saitama, près de Tokyo, Fuyumi Iimura et son mari Seiji viennent de se faire voler sept bonsaïs. Ce couple japo­nais est désem­paré mais désire que leurs précieuses plantes conti­nuent à être aussi bien trai­tées que chez eux. Seiji et Fuyumi ont pour cela posté des instruc­tions sur Face­book à l’in­ten­tion des malfrats pour s’oc­cu­per au mieux de leurs regret­tés bonsaïs, rapporte The Inde­pendent en ce 12 février.

Le couple possède un impres­sion­nant jardin consti­tué de 3 000 arbres. Au mois de janvier, celui-ci a été saccagé mais les voleurs ne sont repar­tis qu’a­vec sept bonsaïs, dont un parti­cu­liè­re­ment précieux : un gené­vrier Shim­paku vieux de 400 ans. La famille de Fuyumi Iimura est maître bonsaï de géné­ra­tion en géné­ra­tion ; il connaît donc très bien cet arbre. Décou­vert il y a plus d’un siècle, celui-ci a besoin d’être arrosé chaque semaine et il néces­site qu’on lui porte un grand soin extrême.

Les Iimura ont donc décidé de supplier les voleurs d’en­tendre raison et d’avoir la main verte. « Nous avons traité ces arbres minia­tures comme nos enfants », écrit Madame Iimura, tout en décri­vant la sensa­tion d’un membre arra­ché. Outre la valeur senti­men­tale, les petits arbres qui ont disparu possèdent une valeur totale de près de 105 000 euros et le gené­vrier Shim­paku vaut à lui seul pas loin de 80 000 euros. Ceci explique donc cela.

Source : The Inde­pendent

Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
udemy course download free

Plus d'epic