La dernière femme accu­sée de sorcel­le­rie au Canada sera jugée en janvier 2019

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 28 décembre 2018
Crédits : Tiffany Butch

Le 11 décembre dernier, la Cana­dienne Tiffany Butch a été arrê­tée pour « avoir prétendu pratiquer la sorcel­le­rie », ce qu’in­ter­dit l’ar­ticle 365 du code pénal cana­dien. Deux jours plus tard, cette loi archaïque, rédi­gée en 1892, était abro­gée, mais l’On­ta­rienne de 33 ans n’a toute­fois pas échappé à cette accu­sa­tion d’un autre temps, ce qui fait d’elle la dernière femme accu­sée de pratiquer la sorcel­le­rie au Canada, rappor­tait la chaîne cana­dienne CBC News quelques jours plus tard.

Tiffany Butch est voyante et se fait appe­ler la « Sorcière blanche du Nord » parce qu’elle trouve cela « mignon ». Selon les accu­sa­tions portées contre elle, elle aurait prédit à une cliente de tristes événe­ments à venir et lui aurait vive­ment conseillé de s’of­frir ses services pour empê­cher qu’ils aient lieu. Tiffany Butch main­tient qu’en dépit de son surnom, elle n’a jamais prétendu être une sorcière, ni « réclamé de l’argent de façon illi­cite ». Elle nie formel­le­ment les allé­ga­tions, assure ne pas connaître la victime présu­mée, et clame qu’il s’agit là d’un coup monté par des voyant·es ou des médiums envieux·euses. À deux jours près, les chefs d’ac­cu­sa­tion auraient pu être diffé­rents.

L’ar­ticle 365 a été abrogé en vertu du projet d’un projet de loi qui vise à élimi­ner ce qu’on appelle les infrac­tions « zombies » au Canada, soit des infrac­tions obso­lètes, jugées incons­ti­tu­tion­nelles ou répé­ti­tives. Parmi celles-ci, on trouve par exemple provoquer un duel ou encore prétendre pratiquer de la sorcel­le­rie, donc. « Quiconque à prétendre frau­du­leu­se­ment exer­cer ou employer quelque magie, sorcel­le­rie, enchan­te­ment ou conju­ra­tion », disait l’ar­ticle 365, « entre­prendre, moyen­nant contre­par­tie, de dire la bonne aven­ture ; affec­ter par son habi­leté dans quelque science occulte ou magique, ou par ses connais­sances d’une telle science, de pouvoir décou­vrir où et comment peut être retrou­vée une chose suppo­sée avoir été volée ou perdue ».

Tiffany Butch compa­raî­tra le 22 janvier 2019 devant la justice et sera donc jugée sur base d’une loi qui n’existe plus. Butch risque jusqu’à six mois de prison et une amende de 2 000 dollars cana­diens (soit envi­ron 1 300 euros).

Source : CBC News

Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
udemy course download free

Plus de mystère