Le corps d’un roi maya décou­vert dans une cité perdue au Guate­mala

par   Nicolas Prouillac   | 1 mai 2019
Crédits : Natio­nal Geogra­phic Chan­nel

Une équipe d’ar­chéo­logues et d’ex­plo­ra­teurs, accom­pa­gnés de came­ra­mans de la chaîne Natio­nal Geogra­phic TV, ont décou­vert les dépouilles d’une reine et d’un roi mayas dans les ruines d’une ancienne cité au Guate­mala. Le Guar­dian rapporte que les scien­ti­fiques ont égale­ment retrouvé un vase céré­mo­nial utilisé pour boire du choco­lat, ainsi que le frag­ment d’un crâne d’en­fant sacri­fié, utilisé comme brûleur d’en­cens lors de rituels.

Si les scien­ti­fiques ont pu réali­ser ces incroyables décou­vertes, c’est grâce au Lidar, une tech­no­lo­gie laser qui permet de repé­rer depuis le ciel les struc­tures cachées par les arbres. Elle a permis d’en révé­ler envi­ron 60 000 sous la jungle guaté­mal­tèque, dont des pyra­mides et des villes entières.

L’ar­chéo­logue Fran­cisco Estrada-Belli n’en revient toujours pas. C’est en creu­sant le sol d’une antique salle du trône qu’ils ont décou­vert les restes du couple royal. « Nous sommes convain­cus qu’il s’agit d’un roi et d’une reine car ils étaient enter­rés avec un vase sur lequel est inscrit le nom d’un puis­sant roi de la région à l’époque » – le corps retrouvé serait le sien.

Crédits : Natio­nal Geogra­phic Chan­nel

Quant au vase riche­ment orné, il aurait été utilisé pour partagé des bois­sons prépa­rées à partir de cacao. « Nous savons que l’élite et les grands guer­riers de leur société avaient l’ha­bi­tude de boire des bois­sons choco­la­tées », pour­suit Fran­cisco Estrada-Belli. Les époux royaux et leur bol auraient été enter­rés entre 554 et 558 ap. J.-C., d’après la data­tion au carbone 14.

Enfin, le frag­ment de crâne d’en­fant a pour sa part été décou­vert dans une grotte souter­raine. « Nous n’avons retrouvé que le haut du crâne et quelques dents », explique l’ar­chéo­logue. Mais cela suffit aux scien­ti­fiques pour esti­mer qu’il avait proba­ble­ment été sacri­fié, comme il était courant à l’époque, avant que son crâne ne serve d’en­cen­soir lors de céré­mo­nies rituelles.

Source : The Guar­dian

Free Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
online free course

Plus de wild