fbpx

Les sacs « biodé­gra­dables » sont toujours intacts des années après avoir été jetés dans la nature

par   Nicolas Prouillac   | 29 avril 2019
Crédits : Imogen Napper

Une étude sans précé­dent s’est penchée sur l’état de dégra­da­tion des sacs plas­tique label­li­sés comme « biodé­gra­dables ». Il s’est avéré qu’a­près trois ans passés dans l’en­vi­ron­ne­ment, enter­rés sous terre ou aban­don­nés dans l’eau, les sacs en ques­tion ne se sont pas dégra­dés du tout et sont même encore tout à fait capables de porter des courses, rapporte le Guar­dian ce 29 avril.

C’est l’Unité de recherche sur la pollu­tion marine inter­na­tio­nale, de l’uni­ver­sité de Plymouth au Royaume-Uni, qui s’est char­gée de mener les obser­va­tions. « Après trois ans, j’ai été stupé­faite de voir que tous les sacs pouvaient encore servir à porter des courses », raconte Imogen Napper, la cher­cheuse prin­ci­pale de l’étude. « Quand on voit un sac label­lisé de cette façon, je pense qu’on se dit auto­ma­tique­ment qu’il se dégra­dera plus rapi­de­ment que des sacs conven­tion­nels. » Mais ses recherches montrent que ce n’est peut-être pas le cas.

D’après l’étude, 98,6 milliards de sacs plas­tique ont été mis sur le marché euro­péen en 2010, auxquels vien­draient s’ad­di­tion­ner envi­ron 100 milliards de sacs en plus chaque année. « Biodé­gra­dables » ou pas, les aban­don­ner dans la nature ajoute à la pollu­tion plas­tique qui suffoque le monde natu­rel.

Source : The Guar­dian

Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Premium WordPress Themes Download
Download Nulled WordPress Themes
udemy course download free

Plus de monde