Les souris sont moins anxieuses quand elles prennent des micro­doses de DMT, d’après la science

par   Laura Boudoux   | 5 mars 2019

En consom­mant des micro-doses de DMT, une puis­sante substance psycho­trope, ces rats de labo­ra­toire sont appa­rus plus déten­dus et moins anxieux. Une grande décou­verte, puisqu’il s’agit là de « la première étude à démon­trer que le micro­do­sage de psycho­trope produit des effets béné­fiques sur l’hu­meur et l’an­xiété », explique David Olson, cher­cheur à l’uni­ver­sité de Cali­for­nie, à Davis, à Mother­board.

Publiée le 04 mars 2019, l’étude s’ap­puie prin­ci­pa­le­ment sur la consom­ma­tion de DMT, la dime­thyl­tryp­ta­mine, qui est souvent synthé­tique, mais qui est aussi le prin­cipe actif contenu dans l’aya­huasca. Il s’agit là une drogue hallu­ci­no­gène à base de lianes, tradi­tion­nel­le­ment consom­mée sous forme de breu­vage par les chamanes d’Ama­zo­nie.

« Il y a très peu d’écrits sur les effets du micro­do­sage de psycho­tropes », déplore le scien­ti­fique, qui a donc injecté de faibles doses de DMT aux rats, tous les 3 jours, pendant 2 mois. Les scien­ti­fiques ont alors décou­vert que le DMT appor­tait aux rongeurs, confron­tés à des situa­tions stres­santes, des « réponses robustes de type anti­dé­pres­seur ». Des effets néfastes ont tout de même été obser­vés, notam­ment une prise de poids, malgré une baisse de la consom­ma­tion de nour­ri­ture, et une réduc­tion de la densité neuro­nale.

David Olson affirme donc que de nouvelles recherches sont néces­saires avant d’uti­li­ser le micro­do­sage chez les humains, et recom­mande de ne pas faire de « DIY DMT » à la maison. « La dose, la fréquence et la durée d’ad­mi­nis­tra­tion sont suscep­tibles de contri­buer à l’ap­pa­ri­tion d’un effet théra­peu­tique, ou néfaste », analyse-t-il.

Sources : Mother­board

Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
download udemy paid course for free

PLUS DE SCIENCE