L’Irak compte inter­dire Fort­nite et Apex Legends parce qu’ils « menacent la paix sociale » du pays

par   Laura Boudoux   | 15 avril 2019
Crédits : EA

L’Irak envi­sage d’inter­dire certains jeux vidéo, par crainte qu’ils n’aient une inci­dence sur la violence dans le pays. Les légis­la­teurs mènent actuel­le­ment une réflexion, pour savoir si Fort­nite, Apex Legends ou encore PlayerUnk­nown’s Battle­grounds (PUBG) devraient être inter­dits, un député esti­mant qu’ils « menacent la paix sociale et morale » du pays, rapporte The Inde­pendent.

« La Commis­sion de la culture, de l’in­for­ma­tion, du tourisme et de l’ar­chéo­lo­gie s’inquiète de la propa­ga­tion du phéno­mène des jeux vidéo, qui est à l’ori­gine de la violence parmi les enfants, les jeunes garçons et les filles », décla­rait ainsi le député Sami’a Ghulab le 13 avril 2019. D’après lui, ces jeux à carac­tère violent affectent « le niveau social, psycho­lo­gique et éduca­tif de chacun ». On ne sait pas sur quoi il base ses accu­sa­tions.

En Irak, un jeune homme a acci­den­tel­le­ment tué l’un de ses amis avec un fusil de chasse, en novembre 2018, alors qu’ils s’amu­saient à jouer à PUBG en vrai. Une étude publiée en février 2019 montrait pour­tant que les violences ne pouvaient pas être liées à la démo­cra­ti­sa­tion de ces jeux auprès des adoles­cents, à fortiori dans un pays qui a connu tant de conflits au cours des dernières décen­nies.

« L’idée selon laquelle les jeux vidéo violents sont à l’ori­gine des agres­sions dans le monde réel est certes popu­laire, mais elle n’a jamais été prou­vée », déclare l’au­teur prin­ci­pal de l’étude, le profes­seur en psycho­lo­gie expé­ri­men­tale Andrew Przy­bylski. « Malgré l’in­té­rêt des parents et des poli­tiques pour le sujet, la recherche n’a pas démon­tré qu’il y avait lieu de s’inquié­ter », estime-t-il.

Sources : The Inde­pendent

Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
free download udemy paid course

Plus de monde