HoloLens 2 fait la joie des start-ups et des mili­taires, pas des employés de Micro­soft

par   Servan Le Janne   | 27 février 2019

Le nouveau casque de réalité augmen­tée HoloLens2 est partout sur le stand de Micro­soft. Derrière les caisses en verres instal­lées par la multi­na­tio­nale au Mobile World Congress de Barce­lone, on peut seule­ment voir ses formes, simi­laires à celles du premier modèle. Et de longues files de curieux encombrent l’en­trée des quatre salles d’es­sai, au bout desquelles une barrière d’hô­tesses mortes d’en­nui monte la garde. Dans la pièce Micro­soft Dyna­mics 365 – la marque déve­lop­pant des « appli­ca­tions pour des entre­prises intel­li­gentes » – l’ap­pa­reil est testé en inter­ac­tion avec deux machines, M20 et S30.

Une fois vissé sur le crâne, l’ex­pé­rience démarre. Sur la visière trans­lu­cide, un bouton appa­raît, où l’on clique en avançant le doigt dans un vide main­te­nant rempli d’ani­ma­tions. L’uti­li­sa­teur peut ensuite guider un oiseau par des mouve­ments de mains, pour se fami­lia­ri­ser avec la réalité augmen­tée. Il est alors temps de passer aux choses sérieuses. L’ins­truc­teur propose d’ap­pe­ler un assis­tant, dont le numéro figure sur un annuaire. Le visage de cet homme chargé d’ai­der à répa­rer les machines M20 et S30 s’af­fiche comme sur Skype. On peut désor­mais le mettre de côté par un mouve­ment de main pour suivre ses instruc­tions vocales, agré­men­tées par des croquis dessi­nés comme sur le réel.

Crédits : Servan Le Janne

Cette nouvelle version du casque HoloLens à 3 500 dollars met la réalité augmen­tée au service des entre­prises. Des parte­na­riats existent déjà avec Saad, Airbus ou Honey­well. Elle se veut plus confor­table et d’une meilleure réso­lu­tion graphique, selon le PDG du groupe, Satya Nadella. La tech­no­lo­gie sera aussi mise à dispo­si­tion de l’ar­mée améri­caine, Micro­soft ayant signé avec elle un contrat de 479 millions de dollars portant sur un système de « vision augmen­tée inté­grée » en novembre 2018. Cela ne réjouit tout le monde : certains employés de la multi­na­tio­nale refu­sant « de créer une tech­no­lo­gie pour la guerre et l’op­pres­sion ».

Crédits : Servan Le Janne

Inter­rogé à propos de cette contes­ta­tion lors de son passage à Barce­lone, Satya Nadella a assuré qu’il ne comp­tait pas recon­si­dé­rer l’ac­cord. « Nous avons décidé que nous n’al­lions pas refu­ser la tech­no­lo­gie aux insti­tu­tions que nous avons choi­sies dans les démo­cra­ties afin de proté­ger les liber­tés dont nous jouis­sons », a-t-il déclaré. Ce choix serait même d’après lui une façon pour Micro­soft d’ « agir de façon respon­sable dans une démo­cra­tie ». Micro­soft assume donc, sans pous­ser le vice jusqu’à propo­ser un test d’Ho­loLens mili­taire sur son stand.

Sources : MWC19/Mashable

Free Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes
udemy course download free

Plus de turfu