fbpx

Mort après un contrôle poli­cier, Cédric Chou­viat a crié 7 fois « J’étouffe ! »

par   Servan Le Janne   | 23 juin 2020

Avant de mourir d’une asphyxie dans la foulée d’un contrôle de police, le 3 janvier 2020, Cédric Chou­viat a dit sept fois : « J’étouffe ! » C’est ce qui appa­raît dans les enre­gis­tre­ments du télé­phone de ce livreur obte­nus par Media­part et Le Monde lundi 22 juin 2020.

Vendredi 3 janvier, l’homme de 42 ans a été inter­pellé alors qu’il roulait en scoo­ter sur le quai Branly, à Paris. Jusqu’ici, on igno­rait ce qui s’était dit avant le placage ventral auquel il n’a pas survécu. Mais Cédric Chou­viat avait lancé la caméra vidéo de son télé­phone.

Sur les enre­gis­tre­ments, on peut entendre le ton monter peu à peu. L’in­sulte « fils de pute » qu’un poli­cier croit avoir entendu à 9,40 minutes n’ap­pa­raît jamais. Cédric Chou­viat l’a traité de « pauvre type » huit fois avant de subir une clé d’étran­gle­ment et un placage ventral.

Un ultime « guignol » prononcé par le père de cinq enfants a préci­pité son arres­ta­tion. Cédric Chou­viat a imploré cette fois les agents d’ar­rê­ter puis a répété « j’étouffe » à sept reprises. Victime d’une frac­ture du larynx, il a été trans­porté à l’hô­pi­tal dans le coma. Il est mort deux jours plus tard.

En France comme aux États-Unis, les victimes de violences poli­cières ont ces derniers mots tragiques en commun.

Source : Le Monde / Media­part

Plus de monde