fbpx

Aux USA, un autre homme noir arrêté par la police est mort en criant « je ne peux pas respi­rer »

par   Denis Hadzovic   | 4 juin 2020

Le 3 mars dernier, dans la ville de Tacoma aux États-Unis, un homme noir est mort après avoir été menotté et plaqué au sol par la police alors qu’il criait : « Je ne peux pas respi­rer », rappor­tait The News Tribune mercredi 3 juin.

Il y a trois mois, un homme de 33 ans nommé Manuel Ellis est mort une heure après avoir été arrêté par la police, dans l’État de Washing­ton. Les exper­tises médi­cales, publiées ce mardi 2 juin, ont conclu que Manuel était mort d’hy­poxie, c’est-à-dire d’un manque d’ap­port d’oxy­gène au niveau des tissus de l’or­ga­nisme. Une certaine quan­tité de métham­phé­ta­mine a égale­ment été déce­lée dans son sang.

Ce tragique décès fait bien sûr écho à celui de George Floyd, mort étouffé par le genou d’un poli­cier. Les deux hommes ont été menot­tés, plaqués au sol et sont décé­dés d’une insuf­fi­sance d’oxy­gène causée par la pres­sion physique exer­cée par les agents sur leurs voies respi­ra­toires. Depuis l’an­nonce de la raison de sa mort, les habi­tants de la ville de Tacoma mani­festent paci­fique­ment contre les violences poli­cières.

Les poli­ciers affirment que Manuel a engagé un affron­te­ment physique avec eux lors de son inter­pel­la­tion, alors qu’il était d’après les forces de l’ordre en train de harce­ler une femme dans sa voiture. Après un échange de coups, Manuel se serait évanoui au sol après avoir été menotté par les poli­ciers. Il a été déclaré mort après 40 minutes de tenta­tives de réani­ma­tion.

Ce musi­cien et père de deux enfants a été enre­gis­tré par la radio de la police pendant l’in­ter­ven­tion. On pouvait l’en­tendre crier : « Je ne peux pas respi­rer » avant qu’il ne perde connais­sance. « C’est un autre homme noir victime de la police », déclare Monet Carter-Mixon, sa sœur. « Je savais depuis tout ce temps que les poli­ciers avaient tué mon frère. Il n’est pas possible que leur version de l’his­toire ait entraîné la mort de mon frère. »

Source : The News Tribune

Plus de monde