fbpx

Selon ces scien­ti­fiques, l’uni­vers serait fait de petites bulles qui contiennent des mini-univers

par   Adrien Gingold   | 26 octobre 2019
Crédits : Lanju Foto­gra­fie

C’est une des ques­tions qui préoc­cupe le plus les scien­ti­fiques : de quoi l’uni­vers est-il fait ? Eh bien selon certains d’entre eux, comme le profes­seur Steven Carlip de l’uni­ver­sité de Cali­for­nie à Davis, l’uni­vers serait fait de toutes petites bulles conte­nant chacune des micro-univers, expliquait Vice jeudi 24 octobre.

Pour tenter de résoudre le mystère de ce qui remplit l’uni­vers, les scien­ti­fiques ont exploré la possi­bi­lité qu’il soit réel­le­ment rempli de bulles, une sorte de mousse d’es­pace-temps. La propo­si­tion de mousse quan­tique étend l’in­cer­ti­tude de la posi­tion et de l’im­pul­sion des parti­cules de la théo­rie quan­tique jusqu’au tissu même de l’uni­vers, de sorte que sa géomé­trie n’est pas stable, cohé­rente ou fixée à une échelle infime.

Pour illus­trer sa théo­rie, le physi­cien John Whee­ler avait recours à l’image d’un avion qui descend vers la mer. À mesure que vous descen­dez, les surfaces peuvent appa­raître lisses, rugueuses ou mous­seuses. Tout comme l’es­pace-temps.

Puis, en septembre dernier, le Pr Steven Carlip a publié une nouvelle étude s’ap­puyant sur la théo­rie de la mousse quan­tique de Whee­ler : « Il y a telle­ment de propo­si­tions diffé­rentes pour résoudre le problème de la constante cosmo­lo­gique. Aucune de mes recherches n’est large­ment accepté, c’est bon signe pour elles », a-t-il déclaré dans une inter­view. « Je pensais que cela valait la peine de cher­cher une approche moins ad hoc, qui pour­rait prove­nir de choses que nous savions ou que nous suspec­tions. »

L’idée est que dans la mousse quan­tique, chaque point de l’es­pace-temps possède l’énorme quan­tité d’éner­gie du vide prévue par la théo­rie quan­tique, mais se comporte diffé­rem­ment des autres points. Quelle que soit la manière dont un point se comporte, l’in­verse est tout aussi suscep­tible de se produire à un autre point de l’es­pace-temps. C’est la carac­té­ris­tique de la mousse spatio-tempo­relle qui « annule » l’éner­gie supplé­men­taire et les expan­sions à une échelle infime, produi­sant seule­ment la faible éner­gie que nous obser­vons à l’échelle de l’uni­vers entier.

Selon le profes­seur Carlip, nous avons affaire à « une struc­ture micro­sco­pique complexe », une sorte d’uni­vers en expan­sion formé par d’autres minus­cules univers en expan­sion et en contrac­tion à chaque point de l’es­pace-temps. Carlip pense qu’il est possible qu’a­vec le temps, les zones en expan­sion se repro­duisent et soient elles-mêmes remplies d’uni­vers minus­cules en chaque point. En somme, une infi­nité d’uni­vers dont le nôtre ne serait peut-être, lui aussi, qu’une bulle de savon.

Source : Vice

Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
udemy paid course free download

Plus de mystère