fbpx

Un prof s’achète un faux diagnos­tic de tuber­cu­lose pour pouvoir prolon­ger ses vacances

par   Malaurie Chokoualé Datou   | 6 novembre 2019
Crédits : AsiaWire

Un certain M. Du a été forcé de présenté des excuses publiques pour une affaire absurde qui a pris des propor­tions inat­ten­dues. Le Daily Mirror rappor­tait le 4 novembre que ce profes­seur d’an­glais d’une école privée de la Région auto­nome de Mongo­lie-Inté­rieure en Chine a acheté un faux diagnos­tic de tuber­cu­lose sur Inter­net. L’homme voulait prolon­ger ses vacances à l’oc­ca­sion de la fête natio­nale chinoise.

Pour faire croire à ses employeurs·euses qu’il souf­frait de cette mala­die pulmo­naire grave et conta­gieuse, l’en­sei­gnant a payé 470 yuans (envi­ron 60 euros) pour un faux scan­ner du thorax et le diagnos­tic d’un·e méde­cin. Il n’au­rait jamais pu imagi­ner les consé­quences de ces deux docu­ments. Étant donné la conta­gio­sité de la tuber­cu­lose, la direc­tion a été forcée de payer des examens médi­caux à tou·­te·s ses élèves pour s’as­su­rer que personne n’avait contracté la mala­die. Les tests de deux étudiant·e·s se sont d’ailleurs révé­lés posi­tifs.

Affolé, M. Du a acheté un autre faux test en ligne, néga­tif cette fois, pour montrer qu’il était guéri. Mais certains parents ne l’ont pas cru et l’ont obligé à se soumettre à un dépis­tage à l’hô­pi­tal, révé­lant la super­che­rie. En effet, la tuber­cu­lose laisse des traces indé­lé­biles au niveau des poumons. Lors de ses excuses publiques, le profes­seur a reconnu n’avoir pas réalisé la gravité de cette mala­die. On ne sait pas aujourd’­hui s’il a conservé son emploi.

Source : The Daily Mirror

Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
udemy paid course free download

Plus de monde