Un tribu­nal juge que l’her­bi­cide de Monsanto a forte­ment contri­bué au cancer de cet homme

par   Laura Boudoux   | 20 mars 2019

Le verdict rendu mardi 19 mars dans l’af­faire qui oppose Edwin Harde­man à Monsanto pour­rait réveiller les consciences et les envies de justice. Dans un tribu­nal de San Fran­cisco, l’her­bi­cide phare de l’en­tre­prise, le Roun­dup, a été reconnu comme un facteur substan­tiel du cancer de ce plai­gnant, rapporte le Guar­dian. Aux États-Unis, plus de 9 000 personnes accusent l’en­tre­prise spécia­li­sée dans les biotech­no­lo­gies agri­coles de commer­cia­li­ser des produits cancé­ri­gènes qui les auraient rendus grave­ment malades.

L’homme de 70 ans, origi­naire de Santa Rosa, a raconté qu’il avait pulvé­risé l’her­bi­cide pendant près de 30 ans, et qu’il avait été en contact direct avec le produit avant que son cancer soit diagnos­tiqué. Il a commencé à utili­ser le produit chimique sur ses proprié­tés dès 1986, et a fina­le­ment déve­loppé un lymphome non hodg­ki­nien.

La prochaine phase du procès permet­tra au jury d’éva­luer la respon­sa­bi­lité du groupe et les dommages et inté­rêts qu’il devra payer à la victime. Après avoir reconnu la respon­sa­bi­lité du Roun­dup dans le déve­lop­pe­ment du cancer d’Ed­win Harde­man, le jury devra ainsi déter­mi­ner préci­sé­ment celle du groupe, en tentant cette fois de savoir si Monsanto connais­sait les risques encou­rus, et s’il les a dissi­mu­lés. En août 2018, l’en­tre­prise a déjà été condamné à verser 255 millions d’eu­ros à Dewayne John­son, un jardi­nier atteint d’un cancer en phase termi­nale.

Sources : The Guar­dian

Download Premium WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
free download udemy course

Plus de monde