fbpx

Une femme dans le coma accouche de jumeaux en Angle­terre

par   Sarah Ben Bouzid   | 19 novembre 2020

Une rhuma­to­logue anglaise du nom de Perpe­tual Uke a donné nais­sance à des jumeaux alors qu’elle se trou­vait dans un coma arti­fi­ciel, suite à des compli­ca­tions liées au Covid-19. Les méde­cins ont décidé de la faire accou­cher par césa­rienne au cas où elle ne se remet­trait pas du virus. L’ac­cou­che­ment a été quali­fié de « miracle », selon le Guar­dian le 19 novembre. Et depuis, la jeune maman a repris conscience.

Perpe­tual Uke a été conduite à l’hô­pi­tal Queen Eliza­beth de Birmin­gham lorsqu’elle a contracté le Covid-19 en avril dernier. Lorsque son état s’est dété­rioré, les méde­cins ont choisi de la placer sous respi­ra­teur dans un coma arti­fi­ciel. Alors qu’elle devait n’ac­cou­cher qu’en juillet, l’hô­pi­tal a décidé de lui faire une césa­rienne, mettant au monde deux petits bébés de 26 semaines seule­ment.

Quand Perpe­tual s’est réveillée du coma et qu’elle a vu que son ventre n’était plus arrondi, elle a redouté le pire. « Je ne voyais plus mon ventre de femme enceinte, j’ai tout de suite pensé que mes bébés étaient morts », a-t-elle confié à Metro. « Ce qui s’est passé est un miracle. Je me souviens être tombée malade et l’am­bu­lance est venue me cher­cher. Puis j’ai été plon­gée dans un coma arti­fi­ciel. »

« Sortir du coma a été le pire moment. Je faisais des cauche­mars. Je déli­rais, je ne voyais plus mon ventre et je pensais que mes bébés avaient disparu et que toute ma famille était morte », raconte-t-elle, encore secouée par sa terrible expé­rience. « Même après mon réveil, deux semaines ont été néces­saires avant que je puisse voir mes bébés. »

Ses jumeaux, une fille bapti­sée Sochika Palmer et un garçon nommé Osina­chi Pascal, ne pesaient que 765 g et 850 g à la nais­sance. Ils ont été admis dans une unité de soins inten­sifs de l’hô­pi­tal de Birmin­gham pendant que Perpe­tual se réta­blis­sait. Seize jours plus tard, la maman est sortie du coma et a commencé à guérir. Elle a depuis retrouvé ses bébés, son mari et ses deux autres enfants, Nnamdi Ronald, 12 ans, et Chisimdi Claire, 11 ans.

« Rentrer à la maison a été ma véri­table guéri­son », dit-elle. « La famille est main­te­nant réunie, et nous sommes tous très, très heureux. »

Source : The Guar­dian

Plus de monde