fbpx

Témoins comme tout le monde des rues surchargées des grandes villes, de nombreux acteurs des transports cherchent des solutions électriques et autonomes pour fluidifier le trafic.

par Servan Le Janne | 25 mai 2018

Une ombre glisse sur les carros­­se­­ries des voitures arrê­­tées au milieu d’une avenue de Los Angeles. Par-dessus le dense trafic auto­­mo­­bile de la ville cali­­for­­nienne plane un appa­­reil blanc, sorte de trima­­ran doté d’hé­­lices. Cet avion porte ses rotors sur deux longues coques, pareilles à des bras montrant la voie. À l’ap­­proche d’un trident de tours en verre situées en surplomb de la route, il ralen­­tit puis se pose sur l’un des héli­­ports qui fendent la struc­­ture en son cœur. La scène est trop belle pour être vraie et trop laide pour avoir déjà eu lieu : elle a été conçue en images de synthèse. Mais son hori­­zon approche.

Crédits : Uber/NASA

Uber assure que ses taxis volants seront en service dès 2020 à Los Angeles, Dallas et Dubaï. Début mai 2018, lors de la confé­­rence Elevate orga­­ni­­sée dans la cité des anges, l’en­­tre­­prise fondée il y a moins de dix ans a présenté les formes de son proto­­type. « Il utilise ses rotors pour s’éle­­ver verti­­ca­­le­­ment de manière à décol­­ler un peu comme un héli­­co­­ptère », décrit l’an­­cien chef de produit du groupe, Jeff Holden. « Une fois à la bonne alti­­tude, cette hélice sur l’ai­­le­­ron se met en marche ce qui fait avan­­cer l’ap­­pa­­reil. Il se sert de ses ailes pour planer », tout le reste devant fonc­­tion­­ner grâce à de l’éner­­gie élec­­trique prove­­nant de sources propres.

Pour l’heure, les batte­­ries adéquates « n’existent pas », a admis l’in­­gé­­nieure de la société Celina Miko­­lajc­­zak, lors d’une confé­­rence en mars 2018. Tout n’est pas encore au point. Bien qu’U­­ber promette l’au­­to­­no­­mie, ses taxis volants seront équi­­pés de chauf­­feurs au moins jusqu’en 2030. Ensuite, l’in­­tel­­li­­gence arti­­fi­­cielle devrait prendre le relais. « Dans le futur, le trafic aérien sera auto­­ma­­tisé de manière à ce qu’on puisse se passer de pilote », promet Mathias Thom­­sen, respon­­sable de l’unité « mobi­­lité urbaine dans les airs » d’Air­­bus lors du salon VivaTech qui se tient à Paris du 24 au 26 mai 2018. Au sol, un grand acteur du rail comme la SNCF travaille à la loco­­mo­­tive du futur en ayant par exemple pris une parti­­ci­­pa­­tion dans le groupe de trains super­­­so­­niques Hyper­­loop One.

Le pari

« L’am­­bi­­tion est ce qui a créé cette entre­­prise depuis le départ », assure le PDG d’Uber, Dara Khos­­row­­shahi. « Nous faisons de gros paris. » L’homme de 48 ans a succédé à Travis Kala­­nick en août 2017, lorsque ce dernier a été poussé vers la sortie par les action­­naires. Sept mois après sa nomi­­na­­tion, Khos­­row­­shahi a dû faire face à un scan­­dale d’un autre genre. En mars 2018, une voiture auto­­nome d’Uber a mortel­­le­­ment renversé une passante. « Nous ne fermons pas notre unité de véhi­­cules auto­­nomes », assure-t-il en serrant les dents.

L’Irano-Améri­­cain persiste d’au­­tant plus qu’il est loin d’être le seul à penser que les dépla­­ce­­ments du futur se feront sans conduc­­teurs. Après tout, si certaines lignes de métro fonc­­tionnent déjà comme ça, pourquoi d’autres modes de trans­­ports ne pour­­raient-ils pas en faire de même ? « Notre premier chan­­tier, c’est le train auto­­nome », assure ainsi le PDG de la SNCF, Guillaume Pépy. Son groupe prépare égale­­ment un assis­­tant person­­nel de mobi­­lité qui pren­­dra en compte nos dépla­­ce­­ments, et les combi­­nera avec toutes les offres dispo­­nibles sur le marché, quel que soit le mode de trans­­port.

L’éco­­sys­­tème tech­­no­­lo­­gique TECH4RAIL
Crédits : SNCF Inno­­va­­tion & Recherche

L’idée est « d’agré­­ger toutes les mobi­­li­­tés sur un portail de distri­­bu­­tion unique où il sera possible de réser­­ver en un clic tous les billets d’un même trajet », détaille le groupe. Déjà proprié­­taire du service de covoi­­tu­­rage iDVRoom, du service de loca­­tion de voiture entre parti­­cu­­liers OUIcar, et du réseaux de cars OUIbus, le masto­­donte français ne cache donc pas son inté­­rêt pour d’autres secteurs comme ceux des vélos en libre service ou des véhi­­cules aériens sans conduc­­teurs. Il possède une ving­­taine de drones pour surveiller ses lignes et a mis en place un comité de coor­­di­­na­­tion « Rail et Espace » avec le Centre natio­­nal d’études spatiales (Cnes). Cette alliance a donné le jour au projet TC-Rail en octobre 2017 dans le but de « démon­­trer la possi­­bi­­lité de conduire un train à distance et en toute sécu­­rité en mettant notam­­ment à profit les télé­­com­­mu­­ni­­ca­­tions par satel­­lites et terrestres » selon Jean-Yves Le Gall, président du Cnes

Si les airs ne sont pas encore embou­­teillés comme les rues de Los Angeles, de nombreux acteurs sont prêts à se lancer. À Mexico et São Paulo, elles-aussi d’ha­­bi­­tude très conges­­tion­­nées, Airbus propose depuis 2016 un service d’hé­­li­­co­­ptères à la demande baptisé Voom. « Vous pouvez aller du centre à l’aé­­ro­­port pour le prix d’une voiture privée », assure le géant de l’aé­­ro­­nau­­tique français, bien qu’un taxi reste envi­­ron deux fois moins cher. Mais le service devrait bien­­tôt être augmenté à la faveur d’un parte­­na­­riat avec Audi, qui se char­­gera de la partie au sol d’un trajet.

Airbus n’est d’ailleurs pas le seul acteur du domaine à parier gran­­dir en coopé­­rant : Uber a signé un accord avec la NASA en novembre 2017 afin d’étu­­dier l’es­­pace aérien dont pour­­raient béné­­fi­­cier ses taxis volants. En mai 2018, la société cali­­for­­nienne a aussi annoncé que l’ar­­mée améri­­caine serait du voyage. Ensemble, ils vont inves­­tir un million de dollars pour déve­­lop­­per un proto­­type de système à rotor produi­­sant un bruit réduit. Boeing et Google possèdent eux aussi des programmes pour mettre au point des taxis volants.

Sur les rails

Henri Poupart-Lafarge se promène au milieu des voitures volantes. Ce 27 avril 2017, le patron d’Al­s­tom est venu présen­­ter ses idées pour la mobi­­lité de demain à la Cité du Cinéma, où sont expo­­sées les taxis qui planent d’un immeuble à l’autre dans Le Cinquième élément, le film de Luc Besson sorti en 1997. Le construc­­teur français expé­­ri­­mente des navettes sans chauf­­feur sur le pont Charles-de-Gaulle entre les gares de Lyon et d’Aus­­ter­­litz et à La Défense. Avec la RATP, il fait aussi fonc­­tion­­ner un garage auto­­nome de tram­­ways.

Son PDG, Henri Poupart-Lafarge ne cache pas sa volonté de « deve­­nir le leader de l’au­­to­­no­­mie dans les années 2020 ». Il ne craint pas la concur­­rence de l’hy­­per­­loop, le train super­­­so­­nique imaginé par Elon Musk, dans lequel la SNCF possède des parts à travers Hyper­­loop One. La compa­­gnie de chemin de fer a aussi mis en place un « plateau » pour parta­­ger de l’in­­for­­ma­­tion avec Alstom. « C’est un autre type de mobi­­lité. Nous pour­­rons l’in­­té­­grer dans nos solu­­tions si c’est un succès. » Alstom profi­­te­­rait ainsi de ce tube que le milliar­­daire veut lancer à 600 km/h. Musk est ambi­­tieux.

Le 17 mai 2018, au Leo Black Temple de Los Angeles, il confiait son désir de « complé­­ter le système » métro­­po­­li­­tain actuel, en s’as­­so­­ciant notam­­ment à la régie des trans­­ports en commun de Los Angeles. Pour cela, sa Boring Company envi­­sage de creu­­ser des tunnels traver­­sés par des pods à la vitesse de 200 km/h. Chacun de ses 16 passa­­gers n’au­­rait qu’un euro à débour­­ser par trajet. Encore une fois, Musk va à contre-courant : beau­­coup d’ac­­teurs des trans­­ports essayent au contraire de prendre de la hauteur en ville.

Les futurs tunnels d’Elon Musk
Crédits : The Boring Company

Depuis le passage souter­­rain qui court sous les voies de la gare de Nantes, entre le Jardin des Plantes et le quar­­tier du Pré-Gauchet, le futur est une idée un peu abstraite. Sa première pierre a pour­­tant déjà été posée en décembre 2017 sous la forme d’une branche de cinq mètres soute­­nue par un pilier qui en fait dix. En 2030, 25 millions de passa­­gers devraient délais­­ser les boyaux de la struc­­ture pour enjam­­ber les quais par une passe­­relle. Cette « mezza­­nine ouverte » sera nichée au faîte de 18 troncs et couverte par un toit en forme de bran­­chages. Elle ressem­­blera proba­­ble­­ment au « termi­­nal de départ » censé passer par-dessus les rails de la gare du Nord, à Paris.

L’ou­­ver­­ture n’est pas qu’un concept physique pour la SNCF. « La gare doit être un lieu de bras­­sage social, utilisé par les usagers du train comme par les habi­­tants de la ville », fait valoir Patrick Ropert, direc­­teur géné­­ral de sa divi­­sion Gares & Connexions. Depuis le début des travaux dans le nord de la capi­­tale « une table étoi­­lée, mais aussi une crèche, un labo­­ra­­toire d’ana­­lyses, des boutiques de déco à petits prix et un Star­­bucks » ont été ouverts. À Nantes, où huit commerces ont déjà été créés, le robot Baryl a été testé comme ramas­­seur de détri­­tus en février 2017. Et il a main­­te­­nant des héri­­tiers.

En parte­­na­­riat avec l’in­­cu­­ba­­teur thecamp, la gare d’Aix-en-Provence expé­­ri­­mente pour sa part une kyrielle d’in­­no­­va­­tions. On peut y rencon­­trer un robot chargé d’ana­­ly­­ser et de puri­­fier l’air et un assis­­tant censé donner des infor­­ma­­tions sur le train de n’im­­porte quel voya­­ger. Moins visibles, 400 capteurs sondent l’état des équi­­pe­­ments afin de préve­­nir toute panne. Les défaillances peuvent même être anti­­ci­­pées à l’aide de brace­­lets mesu­­rant le stress des usagers. De petites entre­­prises comme Hease Robo­­tics sont mises à contri­­bu­­tion. « Au lieu de se deman­­der comment les start-ups peuvent travailler pour nous, on s’est demandé comment les faire travailler », explique Rachel Picard. La direc­­trice géné­­rale de Voyages SNCF était au salon VivaTech ce jeudi 24 mai pour vanter ce fonc­­tion­­ne­­ment. On y trou­­vait aussi un proto­­type de voiture volante déve­­loppé par Airbus.

Festi­­val de robots à Aix TGV pour le lance­­ment de @the­­campP­­ro­­vence avec #BARYL et @Diya_One pic.twit­­ter.com/c6K7K9zlUy

— Mathieu Belouar (@mth­­blr) Septem­­ber 28, 2017

Écosys­­tème

En 2010, Larry Page fonde une start-up de voitures volantes discrè­­te­­ment instal­­lée près des bureaux de Google, Zee.Aero. Il place un ancien cher­­cheur de Stan­­ford à sa tête, Ilan Koo, en lui adjoi­­gnant un ex-collègue, Eric Alli­­son. 100 millions de dollars sont injec­­tés. Uber n’existe alors que depuis un an et se contente de propo­­ser une plate-forme pour mettre en rela­­tion des chauf­­feurs privés avec des clients. Deux Alle­­mands qui expliquent avoir l’idée d’agran­­dir les drones pour trans­­por­­ter des personnes fondent Volo­­cop­­ter un an plus tard. Et en juillet 2013, Zee.Aero dépose un brevet présen­­tant Ilan Koo comme le géni­­teur d’un « appa­­reil rend sûr, calme, facile à manœu­­vrer, effi­­cace et compact par la combi­­nai­­son de rotors multiples, d’une paire d’ailes et d’hé­­lices ». Les projets naissent dans tous les sens.

En 2015, Ilan Koo quitte la direc­­tion de Zee.Aero pour en rester le conseiller tech­­nique. Le poste de diri­­geant est donc confié à son ancien collègue, Eric Alli­­son. Dans le même temps, le cofon­­da­­teur de Google Larry Page inves­­tit dans une start-up du secteur de taille plus modeste, Kitty Hawk. Cette dernière présente un proto­­type qui « ressemble à une version géante d’un drone quad­­cop­­ter », selon Bloom­­berg. Début 2016, elle présente Cora, un modèle de voiture volante desti­­née au marché néo-zélan­­dais. Et à l’au­­tomne, Uber affiche son inten­­tion de suivre sa trace.

« L’avia­­tion à la demande a le poten­­tiel de radi­­ca­­le­­ment amélio­­rer les dépla­­ce­­ments urbains en rendant aux gens le temps perdu dans leurs trajets quoti­­diens », écrit l’ex-chef de produit, Jeff Holden en intro­­duc­­tion d’un docu­­ment de 100 pages présen­­tant ses ambi­­tions. « Nous consi­­dé­­rons que la réso­­lu­­tion de ce problème fait partie de notre mission et de notre enga­­ge­­ment auprès de nos utili­­sa­­teurs. De la même manière que les gratte-ciels ont permis aux villes de ratio­­na­­li­­ser l’oc­­cu­­pa­­tion de l’es­­pace, le dépla­­ce­­ment urbain dans les airs va utili­­ser un espace en trois dimen­­sions pour allé­­ger le trafic au sol. »

Premier vol d’es­­sai de Vahana
Crédits : Airbus

Une semaine plus tôt, Airbus levait le voile sur Vahana, un proto­­type de voiture volante issue d’A3, une filiale du groupe basée dans la Sili­­con Valley. Ce modèle réus­­sit fina­­le­­ment son premier vol le 31 janvier 2018, se main­­te­­nant en l’air 53 secondes en pilo­­tage auto­­ma­­tique au moyen d’un moteur élec­­trique. « Notre but est de démo­­cra­­ti­­ser le vol person­­nel en employant les dernières tech­­no­­lo­­gies comme la propul­­sion élec­­trique, le stockage d’éner­­gie et la vision de la machine », explique le chargé de projet Zach Love­­ring. Moins de deux mois plus tard, Eric Alli­­son est débau­­ché de Zee.Aero par Uber.

Comme les diri­­geants de la SNCF, l’an­­cien cher­­cheur de Stan­­ford sait que des parte­­na­­riats vont se nouer entre les four­­nis­­seurs d’in­­fra­s­truc­­tures et les opéra­­teurs. Il juge cepen­­dant qu’il « sera très très dur pour un acteur de domi­­ner le secteur car c’est tout un écosys­­tème. Or, s’ac­­cor­­der sur la forme qu’il doit prendre est très compliqué. » Dans cette lutte pour le marché du trans­­port urbain, le service person­­na­­lisé au client aura son impor­­tance, veut croire la SNCF. C’est pourquoi la société de chemins de fer française étend l’ac­­cès au wifi à bord de ses trains et souhaite propo­­ser des conte­­nus vidéos et photos à ses passa­­gers.

Non seule­­ment le trans­­port urbain va prendre de la hauteur, mais il devrait donc être mieux arti­­culé et offrir des trajets plus person­­na­­li­­sés. Du moins si les mariages en train d’être célé­­brés sont heureux. Uber doit encore prou­­ver à la NASA qu’il pourra garan­­tir la sécu­­rité des passa­­gers afin d’ac­­cé­­der à certains couloirs aériens et convaincre d’autres villes. Il n’a par ailleurs toujours pas démon­­tré sa capa­­cité à utili­­ser des moteurs élec­­triques pour faire voler ses taxis, Airbus étant visi­­ble­­ment mieux engagé sur cette voie grâce à un parte­­na­­riat avec Siemens et Rolls-Royce. Mais cela ne dit pas qui sera la Rolls des voitures volantes ou des trains sans chauf­­feurs.


Couver­­ture : Le futur Cora­­dia Liner. (Alstom/SNCF)


Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes
free down­load udemy paid course
Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
free download udemy paid course

Plus de Vivatech - Oui Sncf

Comment apprend-on aux machines à penser ?

256k 26 mai 2018 stories . vivatech-ouisncf

VivaTech : les voitures volantes arrivent en 2018

273k 24 mai 2018 stories . vivatech-ouisncf