fbpx

En Chine, un laboratoire ne se contente pas de cloner les animaux domestiques. Il veut aussi dupliquer leurs souvenirs.

par Servan Le Janne | 23 octobre 2019

Réplique

Dans une cage du labo­ra­toire Sino­gene, près de Pékin, un chaton roule sur le dos, gesti­cule, et pare les coups de langue de sa mère avec les pattes. Il a le pelage gris et blanc alors qu’elle est tigrée. Quand une scien­ti­fique l’at­trape, le petit animal se débat avec la même affec­tion dans son gant. Recon­naît-il celle qui le porte ? Garlic doit en tout cas sa nais­sance autant à la main de l’homme qu’à sa mère. Car Garlic est un clone.

Pour 250,000 yuans (31 690 euros), la société Sino­gene a cloné le chat d’un homme d’af­faires chinois de 23 ans. « Quand Garlic est mort, j’étais très triste », confie Huang Yu, un brun dont les joues légè­re­ment creuses sont surmon­tées de petites lunettes rondes. « Je ne pouvais pas m’y faire car c’était subit, bien qu’il y ait eu quelques signes avant-coureur. » Rien ne pouvait conso­ler le jeune homme, coupable de l’avoir amené trop tard chez le vété­ri­naire pour soigner son infec­tion urinaire.

Après l’avoir enterré dans un parc près de chez lui, il s’est souvenu d’un article de presse à propos de chiens clonés. Un coup de fil à Sino­gene plus tard, Huang Yu exhu­mait son chat pour le mettre dans le réfri­gé­ra­teur en atten­dant le clonage. Garlic est revenu à la vie le 21 juillet 2019, soit sept mois après sa mort. Ou plutôt, Sino­gene a pu donner nais­sance à une copie du chat, puisqu’il lui manque une tache grise et que ses yeux sont diffé­rents. Cela suffit au bonheur de son proprié­taire, pour qui les deux versions sont iden­tiques à 90 %.

Le nouveau Garlic et l’ori­gi­nal
Crédits : Sino­gene

Ce résul­tat a été obtenu grâce à la tech­nique dite du trans­fert nucléaire de cellules soma­tiques. Dans un ovule non-fécondé (un ovocyte), les scien­ti­fiques chinois ont injecté le noyau d’une cellule de Garlic. L’em­bryon ainsi obtenu a ensuite été placé dans l’uté­rus de la mère porteuse. Alors qu’un enfant possède en prin­cipe l’ADN de ses deux parents, le clone possède le même code géné­tique que le donneur adulte. C’est pourquoi il lui est aussi semblable que des jumeaux peuvent l’être.

Aussi le clone peut-il tout à fait avoir un carac­tère diffé­rent, et déve­lop­per des traits de person­na­lité propres en fonc­tion de ses expé­riences. Mais Sino­gene espère être bien­tôt capable de produire une copie conforme, c’est-à-dire de « cloner un animal qui partage les mêmes souve­nirs que l’ori­gi­nal », a avancé son direc­teur géné­ral, Mi Jidong lors d’une confé­rence de presse mardi 23 août. À cet effet, « l’en­tre­prise envi­sage d’uti­li­ser l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle ou les inter­faces cerveau-machine pour les sauve­gar­der ou même les trans­mettre à des animaux clonés. »

Inter­rogé sur ce qu’il enten­dait par-là, le respon­sable du projet à l’in­ter­na­tio­nal, Eric Li, répond dans un e-mail que « des progrès scien­ti­fiques ont été réali­sés dans la répli­ca­tion de la mémoire, mais ce n’est pas encore assez déve­loppé ». Il faudra selon lui encore attendre 3 à 5 ans pour voir des progrès signi­fi­ca­tifs en la matière. Les tech­niques d’ima­ge­ries céré­brales ont permis de distin­guer 5 types de mémoires (de travail, séman­tique, épiso­dique, procé­du­rale, percep­tive) corres­pon­dant à autant de réseaux neuro­naux. Pour sché­ma­ti­ser, l’hip­po­campe et le lobe fron­tale jouent un rôle crucial dans la mémoire épiso­dique ; la mémoire percep­tive s’étend dans les régions corti­cales ; les lobes tempo­raux et parié­taux entrent en action pour la mémoire séman­tique ; et le cerve­let, aidé par les zones sous-corti­cales dominent le fonc­tion­ne­ment de la mémoire procé­du­rale.

L’hip­po­campe est prin­ci­pa­le­ment mobi­lisé afin de resti­tuer un souve­nir. Mais il ne peut rien à lui seul : selon l’Ins­ti­tut natio­nal de la santé et de la recherche médi­cale (Inserm), « le souve­nir corres­pond à une varia­tion de l’ac­ti­vité élec­trique au niveau d’un circuit spéci­fique formé de plusieurs neurones inter­agis­sant par le biais des connexions synap­tiques .» Des protéines comme le gluta­mate ou le NMDA permettent de stimu­ler ces liens. Ensuite, plus un sujet active ce réseau en se rappe­lant un souve­nir, plus il tend à se conso­li­der. Cloner la mémoire implique donc de repro­duire ces réseaux avec un même varia­tion de l’ac­ti­vité élec­trique.

Au Massa­chu­setts Insti­tute of Tech­no­logy (MIT), une équipe de cher­cheurs travaille sur une carto­gra­phie du cerveau. « La struc­ture et les fonc­tions du système nerveux sont extrê­me­ment complexes », notent-ils. « Mais une carto­gra­phie de ces réseaux jouera un rôle majeur dans la révé­la­tion des mystère de la pensée. »

Crédits : Sino­gene

En s’échi­nant à copier le fonc­tion­ne­ment des réseaux de neurones depuis les années 1950, les scien­ti­fiques ont créé des intel­li­gences arti­fi­cielles plus perfor­mantes que l’être humain pour bien des tâches. Elles repro­duisent les signaux élec­triques du cerveau afin d’ac­com­plir des actions complexes. Cela dit, « nous n’avons pas encore une image complète de ses carac­té­ris­tiques qui font émer­ger les pensées, la person­na­lité ou les sensa­tions », précise Susan Schnei­der, direc­trice du groupe de recherche « IA, esprit et société » à l’uni­ver­sité du Connec­ti­cut.

Eric Li caresse toute­fois un espoir : notre compré­hen­sion de l’es­prit a de bonnes chances de progres­ser à la vitesse d’un message nerveux grâce aux inter­faces cerveau-machine. Il cite en exemple les projets d’Elon Musk en la matière. Son entre­prise, Neura­link, se vante de pouvoir stimu­ler et inter­pré­ter l’ac­ti­vité cogni­tive au moyen d’une batte­rie d’élec­trodes. « Un singe a été capable de contrô­ler l’or­di­na­teur avec son cerveau », assure le milliar­daire. À terme, Sino­gene entend donc décalquer le cerveau de Garlic dans les moindres détails. Reste à savoir si les souve­nirs peuvent vrai­ment faire le voyage.

L’ému­la­tion du cerveau

À côté de la cage de Garlic, où le chaton fait rouler une balle en four­rure, deux labo­ran­tins en blouse bleue testent la pater­nité de chevaux. Les cellules des animaux sont conser­vées dans des tubes d’azote liquide. Depuis sa créa­tion, en 2012, Sino­gene dit avoir cloné une quaran­taine d’ani­maux, pour la plupart des chiens. Une enquête menée en 2015 ayant prouvé qu’une demande exis­tait en Chine, le projet été lancé l’an­née suivante. Si des parti­cu­liers, comme la chan­teuse Barbra Strei­sand, ont déjà fait cloner leur animal de compa­gnie aux États-Unis, le marché chinois paraît présen­ter de belles pers­pec­tives. Cette année, il devrait atteindre 28,2 milliards de dollars, soit une hausse de 20 % par rapport à 2018.

Dans le même temps, la Chine est deve­nue le deuxième pays le plus « perfor­mant » en matière de recherche scien­ti­fique. Elle jouit aussi d’une absence de légis­la­tion sur le clonage d’ani­maux domes­tiques. Au reste, il n’y existe pas de loi préve­nant la cruauté contre les bêtes. En janvier, à Shan­ghai, cinq macaques ont été clonés à l’aide de l’ou­til géné­tique CrispR de façon à ce qu’ils présentent des troubles céré­braux. Quelques mois plus tôt, la première chèvre cache­mire clonée au monde a donné nais­sance à 16 petits, appa­rem­ment sans problème, dans le nord du pays.

Éprouvé pour la première fois sur des grenouilles léopards par les Améri­cains Briggs et King en 1952, le clonage fait sensa­tion en 1996, lorsque les Écos­sais Ian Wilmut et Keith Camp­bell donnent nais­sance à Dolly, le premier mammi­fère cloné par l’homme. Cela démon­trait « qu’il sera proba­ble­ment bien­tôt possible de réali­ser une copie géné­tique d’une personne », commen­tait alors le Washing­ton Post, « mais ce n’est pas exac­te­ment la même chose que de faire un autre vous ou moi. Car le patri­moine géné­tique humain n’est pas figé. […] Plus que toute autre espèce, nous sommes le résul­tat de la nature (nos gènes) et de la culture (l’en­vi­ron­ne­ment) – pas seule­ment la somme des deux mais le produit d’une inter­ac­tion constante. »

Dolly Crédits : Tony Barros

Depuis, les Chinois ont donné nais­sance au premier clone primate, ont créé des chiens plus forts en mani­pu­lant leur ADN, et un scien­ti­fique a annoncé avoir mis au monde les premiers enfants au code géné­tique modi­fié en labo­ra­toire. « Pour chaque espèce, la repro­duc­tion de la physio­lo­gie est diffé­rente, ce qui fait qu’il existe une diffi­culté diffé­rente en fonc­tion de l’es­pèce », explique Eric Li. Le respon­sable de Sino­gene ne parle même pas de la complexité de repro­duire la mémoire : « C’est actuel­le­ment impos­sible par le clonage », admet-il.

Dans une étude publiée par la Natio­nal Science Review en mars 2019, des cher­cheurs chinois expliquent avoir intro­duit le gène MCPH1, censé jouer un rôle impor­tant dans le déve­lop­pe­ment du cerveau humain, au sein d’em­bryons de macaques. Sur les 11 singes ainsi engen­drés, 5 ont survécu. Ils présen­taient de meilleures perfor­mances de mémoire courte que la moyenne. On connaît donc de mieux en mieux le rôle des gènes dans les fonc­tions cogni­tives.

Dans l’op­tique de les repro­duire, les cher­cheurs du Future of Huma­nity Insti­tute de l’uni­ver­sité d’Ox­ford ont forgé le concept d’ému­la­tion du cerveau entier (« whole brain emula­tion »). Selon eux, cela demande une tech­nique pour scan­ner le cerveau, la capa­cité d’in­ter­pré­ter ses données, et la possi­bi­lité de simu­ler un modèle assez semblable pour qu’il se comporte de la même manière. Sachant qu’un être humain possède près de 100 milliards de neurones, conju­gués à 8 000 synapses, la quan­tité d’in­for­ma­tions à lire serait démen­tielle. Or il faut s’as­su­rer que rien ne manque, faute de quoi le système risque­rait d’être déséqui­li­bré. Si l’in­for­ma­tique quan­tique permet­tait de décu­pler nos capa­cité de stockage, ce scan devrait encore éviter d’in­ter­fé­rer avec le système immu­ni­taire, sous peine d’en­traî­ner la mort du donneur.

L’équipe de Neura­link
Crédits : Steve Jurvet­son

Les diri­geants de Sino­gene voient donc dans les inter­faces cerveau-machine conçues par Neura­link et d’autres l’ou­til parfait pour scan­ner le cerveau. « Les recherches futures sur les tech­no­lo­gies de la mémoire pour­raient donner une solu­tion », pressent Eric Li. Toute­fois, « la mémoire n’est pas la conscience », rela­ti­vise-t-il. Or, « les recherches sur la conscience sont loin d’être suffi­santes. » Car enfin, si une copie du cerveau de quelqu’un est trans­fé­rée à un clone physique, s’agira-t-il pour autant du même indi­vidu ? « Nous ne savons pas si une intel­li­gence arti­fi­cielle peut être consciente », explique Susan Schnei­der. « Il se pour­rait bien que le clone ne soit pas vous. »

Quand il a décou­vert le clone de Garcic, Huang Yu s’est bien rendu compte que l’ani­mal était diffé­rent. « Je vous menti­rais si je disais que je n’étais pas déçu », indique-t-il. « Mais je conçois qu’il y ait des limites à la tech­no­lo­gie. » Chez Sino­gene, l’idée est bien sûr toujours de les dépas­ser.


Couver­ture : Hike Shaw


 

PLUS DE SCIENCE